• Le bilan de la COP23

Le bilan de la COP23

La COP23 s’est terminée et il y a lieu de tirer un bilan. La grande question est bien sûr de vérifier nos propres conclusions au moment de la COP21 et de voir si nous sommes « catastrophistes » ou simplement « réalistes ».

La COP23 ne donne pas de réponse à ce sujet, car elle n’a pas présenté de questions ; en fait, tous les observateurs se demandent même pourquoi elle s’est tenue, à part pour des raisons formelles.

On a affaire ici à quelque chose de très grave. Après la COP21, le réchauffement climatique aurait dû devenir une cause d’une importance fondamentale pour tout le monde. Cela devrait être une actualité intellectuelle, théorique, culturelle, allant des scientifiques aux discussions entre amis.

Il n’y a pourtant rien de cela. Le réchauffement climatique est perçu comme une sorte de bruit de fond. Il faudra vivre avec, rien ne peut réellement se passer, de toutes manières les Etats prendront les mesures nécessaires et surtout, nous ne sommes pas les plus mal lotis dans notre pays.

Si l’on ajoute à cet esprit égoïste, un très fort “climato-scepticisme”, on a un panorama régressif au plus haut point. La COP23 n’a rien changé à la donne, d’autant plus que les grandes échéances sont officiellement repoussées.

La grande date décisive, c’est la fin de l’année 2018, pour quatre raisons :

– le Giec (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) publiera en septembre 2018 le document «  Réchauffement planétaire de 1,5°C: rapport spécial du GIEC sur les conséquences d’un réchauffement planétaire de 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels et les profils connexes d’évolution des émissions mondiales de gaz à effet de serre, dans le contexte du renforcement de la riposte mondiale au changement climatique, du développement durable et de la lutte contre la pauvreté »,

– le même mois se tiendra à San Francisco un « sommet de l’action climatique mondiale » avec des villes, des entreprises, des ONG, etc.,

– le 12 décembre 2018 se tiendra le sommet de Paris pour tirer le bilan de la COP21,

– le même mois, on ne sait pas encore quand, se tiendra la COP24 à Katowice, ville industrielle historique de la Pologne.

Cela formera « le moment de vérité » pour reprendre l’expression de Nicolas Hulot, qui montre ici pourquoi il n’a pas démissionné de son poste : il veut être aux premières loges. Il espère encore se placer comme “grande figure” combinant institutionnalisation et souci de la planète.

Un positionnement qui est absurde de bout en bout, et de toutes manières il ne faut pas se leurrer, tout le monde a compris que les objectifs de la COP21 sont impossibles à atteindre en l’absence d’un gouvernement mondial donnant des ordres précis et efficaces.

Dans un monde de concurrence économique acharnée, de bataille pour la puissance, il n’y a pas de place pour des comportements raisonnés et raisonnables. L’objectif est simplement de ne pas perdre la face et d’attendre que quelqu’un fasse un faux pas, pour apparaître comme le moins coupable, exactement comme en 1914.

Il suffit de voir que 70 % des investissements du secteur énergétique mondiale vont au charbon, au pétrole, au gaz et que cette proportion passera à 60 %… en 2040. Personne ne veut changer son style de vie, personne ne veut perdre ses avantages dans la bataille économique.

Tout est donc poudre aux yeux. Des pays ont annoncé juste avant la COP23 une « Alliance pour la sortie du charbon », mais il ne faut pas être dupe : la France a signé pour promouvoir le nucléaire. Il s’agit juste de se placer de manière adéquate : Emmanuel Macron a parlé de taxer le C02, mais c’est bien aussi dans le sens de pratiquer le protectionnisme.

Il y a une véritable prise d’otage de la question ici et on a même vu le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel arriver en grande pompe pour la fin de la COP23, avec une déclaration commune franco-allemande.

Emmanuel Macron lui-même a tenu un discours, disant que « le seuil de l’irréversible a été franchi », comme quoi « en France, nous devons accélérer la transition énergétique avec l’obsession de réduire nos émissions de gaz à effet de serre », d’ailleurs « nous n’avons qu’un horizon : c’est maintenant ».

Ce show franco-allemand était possible par un habile tour de passe-passe, puisque, officiellement, ce sont les îles Fidji qui organisaient la COP23, l’Allemagne ayant proposé de l’assumer techniquement chez elle.

On a pu voir Timoci Naulusala, un Fidjien de 12 ans, s’exprimant à la tribune pour parler de la catastrophe provoquée par le cyclone Winston de 2016 :

« Ma maison, mon école, ma source de nourriture, d’eau, d’argent, ont été détruites. Ma vie était un chaos. Je me suis demandé : Que se passe-t-il ? Que vais-je faire ? »

Ce jeu sur l’émotion s’est également accompagné de la mise en place d’un « dialogue de Talanoa ». Le mot est fidjien et signifie « parler avec le cœur » !

On en arrive à un point où pour y croire encore, il faut faire plus que semblant : il faut pratiquement passer dans le mysticisme.

La COP23 a été un accompagnement de plus à la catastrophe en cours, un faire-valoir pour les gouvernants, un gage de bonne conscience pour les gouvernés…

A un moment, il faudra bien faire semblant de prendre des décisions, bien sûr. Mais il s’agit de repousser cela le plus possible, comme pour éviter toute responsabilité.

C’est l’ultra-individualisme des gens, mais à l’échelle des Etats. C’est la raison pour laquelle il a été décidé de voir… l’année prochaine où en est la situation des cent milliards de dollars promis chaque année, à partir de 2020, aux pays subissant des « pertes et dommages » en raison du réchauffement climatique.

Repousser toujours davantage les décisions, prétendre que la prochaine sera la bonne : voilà le sens des COP et la COP23 ne déroge pas à la règle.

Discours d’Emmanuel Macron à la COP23 à Bonn

On en avait que des bribes mais ça y est l’Elysée a mis en ligne le discours d’Emmanuel Macron lors de sa visite à la COP23. C’est un document important, car il est prétentieux et vaniteux, et sera donc utile demain pour dénoncer les mensonges et les faiblesses.

C’est toute une génération restée passive, ayant fait le choix de l’ignorance, qui sera jugée demain.

Discours du Président de la République, Emmanuel Macron, lors de la COP23 à Bonn

Monsieur le Premier ministre des îles Fidji, président de la COP23 ;

Madame la chancelière, chère Angela ;

Mesdames et messieurs les chefs d’État et de gouvernement ;

Monsieur le Secrétaire général des Nations Unies ;

Monsieur le président de l’Assemblée générale des Nations Unies ;

Mesdames et messieurs.

Depuis vingt-cinq ans, chaque année, depuis le sommet de la terre à Rio en 1992, la communauté scientifique nous envoie des messages d’alerte. Les 15 000 scientifiques qui il y a quelques jours ont à nouveau écrit l’ont encore rappelé.

Le seuil de l’irréversible a été franchi. Les évènements climatiques s’intensifient et se multiplient. La France l’a vécu aux Antilles il y a quelques semaines, sur l’île de Saint-Martin. Plusieurs d’entre vous l’ont aussi vécu ces derniers mois ou ces dernières années.

Les équilibres de la planète sont prêts à rompre, comme le traduisent le réchauffement des océans ou la disparition de nombreuses espèces menacées. L’ensemble de l’humanité est ainsi touché, en particulier les populations les plus vulnérables. Car le dérèglement climatique ajoute l’injustice à l’injustice, ajoute de la pauvreté à la pauvreté, ajoute de l’insécurité à l’insécurité. Il touche en particulier ceux qui sont déjà les plus fragiles.

En cela la lutte contre le dérèglement climatique est bien l’un des combats majeurs de notre temps. Ce combat, il se joue sur la scène internationale et c’est l’objet même de cette conférence.

Nous nous sommes fixés des objectifs ambitieux. L’accord de Paris signé il y a presque deux ans est bien là. Il est, comme la chancelière vient de le rappeler, un point de départ, mais un point de départ auquel nous tenons, et sur lequel nous ne lâcherons rien.

Ce point de départ fixe d’ici à 2100 un objectif d’augmentation d’1,5 degré en moyenne de la température du globe. Nous sommes aujourd’hui au-dessus de 3 degrés. Si nous continuons comme nous le faisons aujourd’hui, quels que soient les efforts déjà faits ces dernières années, cela veut dire que nous acceptons tacitement, collectivement ici la disparition d’un bon nombre des populations ici représentées. Qu’à horizon 2100 nous acceptons aujourd’hui tacitement que nombre de peuples qui sont là représentés disparaitront. Nous n’y sommes pas prêts.

Alors cela suppose un engagement fort. Je veux saluer l’engagement du Maroc et de Fidji pour la COP de l’année dernière et celle que vous présidez aujourd’hui, et l’engagement de toutes celles et ceux qui présents dans cette salle continuent à œuvrer sur le plan international.

Mais il nous faut maintenant des engagements clairs et fermes. Sur le plan international, nous avons besoin d’une expertise scientifique, d’un débat scientifique constamment alimenté qui éclaire la décision.

Le GIEC est l’une des composantes majeures de ce travail. Or il est aujourd’hui menacé ; menacé par la décision des Etats-Unis de ne pas garantir leur financement. Je souhaite donc que l’Europe se substitue aux Américains et je veux ici vous dire que la France sera au rendez-vous. Je souhaite que le maximum d’Etats européens puissent à nos côtés, ensemble, compenser la perte de financement américain. Je peux vous garantir d’ores et déjà qu’à partir de 2018, pas un centime ne manquera au GIEC pour fonctionner, avancer et continuer à éclairer nos décisions.

Nous devons accélérer la mise en œuvre effective de l’accord de Paris et donc prendre des engagements qui impliqueront la responsabilité des gouvernements, des collectivités locales, du secteur privé ; c’est l’objectif d’abord des négociations que vous conduisez, monsieur le président, et je souhaite que tous les pays prennent leur responsabilité pour ne rien remettre en cause des équilibres décidés il y a deux ans.

Mais au-delà de ces décisions qui impliquent l’esprit de responsabilité de chacune et de chacun, nous devons aussi mettre en œuvre les décisions, nous devons obtenir les premiers résultats. Et c’est l’objectif, la chancelière vient de le rappeler, avec vous tous, que le secrétaire général des Nations Unies, le président de la Banque mondiale ont souhaité porter pour le 12 décembre prochain à Paris : pouvoir nous réunir et mettre en évidence les premiers résultats concrets, les premières perspectives à venir, et surtout mobiliser les financements publics et privés qui permettront de le faire.

Ce sont donc les fondations, le secteur privé, les villes, les régions et les Etats qui seront mobilisés avec un plan de bataille concret et avec une liste des premières victoires de ces derniers mois, des victoires en cours mais aussi le plan de bataille à venir.

Ce que je souhaite et que je nous fixe comme objectif collectif pour le Sommet du 12 décembre, c’est de montrer que les villes et le secteur privé américain sauront compenser la totalité de l’engagement américain en faveur de l’action climatique.

Mais au-delà de cet objectif, l’ensemble des financements régionaux, publics et privés que nous mobilisons permettront de donner, en particulier aux Etats les plus vulnérables, une vraie feuille de route, des financements pour pouvoir innover et être au rendez-vous de la transition environnementale indispensable.

Nous devrons aussi acter dans les prochains mois une transformation profonde de notre aide internationale en la matière, afin d’aider à l’adaptation, afin de marquer notre solidarité collective à la transition climatique dont les plus pays les plus vulnérables ont besoin.

Au niveau européen nous devons aussi nous engager avec un objectif : réduire les émissions de gaz à effet de serre, la chancelière vient de le rappeler très clairement ; et pour ce qui est de la France avec 4 priorités en la matière.

La première, de favoriser, d’encourager et de participer activement au financement de toutes les interconnexions dont nous avons besoin. Entre l’Allemagne et la France mais aussi pour ce qui est de notre pays avec l’Irlande, l’Espagne, l’Italie, le Benelux, le Portugal.

Ces interconnexions, c’est la garantie de mieux utiliser les énergies renouvelables partout sur notre continent et en particulier au sein de l’Union européenne, et c’est la garantie d’accélérer la réduction des gaz à effet de serre et des productions les moins compatibles avec cette stratégie.

La deuxième priorité, c’est d’avoir un prix plancher du CO2 en Europe. Et je suis favorable à ce que nous puissions dans les prochains mois acter, comme nous l’avons déjà dessiné, d’un vrai prix à 30 euros la tonne pour le CO2, ce qui on le sait est le prix de référence qui permettra de changer durablement les comportements, de transformer les priorités de nos investisseurs, de nos acteurs industriels et dans aucun pays européen ce ne sera facile.

Partout nous aurons des industriels qui essayeront de demander du temps, de ne pas convenir d’un tel objectif ; et je n’ignore rien des défis que cela pose dans chacun de nos pays, mais si nous ne faisons pas cette politique nous transformerons nos comportements collectifs et jamais l’Europe ne sera au rendez-vous de ce qui est attendu d’elle.

Cela suppose à côté de ça des mesures d’accompagnement indispensables ; cela suppose aussi des vraies décisions à nos frontières, et en particulier une taxe aux frontières qui permettra aussi de protéger nos secteurs économiques face à l’importation venant de pays qui ne respectent pas du tout les mêmes objectifs et décident de ne pas s’engager dans cette transition environnementale.

Ce prix-plancher du CO2, c’est l’étape après le très bel accord obtenu la semaine dernière par la Commission, le Conseil et le Parlement européen que vient de saluer la chancelière Angela MERKEL, l’accord sur les ETS qui va dans le bon sens mais qui doit dans l’année qui vient être complété.

Le troisième axe sur lequel nous avons besoin d’avancer au niveau européen, c’est l’intégration des objectifs environnementaux dans notre politique commerciale. Si nous voulons avancer de manière crédible nous devons renforcer nos investissements, renforcer la transformation de nos secteurs industriels pour être plus conformes à ces objectifs environnementaux, mais il nous faut aussi lorsque nous négocions des accords commerciaux intégrer cette contrepartie environnementale prise en compte, et ne pas négocier des accords avec des pays qui ne jouent pas le jeu ou qui sont moins ambitieux que nous, puisque cela viendrait diminuer nos ambitions collectives.

Enfin, il nous faut travailler sur l’accélération de la montée des énergies renouvelables. Et si nous voulons qu’elles continuent à se développer pour se substituer réellement à des énergies dites non intermittentes, nous avons besoin d’avancer sur le stockage de l’énergie.

C’est la vraie disruption sur le plan scientifique et industriel et c’est pourquoi je sais qu’avec la chancelière nous sommes pleinement engagés sur ce terrain. Nous allons ensemble favoriser les investissements européens qui vont vers le stockage des énergies et avancer ensemble tout particulièrement sur des projets industriels scientifiques conjoints pour financer l’innovation de rupture en matière de stockage de l’énergie, financer les rapprochements industriels qui permettront d’avancer dans la batterie et dans toutes les technologies qui permettront d’aller plus vite dans cette transformation.

Enfin, pour ce qui relève de la France, nous devons accélérer cette transformation avec une obsession, celle de réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Pour cela, nous nous sommes engagés durant les derniers mois – et ce fut l’engagement ferme au sein de mon gouvernement du ministre d’Etat Nicolas HULOT – nous nous sommes engagés clairement pour une sortie de la production des énergies fossiles et une vraie transformation de notre modèle de production.

Ainsi la France a-t-elle décidé la fermeture de toutes les centrales à charbon d’ici la fin de l’année 2021, l’absence de toute construction de nouvelles centrales thermiques, et surtout à travers un projet de loi hydrocarbure voté à l’Assemblée nationale et qui sera parachevé dans les prochaines semaines, l’interdiction de tout nouveau permis d’exploration et d’exploitation d’hydrocarbures dans notre pays. C’est la première fois qu’un pays développé décide pour son propre territoire d’une telle politique ; nous l’assumons parce que c’est celle qui est indispensable pour être au rendez-vous du climat et de la transition que nous avons actée.

Cette transformation, elle implique aussi d’accélérer la montée en puissance des énergies renouvelables. Et donc pour se faire, de pouvoir accélérer les mutations technologiques que je viens d’évoquer et ce partenariat européen. Et que personne ne se trompe ici, prétendre que nous devrions accélérer les fermetures de centrales nucléaires sans avoir répondu préalablement à cela, c’est nous condamner dans les prochaines années à rouvrir des centrales à charbon ou des centrales thermiques. Et donc faire l’inverse de ce que nous sommes en train de nous engager à faire.

La priorité, c’est la baisse des émissions, la priorité c’est de baisser les émissions de gaz à effet de serre et donc la politique CO2, c’est celle-ci dans laquelle le gouvernement est pleinement engagé et aura des résultats dans les prochaines années.

Cette priorité, c’est aussi celle du plan climat qui a décidé pour la mobilité, d’une part d’engager une politique fiscale inédite permettant de faire converger l’ensemble des modes de transport pour des meilleurs résultats en terme là aussi d’émissions de carbone et d’émissions de particules, et c’est l’objectif que nous nous sommes fixés d’ici à vingt ans de supprimer les véhicules contribuant à l’effet de serre.

Engagement ferme de l’État, de l’ensemble des industriels dans lequel nous avons donc décidé d’entrer.

Et c’est aussi le même engagement qui nous conduit à investir massivement dans la rénovation thermique des bâtiments, dans l’efficacité énergétique et dans une vraie politique d’investissement dans la transformation de notre modèle énergétique industriel et économique.

Le plan climat qui a été présenté par le ministre est un plan courageux. Aucun recul sur notre engagement sur le climat n’a été fait, au contraire ; des décisions responsables ont été prises qui ont abandonné les fétiches irréalistes mais ont pris avant tout un agenda de décisions crédibles, volontaristes qui supposera l’engagement de tous. J’y veillerai et je m’en porte ici garant.

Les pays riches, mesdames et messieurs, ont une double responsabilité. Nous avons participé au changement climatique, nous avons participé à la transformation de l’ère industrielle et contemporaine avec tous les effets que nous connaissons ; nous devons donc participer aujourd’hui activement à la transition climatique et à l’atténuation de ses effets.

Au siècle dernier, les pays riches ont imposé au monde leur modèle industriel, aujourd’hui il leur est interdit d’imposer au monde leur propre tragédie. Nous n’avons donc qu’une obsession : l’action ; nous n’avons qu’un horizon : c’est maintenant.

Je vous remercie.

15 364 scientifiques de 184 pays avertissent l’humanité

La revue Bioscience, publiée par l’institut américain des sciences biologiques, a rendu public, à l’occasion de la COP23, un manifeste signé par 15 364 scientifiques de 184 pays. Le voici.

Avertissement des scientifiques du monde à l’humanité: une seconde observation

« Il y a vingt-cinq ans, en 1992, l’Union of Concerned Scientists et plus de 1 700 scientifiques Indépendants, dont la majorité des lauréats de prix Nobel de sciences alors en vie, signaient le « World Scientists’Warning to Humanity ».

Ces scientifiques exhortaient l’humanité à freiner la destruction de l’environnement et avertissaient : « Si nous voulons éviter de grandes misères humaines, il est indispensable d’opérer un changement profond dans notre gestion de la Terre et de la vie qu’elle recèle. »

Dans leur manifeste, les signataires montraient que les êtres humains se trouvaient sur une trajectoire de collision avec le monde naturel.

Ils faisaient part de leur inquiétude sur les dégâts actuels, imminents ou potentiels, causés à la planète Terre, parmi lesquels la diminution de la couche d’ozone, la raréfaction de l’eau douce, le dépérissement de la vie marine, les zones mortes des océans, la déforestation, la destruction de la biodiversité, le changement climatique et la croissance continue de la population humaine.

Ils affirmaient qu’il fallait procéder d’urgence à des changements fondamentaux afin d’éviter les conséquences qu’aurait fatalement la poursuite de notre comportement actuel.

Les auteurs de la déclaration de 1992 craignaient que l’humanité ne pousse les écosystèmes au-delà de leurs capacités à entretenir le tissu de la vie.

Ils soulignaient que nous nous rapprochions rapidement des limites de ce que la biosphère est capable de tolérer sans dommages graves et irréversibles.

Les scientifiques signataires plaidaient pour une stabilisation de la population humaine, et expliquaient que le vaste nombre d’êtres humains – grossi de 2 milliards de personnes supplémentaires depuis 1992, soit une augmentation de 35 % – exerce sur la Terre des pressions susceptibles de réduire à néant les efforts déployés par ailleurs pour lui assurer un avenir durable.

Ils plaidaient pour une diminution de nos émissions de gaz à effet de serre (GES), pour l’abandon progressif des combustibles fossiles, pour la réduction de la déforestation et pour l’inversion de la tendance à l’effondrement de la biodiversité.

En ce vingt-cinquième anniversaire de leur appel, il est temps de se remémorer leur mise en garde et d’évaluer les réponses que l’humanité lui a apportées en examinant les données de séries chronologiques disponibles.

Depuis 1992, hormis la stabilisation de l’amenuisement de la couche d’ozone stratosphérique, non seulement l’humanité a échoué à accomplir des progrès suffisants pour résoudre ces défis environnementaux annoncés, mais il est très inquiétant de constater que la plupart d’entre eux se sont considérablement aggravés.

Particulièrement troublante est la trajectoire actuelle d’un changement climatique potentiellement catastrophique, dû à l’augmentation du volume de GES dégagés par le brûlage de combustibles fossiles, la déforestation et la production agricole – notamment les émissions dégagées par l’élevage des ruminants de boucherie.

Nous avons en outre déclenché un phénomène d’extinction de masse, le sixième en 540 millions d’années environ, au terme duquel de nombreuses formes de vie pourraient disparaître totalement, ou en tout cas se trouver au bord de l’extinction d’ici à la fin du siècle.

L’humanité se voit aujourd’hui adresser une seconde mise en garde motivée par ces inquiétantes tendances.

Nous mettons en péril notre avenir en refusant de modérer notre consommation matérielle intense mais géographiquement et démographiquement inégale, et de prendre conscience que la croissance démographique rapide et continue est l’un des principaux facteurs des menaces environnementales et même sociétales.

En échouant à limiter adéquatement la croissance de la population, à réévaluer le rôle d’une économie fondée sur la croissance, à réduire les émissions de GES, à encourager le recours aux énergies renouvelables, à protéger les habitats naturels, à restaurer les écosystèmes, à enrayer la pollution, à stopper la « défaunation » et à limiter la propagation des espèces exotiques envahissantes, l’humanité omet de prendre les mesures urgentes indispensables pour préserver notre biosphère en danger.

Les responsables politiques étant sensibles aux pressions, les scientifiques, les personnalités médiatiques et les citoyens ordinaires doivent exiger de leurs gouvernements qu’ils prennent des mesures immédiates car il s’agit là d’un impératif moral vis-à-vis des générations actuelles et futures des êtres humains et des autres formes de vie.

Grâce à un raz-de-marée d’initiatives organisées à la base, il est possible de vaincre n’importe quelle opposition, aussi acharnée soit-elle, et d’obliger les dirigeants politiques à agir.

Il est également temps de réexaminer nos comportements individuels, y compris en limitant notre propre reproduction (l’idéal étant de s’en tenir au maximum au niveau de renouvellement de la population) et en diminuant drastiquement notre consommation par tête de combustibles fossiles, de viande et d’autres ressources.

La baisse rapide des substances destructrices de la couche d’ozone dans le monde montre que nous sommes capables d’opérer des changements positifs quand nous agissons avec détermination. Nous avons également accompli des progrès dans la lutte contre la famine et l’extrême pauvreté.

Parmi d’autres avancées notables, il faut relever, grâce aux investissements consentis pour l’éducation des femmes et des jeunes filles, la baisse rapide du taux de fécondité dans de nombreuses zones, le déclin prometteur du rythme de la déforestation dans certaines régions, et la croissance rapide du secteur des énergies renouvelables.

Nous avons beaucoup appris depuis 1992, mais les avancées sur le plan des modifications qu’il faudrait réaliser de manière urgente en matière de politiques environnementales, de comportement humain et d’inégalités mondiales sont encore loin d’être suffisantes.

Les transitions vers la durabilité peuvent s’effectuer sous différentes formes, mais toutes exigent une pression de la société civile, des campagnes d’explications fondées sur des preuves, un leadership politique et une solide compréhension des instruments politiques, des marchés et d’autres facteurs. Voici – sans ordre d’urgence ni d’importance – quelques exemples de mesures efficaces et diversifiées que l’humanité pourrait prendre pour opérer sa transition vers la durabilité :

1. privilégier la mise en place de réserves connectées entre elles, correctement financées et correctement gérées, destinées à protéger une proportion significative des divers habitats terrestres, aériens et aquatiques – eau de mer et eau douce ;

2. préserver les services rendus par la nature au travers des écosystèmes en stoppant la conversion des forêts, prairies et autres habitats originels ;

3. restaurer sur une grande échelle les communautés de plantes endémiques, et notamment les paysages de forêt ;

4. ré-ensauvager des régions abritant des espèces endémiques, en particulier des superprédateurs, afin de rétablir les dynamiques et processus écologiques ;

5. développer et adopter des instruments politiques adéquats pour lutter contre la défaunation, le braconnage, l’exploitation et le trafic des espèces menacées ;

6. réduire le gaspillage alimentaire par l’éducation et l’amélioration des infrastructures ;

7. promouvoir une réorientation du régime alimentaire vers une nourriture d’origine essentiellement végétale ;

8. réduire encore le taux de fécondité en faisant en sorte qu’hommes et femmes aient accès à l’éducation et à des services de planning familial, particulièrement dans les régions où ces services manquent encore ;

9. multiplier les sorties en extérieur pour les enfants afin de développer leur sensibilité à la nature, et d’une manière générale améliorer l’appréciation de la nature dans toute la société ;

10. désinvestir dans certains secteurs et cesser certains achats afin d’encourager un changement environnemental positif ;

11. concevoir et promouvoir de nouvelles technologies vertes et se tourner massivement vers les sources d’énergie vertes tout en réduisant progressivement les aides aux productions d’énergie utilisant des combustibles fossiles ;

12. revoir notre économie afin de réduire les inégalités de richesse et faire en sorte que les prix, les taxes et les dispositifs incitatifs prennent en compte le coût réel de nos schémas de consommation pour notre environnement ;

13. déterminer à long terme une taille de population humaine soutenable et scientifiquement défendable tout en s’assurant le soutien des pays et des responsables mondiaux pour atteindre cet objectif vital.

Pour éviter une misère généralisée et une perte catastrophique de biodiversité, l’humanité doit adopter une alternative plus durable écologiquement que la pratique qui est la sienne aujourd’hui.

Bien que cette recommandation ait été déjà clairement formulée il y a vingt-cinq ans par les plus grands scientifiques du monde, nous n’avons, dans la plupart des domaines, pas entendu leur mise en garde. Il sera bientôt trop tard pour dévier de notre trajectoire vouée à l’échec, car le temps presse. Nous devons prendre conscience, aussi bien dans nos vies quotidiennes que dans nos institutions gouvernementales, que la Terre, avec toute la vie qu’elle recèle, est notre seul foyer.

Emmanuel Macron prend position pour la chasse à courre et la répression

Suite à l’appel des chasseurs auprès d’Emmanuel Macron, ce dernier a répondu. Il l’a même fait immédiatement, comme on peut l’apprendre sur certains sites de chasseurs.

Il faut bien avoir en tête que tout est très opaque  chez ces gens. Ainsi, on a simplement un compte-rendu d’un dialogue téléphonique, sans rien d’officiel du côté de l’Elysée. Et les chasseurs fonctionnent par réseaux internes, ne livrant qu’avec parcimonie des informations sur leur intense activité.

Ils calculent de manière très savante leurs interventions, la nature de leurs coups de pressions.

Le communiqué que nous reproduisons ici explique même que Nicolas Hulot est impliqué dans l’histoire, et que donc non seulement il a capitulé sur le nucléaire ces derniers jours, mais en même temps sur la chasse à courre.

Sans démenti, cela vaut acceptation : les chasseurs mouillent Nicolas Hulot dans la reconnaissance de la chasse à courre. C’est très subtil!

Et le message est surtout destiné aux troupes. Car en disant qu’Emmanuel Macron ne va pas dans le sens d’un “arbitrage”, mais qu’il prend bien partie pour la chasse à courre, cela veut dire en quelque sorte que tout est permis.

Quand on connaît les chasseurs sur le terrain – c’est un appel à libérer leur brutalité, leur agresssivité, leur sens de la provocation, de l’intimidation.

Ils le feront d’autant plus qu’ils ont peur. Peur d’être balayés, peur qu’un mouvement populaire les envoie dans les poubelles de l’histoire, supprimant cette aberration qu’est la chasse en général!

Leur seule chance : unir tous les réactionnaires autour de l’idéologie du terroir d’un côté, chercher la casse de l’autre, afin de vaincre rapidement en étant appuyé par la répression de l’Etat.

Le principe même de défense des animaux se voit en ce moment pratiquement mis en jeu avec la question de la chasse à courre.

Polémique chasse dans l’Oise :

Le Président de la République confirme ses engagements à Willy Schraen La Fédération Nationale des Chasseurs (FNC) exprime une solidarité totale à l’égard du maitre d’équipage, Alain Drach, et du président de la Fédération Départementale des Chasseurs de l’Oise, Guy Harlé d’Ophove, qui ont fait l’objet d’une odieuse campagne de calomnies et de menaces de mort qui méritent un traitement judiciaire exemplaire.

Il est nécessaire de mettre un terme aux agissements de ces groupuscules d’extrémistes qui prônent la haine, la violence et le meurtre au nom d’une pseudo défense des animaux qui n’est qu’un prétexte.

Toutefois, la polémique a pris une nouvelle tournure après les déclarations de Nicolas Hulot qui a annoncé, sans la moindre concertation avec la Fédération Nationale des Chasseurs, « qu’il faudrait ouvrir un débat de société sur ce type de pratique de chasse qui interroge de plus en plus l’opinion publique ».

Le ministre de la Transition écologique et solidaire en a profité pour aller plus loin et annoncer son intention « d’engager en 2018 une réflexion sur la condition animale en général », sans concertation avec le monde agricole non plus.

Le président de la FNC, Willy Schraen, « considère qu’il est particulièrement choquant d’entendre le ministre d’Etat réagir de façon excessive sur un fait divers sans le moindre intérêt, et afficher dans les médias sa vision personnelle contre la chasse à courre au nom de la moralité, de pratiques d’un autre siècle et de la défense de la propriété privée ».

C’est pour mettre un terme à cette polémique stérile que le président de la Fédération Nationale des Chasseurs, Willy Schraen, a souhaité prendre contact avec le Président de la République, il y a 48 heures.

Lors d’un échange téléphonique très cordial, le Président de la République, Emmanuel Macron, a été direct et clair avec Willy Schraen.

Il a confirmé « que les engagements pris au congrès de la FNC, devant l’ensemble des représentants du monde de la chasse, seraient tenus et qu’il n’était pas question d’ennuyer les chasseurs en remettant en cause un mode de chasse reconnu ».

Le Président de la République a aussi rappelé au Président de la FNC « que les chasses traditionnelles font partie du patrimoine de notre pays, elles ne nuisent en rien aux espèces que l’on chasse et elles sont le reflet des traditions d’un terroir et d’un mode de vie. »

Il a été très clair sur le fait que la vénerie en faisait partie, et qu’il n’y avait aucune raison d’y porter préjudice.

Il a reconfirmé ses engagements tenus lors du congrès sur le fait qu’il « veut qu’on laisse respirer ceux qui les pratiquent, car ce sont des chasses encadrées et réglementées ».

Pour conclure l’échange, le Président Emmanuel Macron a confirmé l’audience prochaine qu’il accordera à la Fédération Nationale des Chasseurs pour faire le point sur les réformes de bon sens déjà engagées et qui vont aboutir prochainement ; faire aussi le point sur la réforme globale souhaitée par la FNC et renforcer l’engagement des chasseurs dans la défense de la biodiversité ordinaire, comme cela a été le cas sur les néonicotinoïdes.

Depuis cet échange, un dialogue direct a été rétabli avec Nicolas Hulot, ministre de tutelle de la chasse française, et une rencontre devrait avoir lieu prochainement pour poursuivre les négociations sur les nombreuses réformes qui mobilisent la chasse française sur la base des 30 propositions signées par François Patriat au nom de La République En Marche.

Chasseurs : appel à la répression auprès d’Emmanuel Macron

Le Manifeste du Parti Communiste commençait en disant “Un spectre hante l’Europe” : il y a pareillement un spectre qui hante les chasseurs, celui de l’ALF.

Et les responsables des chasseurs ne fantasment pas, car ils savent très bien que l’ALF ce n’est historiquement pas un ou deux sabotages ici ou là, mais un véritable mouvement de masse, ayant entraîné en Angleterre des dizaines et des dizaines de milliers de gens.

C’est le sens de la lettre de Willy Schraen,  président de la Fédération nationale des chasseurs, à Emmanuel Macron.

Il appelle à réprimer illico presto les personnes ayant menacé les chasseurs suite à l’affaire toute récente de la chasse à courre à Picardie.

Il s’agit d’étouffer le plus rapidement possible une vague populaire… De faire vite et bien avant que l’absence de révolte anti-chasse n’apparaisse.

Il appelle également à ce que les “associations” trient le bon grain de l’ivraie et se dissocient de toute opposition radicale. Ici, Willy Schraen sait très bien en arrière-plan que L214 est farouchement anti-ALF, c’est même sa raison d’être historique, pour ainsi dire, les Cahiers antispécistes s’étant chargées de théoriser la dénonciation à l’époque.

Répression et dissociation sont censés faire le grand nettoyage, tous les espaces doivent être encadrés afin d’éviter que la libération animale n’émerge.

Le tout, au nom du “droit à la différence”, les chasseurs prétendant qu’ils ne sont pas l’Etat, qu’ils ne pratiquent pas la violence, etc. La lettre en est presque risible tellement Willy Schraen tente de faire passer les chasseurs pour des martyrs.

C’est que Willy Schraen sait très bien, qu’en réalité, les chasseurs sont une partie de l’Etat, de manière non officielle bien entendu, mais ils forment un outil de conservatisme très important, avec un profond respect des “traditions”, des hiérarchies locales, avec tous les notables, etc.

Virilisme et intimidation, traditions beaufs et agressivité envers tout ce qui est nouveau, les chasseurs forment un micro-univers on ne peut plus réactionnaire.

Et encore, quand on dit “inofficiel”, ce n’est pas tout à fait vrai. Guy Harlé d’Ophove, le fameux président des chasseurs de l’Oise, a organisé un partenariat gendarmes-chasseurs. Des “chasseurs vigilants” épaulent désormais officiellement la gendarmerie dans le maillage du territoire…

Peut-on faire plus pétainiste, sur le plan des idées, des traditions, de la vision du monde?

Tout cela, Willy Schraen le sait très bien. Aussi est-ce non pas une lettre d’un chasseur à son président, mais d’un emmployé à son employeur, tout comme d’ailleurs d’un employeur à son employé.

Rappelons qu’Emmanuel Macron, avant les élections, s’était bien entendu produit devant la direction des chasseurs, expliquant qu’il voulait développer le “tourisme cynégétique”, vouloir développer “la viande de gibier”, etc.

Tous ces gens marchent main dans la main, pour que rien ne vienne troubler un consensus comme quoi tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes…

Monsieur le Président de la République,

L’actualité récente m’oblige à vous adresser ce courrier pour vous relater certains faits odieux qui se déroulent actuellement dans le département de l’Oise.

Samedi 21 octobre, un cerf a été abattu après une chasse à courre de l’Equipage La Futaie des Amis en forêt de Compiègne à la Croix St Ouen, dans le jardin d’un particulier.  Bien entendu, la chasse avait été stoppée quand l’animal s’est dirigé vers la zone habitée en périphérie de la forêt.

La suite, nous la connaissons tous : l’animal est resté bloqué dans un jardin privatif. L’équipage de vénerie souhaitait le gracier, ainsi que le code déontologique des veneurs le stipule. Le maître d’équipage souhaitait apporter son aide afin de permettre au grand cervidé de regagner la forêt, dans les meilleures conditions possibles.

Malgré de nombreux efforts pour tenter de l’extraire, son caractère agressif n’a pas permis de réaliser cette opération.

A la demande des gendarmes présents sur place, il a été demandé au maître d’équipage de le tuer, l’animal représentant un danger évident pour les personnes nombreuses présentes sur place et les biens. Une histoire banale de la vie rurale se terminait donc.

Malheureusement, des groupuscules extrémistes, prônant la violence verbale et physique pour imposer leurs idées à la société, se sont emparés médiatiquement de cette affaire.

Les insultes raciales et antisémites, les menaces de mort, l’activation de toutes les haines et de toutes les violences, à partir, notamment, des réseaux sociaux, m’oblige aujourd’hui à vous demander d’intervenir dans les plus brefs délais, pour faire cesser ces graves dérives.

En vous écrivant ces lignes, Monsieur le Président, je sais pertinemment que le même sort que les acteurs cynégétiques de l’Oise me sera réservé, à savoir que ma famille et moi-même feront l’objet de pressions et de violences par ces mêmes groupuscules et associations.

Ces gens sont connus dans notre pays depuis de nombreuses années, et sous couvert de défendre la cause animale et le véganisme, veulent imposer leur vision minoritaire à la société actuelle.

Certains sont aussi présents dans d’autres pays, qui les classent terroristes, et où ils  se sont rendus célèbres en assassinant ceux qui ne partageaient pas leur opinion. D’autres structures, n’ayant jamais caché leur opposition à la chasse, viennent de passer à la vitesse supérieure, se croyant certaines de pouvoir dorénavant agir en toute impunité.

Jamais la chasse française n’a appelé à la violence contre les gens qui la rejettent, jamais la chasse française n’a voulu imposer ses idées par les menaces ; jamais la chasse française ne s’est octroyée le droit de se prendre pour l’Etat.

Monsieur le Président, ce courrier ne relève malheureusement d’aucune banalité. Il se fait la synthèse d’une longue dérive de notre société, où les différences de penser et d’agir ne semblent plus supportables par certains.

Je vous demande de mettre un terme à tout ceci. Le racisme et la violence dont nous sommes victimes ne sont plus acceptables, et ne seront plus acceptés.

Dorénavant, les chasseurs et les ruraux ne se tairont plus ! La chasse est un droit fondamental de la République, comme le droit de cultiver ses différences dans le respect des autres.

Je suis fier d’être le président des chasseurs, parce qu’ils portent en eux les valeurs fondamentales de l’espèce humaine, et qu’ils sont, comme bien d’autres, l’avenir de notre pays.

Je vous demande de dissoudre ces réseaux et ces associations, dont font partie ceux qui incident à la haine dans notre pays, dans les plus brefs délais. Pourquoi ces mêmes associations ne condamnent-elles et ne modèrent-elles pas les propos diffusés notamment via leurs propres réseaux sociaux ?

Je vous demande également de faire entendre la voix de la justice en condamnant fermement ces agissements, et parallèlement en garantissant, au nom du droit des citoyens de la République Française, l’intégrité physique et morale des chasseurs et des ruraux à qui l’ont promet, par des centaines de messages, une mort prochaine, douloureuse et lente.

Dans le but d’étayer mes propos, je conserve à votre disposition l’intégralité de ces écrits nominatifs.

Dans l’attente d’une réaction rapide et nécessaire de l’Etat, avant que cette violence n’atteigne son paroxysme, veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma plus haute considération,

Le Président

Willy SCHRAEN

Ouverture de la COP23

Aujourd’hui s’ouvre la COP23, c’est-à-dire la Conférence de Bonn de 2017 sur les changements climatiques. Ce sont les îles Fidji qui président cette conférence, qui a lieu par contre en Allemagne, en raison de l’incapacité d’accueillir celle-ci en plein milieu du Pacifique.

Cette conférence se veut naturellement dans le prolongement des précédentes, notamment la fameuse COP21. A l’époque, il y avait bien peu de critiques, aussi documentons-nous le document officiel de l’ONU publié à la veille de la conférence.

Il y a trois bonnes raisons de le faire : tout d’abord, il est important de valoriser l’ONU, dans la mesure où  la solution ne peut qu’être mondiale, avec une vision biocentrée, où la Terre est considérée comme un ensemble organisé devant être au centre de nos préoccupations.

L’ONU n’est ici pas à la hauteur : c’est le second sens de l’intérêt du document, qu’on peut comparer avec les multiples articles de bilan que nous avions fait de la COP21.

La troisième raison est tout aussi importante : le document rappelle des faits, en toute objectivité. L’ONU a d’ailleurs publié un nouveau rapport (en anglais uniquement, ce qui est absurde) sur la situation des émissions de gaz à effet de serre.

La situation exige un engagement complet, un affrontement avec les forces de destruction. Il faut une conscience mondiale et engagée, en aucun cas un esprit de repli et de fuite.

Les engagements pris à Paris couvrent seulement un tiers des mesures nécessaires pour éviter les conséquences les plus dramatiques des changements climatiques

Selon une nouvelle étude de l’ONU, il faut que les gouvernements et les acteurs non-étatiques fassent preuve d’ambitions à la hausse afin de garantir que les objectifs de l’Accord de Paris puissent encore être atteints.

La huitième édition du rapport annuel de l’ONU sur l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions, publié en amont de la Conférence de l’ONU sur les changements climatiques à Bonn, révèle que les engagements pris par les pays au niveau national ne représentent qu’un tiers des réductions d’émissions nécessaires à l’horizon 2030 pour respecter les objectifs relatifs à la lutte contre les changements climatiques.

Les mesures prises par le secteur privé et les mesures à l’échelle infranationales ne se multiplient pas à un rythme qui permettrait de combler cet écart inquiétant.

L’Accord de Paris vise à limiter le réchauffement climatique en-deçà des 2°C mais un objectif encore plus ambitieux de 1,5°C est également suggéré. Atteindre ces objectifs réduirait la probabilité de sérieuses conséquences climatiques nocives pour la santé des êtres humains, pour les moyens de subsistance et les économies du monde entier.

Dans l’état actuel des choses, une mise en œuvre complète des contributions prévues déterminées au niveau national conditionnelles et inconditionnelles entraînerait très probablement une augmentation des températures d’au moins 3°C à l’horizon 2100 – « inconditionnelles » signifie que les gouvernements seront tenus de prendre des engagements bien plus importants lorsque ceux-ci seront révisés en 2020.

Dans le cas de figure où les Etats-Unis donneraient suite à leur intention déclarée de quitter l’Accord de Paris en 2020, le scénario pourrait se révéler encore plus sombre.

Cependant, le rapport présente des solutions pratiques pour réduire drastiquement les émissions de CO2 grâce à des mesures d’atténuation en développement rapide basées sur des modèles existants dans les domaines de l’agriculture, des bâtiments, de l’énergie, de la foresterie, de l’industrie et des transports.

Des mesures fortes pour la réduction des forceurs climatiques tels que les hydrofluorocarbones, par le biais de l’amendement de Kigali au Protocole de Montréal, et à d’autres polluants à courte durée de vie comme le carbone noir, pourraient aussi grandement contribuer à réduire les émissions de CO2.

« Un an après l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris, nous nous retrouvons dans une situation où les efforts sont encore insuffisants pour éviter un avenir misérable à des centaines de millions de personnes », affirme Erik Solheim, le patron de l’ONU Environnement.

« C’est inacceptable. Si nous investissons dans les technologies adéquates en nous assurant que le secteur privé soit impliqué, il est possible de respecter la promesse que nous avons faites à nos enfants de protéger leur avenir. Il faut que nous nous y attelions dès maintenant. »

Les émissions de CO2 ont été stables en 2014, en partie grâce à la transition vers des sources d’énergies renouvelables, notamment en Chine et en Inde. Cela a suscité l’espoir que le pic des émissions ait été atteint et allait désormais suivre une trajectoire à la baisse à l’horizon 2020. Cependant, le rapport révèle que d’autres gaz à effet de serre, comme le méthane, continuent à augmenter et que l’accélération de la croissance économique mondiale pourrait être responsables d’une hausse des émissions de CO2.

Le rapport démontre que les engagements pris dans le cadre de l’Accord de Paris déboucheraient sur des émissions à hauteur de 11 à 13,5 gigatonnes d’équivalent de dioxyde de carbone (Gt éq-CO2) en 2030, au-dessus du niveau nécessaire pour maintenir le monde sur la voie la moins coûteuse et pour atteindre l’objectif des 2°C de hausse des températures.

Une gigatonne est l’équivalent environ d’une année d’émissions produites par le secteur des transports dans l’Union Européenne (dont l’aviation).

Selon de nouvelles études récemment publiées, l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions pour atteindre l’objectif de 1,5°C de réchauffement se situe entre 16 et 19 Gt éq-CO2, plus important que celui prévu auparavant.

« L’accord de Paris a donné un nouvel élan aux mesures pour lutter contre les changements climatiques, mais cet élan faiblit », déclare Edgar E. Gutiérrez-Espeleta, ministre de l’environnement et de l’énergie du Costa Rica et Président de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement 2017. « Nous faisons face à des choix douloureux : renforcer nos ambitions ou subir les conséquences de leur affaiblissement. »

Investir dans les technologies est la clé du succès

Afin d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, les gouvernements (y compris en revoyant leurs engagements à la hausse), le secteur privé, les villes et les autres parties prenantes doivent absolument poursuivre les mesures initiées qui déboucheront sur des réductions d’émissions rapides et profondes.

Le rapport détaille différentes façons pour y parvenir, particulièrement dans le domaine de l’agriculture, du bâtiment, de l’énergie, de la foresterie, de l’industrie et du transport. Les investissements dans les technologies spécifiques à ces secteur – d’un coût inférieur à 100 dollars par tonne de CO2 évitée, et souvent beaucoup moindre – pourrait contribuer à éviter jusqu’à 36 Gt éq-CO2 par an à l’horizon 2030.

Une grande partie du potentiel de l’ensemble des secteurs découle de l’investissement dans l’énergie solaire et éolienne, des appareils électroménagers efficaces, des voitures particulières efficaces, du boisement et de l’arrêt de la déforestation. Si l’industrie se concentrait uniquement sur les actions recommandées dans ces domaines – dont les coûts sont modestes ou même négatifs – les émissions pourraient être réduites jusqu’à 22 Gt éq-CO2 en 2030.

À elles seules, ces réductions mettraient le monde sur la bonne voie pour atteindre l’objectif des 2°C et ouvriraient la possibilité d’atteindre la cible ambitieuse de 1,5°C.

Mesures non étatique et autres initiatives

Les mesures promises par des organismes non étatiques et infranationaux (tels que les villes et le secteur privé) pourraient réduire l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions de 2030 de quelques Gt éq-CO2, ceci même en tenant compte du chevauchement avec les contributions déterminées au niveau national.

Par exemple, les 100 sociétés cotées en bourse responsables des émissions les plus importantes au monde représentent environ un quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre, ce qui révèle une énorme marge de manœuvre pour aspirer à un niveau d’ambition accru.

L’amendement de Kigali au Protocole de Montréal vise à éliminer l’utilisation et la production d’hydrofluorocarbones – des produits chimiques principalement utilisés dans la climatisation, la réfrigération et la mousse isolante.

Même s’il était mis en œuvre avec succès, il interviendrait trop tard pour avoir une influence sur l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions en 2030, mais il pourrait cependant contribuer de manière significative à atteindre les objectifs relatifs à la hausse des températures sur le plus long terme.

D’ici le milieu du siècle, la réduction des polluants climatiques à courte durée de vie, tels que le carbone noir et le méthane, pourrait réduire les impacts basés sur l’absorption de chaleur cumulative et aider à maintenir une trajectoire stable et plus basse des températures en accord avec les objectifs à long terme de l’Accord de Paris.

En outre, alors que le G20 est collectivement sur la bonne voie pour respecter ses engagement relatifs au climat pris à Cancún pour l’année 2020, ils ne sont pas suffisamment ambitieux pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris (voir l’analyse ci-jointe des engagements pris à Cancun).

Bien que l’année 2020 approche à grands pas, les pays du G20 peuvent encore conduire des mesures qui mèneront à des réductions d’émissions à court terme et ouvriront la voie à d’autres changements au cours de la prochaine décennie.

Ne pas ouvrir de nouvelles centrales électriques alimentées au charbon et accélérer la suppression progressive des centrales existantes – en veillant à la bonne gestion des problèmes tels que l’emploi, les intérêts des investisseurs et la stabilité du réseau – serait d’une grande aide.

On estime à 6 683 le nombre de centrales au charbon exploitées dans le monde, d’une capacité combinée de 1 964 GW. Si ces centrales étaient exploitées jusqu’au terme de leur durée de vie et n’étaient pas réaménagées avec le captage et le stockage du carbone, elles émettraient 190 Gt de CO2 accumulées.

Au début de l’année 2017, 273 GW supplémentaires des capacités de production d’électricité à partir du charbon étaient en construction et 570 GW en pré-construction. Ces nouvelles centrales pourraient générer des émissions cumulées supplémentaires d’environ 150 Gt de CO2.

Dix pays constituent environ 85 % de l’ensemble du pipeline de charbon : la Chine, l’Inde, la Turquie, l’Indonésie, le Vietnam, le Japon, l’Égypte, le Bangladesh, le Pakistan et la République de Corée.

Le rapport examine également l’élimination du CO2 de l’atmosphère grâce au boisement, reboisement, à la gestion des forêts, la restauration des terres dégradées et l’amélioration des stocks de carbone dans les sols – comme autant de solutions pour la prises de mesures favorisant une réduction des émissions.

De plus, un nouveau rapport publié par la Coalition 1 Gigatonne ce même jour montre que les projets d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique soutenus par les partenaires dans les pays en développement peuvent réduire de 1,4 Gt éq-CO2 d’ici 2020 – à condition que la communauté internationale aide les pays en développement à s’adapter aux changements climatiques et à réduire leurs émissions.

« Les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique ont de nombreux avantages, notamment une meilleure santé pour les êtres humains et de nouveaux emplois, j’exhorte donc la communauté internationale à fournir les fonds promis pour soutenir les pays en développement dans leur mesures pour lutter contre les changements climatiques », a déclaré Mme Ine Eriksen Søreide, ministre des Affaires étrangères norvégienne.

« Les projets et les politiques en faveur des énergies renouvelable et de l’efficacité énergétique soutenus par les partenaires sont vitaux pour la décarbonisation mondiale, car ils fournissent des ressources clés et créent des environnements favorables dans les régions critiques. »

La Coalition 1 Gigatonne est soutenue par ONU Environnement et le gouvernement norvégien.

Les avantages d’une société sobre en carbone pour la réduction de la pollution mondiale – qui permettraient par exemple d’éviter des millions de décès liés à la pollution atmosphérique chaque année – sont également clairement illustrés dans Vers une planète sans pollution, un rapport du directeur exécutif d’ONU Environnement qui sera présenté à la prochaine Assemblée des Nations Unies pour l’environnement. Le rapport présente un cadre ambitieux pour lutter contre la pollution, grâce au leadership politique ou la consommation et la production durables et en investissant massivement dans le développement durable.

Succès du rassemblement anti-chasse à courre du 28 octobre 2017

C’est certainement la première fois en France que des gens « normaux » interviennent dans la société en faveur des animaux, en s’appuyant uniquement sur leur propre réalité, leur propre vécu, « en toute âme et conscience ».

Il est vrai que la chasse à courre est quelque chose de profondément odieux, prétexte à un haut-le-cœur. Toutefois, c’est une activité existant depuis bien longtemps, portée par les notables si puissants qu’ils en sont intouchables. Cela rend d’autant plus difficile de s’y opposer.

Le rassemblement du samedi 28 octobre 2017 à Saint-Jean-aux-Bois en Picardie est-il alors exemplaire ? Il a ceci de profond, en tout cas, qu’il exprime une réalité diffusée parmi les gens « normaux » et on est tout à fait libre de l’opposer au « substitutisme » de l’association 269 qui a, le même week-end, planté des tentes sur un abattoir pour exiger l’abolition de la viande.

Le contexte était, qui plus est, particulièrement tendu en raison d’une chasse à courre qui, le samedi précédent (le 21 octobre), avait pris un tournant frappant profondément l’opinion publique.

A cette occasion, en effet, un cerf pourchassé s’est retrouvé dans une rue pavillonnaire à Lacroix-Saint-Ouen, se réfugiant dans le jardin d’une propriété privée.

Or, la commune avait pris des mesures contre la chasse à courre sur son territoire ; dans toute la zone en effet, il est courant que les chasseurs viennent achever les animaux jusque dans les communes, se croyant par ailleurs tout permis en général. L’opposition est faible, mais existante dans certains endroits, on est tout de même en 2017…

Les chasseurs étaient donc dans l’illégalité et les gendarmes se sont mis de la partie. Ils ont sécurisé la zone, donnant carte blanche aux chasseurs. Ceux-ci, après avoir frappé longuement l’animal, à coups de fouet notamment, pour essayer de le faire fuir, ont décidé de l’abattre.

Les gendarmes ont alors prétendu avoir l’accord de la propriétaire des lieux, ce qui s’avéra par la suite être un mensonge ! C’est d’autant plus choquant que les propriétaires sont contre la chasse à courre…

Sauf que cette fois, il y a une résistance à l’arbitraire et à la soumission aux puissants. Les gens ont réagi, des militants de l’association Abolissons la vénerie aujourd’hui (AVA) ont filmé la scène et diffusée l’information. Les réactions ont été extrêmement fortes sur le plan de la sensibilité.

Les chasseurs, membre de l’équipage des veneurs de la Futaie dirigée par Alain Drach, se sont alors fait taper sur les doigts par leurs instances, avec interdiction pour quelques semaines de continuer à pratiquer leur activité.

C’est que l’enjeu est grand. La chasse à courre, c’est en France 450 équipages, mobilisant 10 000 chasseurs, 100 000 suiveurs, 20 000 chiens, 7 000 chevaux, pour totaliser 15 000 chasses du 15 septembre au 31 mars. Il s’agit pour ces gens de protéger leur activité, de la masquer le plus possible.

Mais cette opération de communication n’a pas suffi, Alain Drach recevant moult menaces de la part de gens écœurés et donc, de manière bien plus pertinente car relevant du concret et non de simples messages sur internet, il y a eu le rassemblement du 28 octobre.

Ce rassemblement, qui s’est déjà tenu par le passé, cible la messe annuelle des veneurs, où les chiens et les chevaux sont « bénis » par l’Eglise catholique. C’est terriblement révélateur de la nature arriérée de la religion, chargée de maintenir l’esprit de privilèges et de soumission. Il n’y a ici nul hasard et les gens qui apprécient le message de l’évangile doivent bien comprendre ici que leur exigence de compassion ne doit pas passer par la religion, mais justement par le véganisme…

Pourquoi freiner sa sensibilité, la limiter à une prière au lieu de la réaliser ? Au-delà des mots, c’est l’esprit qui compte, et sa capacité à intervenir dans un choix assumé.

C’est certainement le sens de la mobilisation des 400-500 personnes le 28 octobre, des gens « normaux ». Il y avait des personnes véganes, bien entendu, faisant partie de la population de ces gens « normaux », quoi de plus normal ? C’est là leur rôle, leur devoir.

Mais il s’agissait donc de gens vivant là-bas. N’est-ce pas le sens de la démocratie, par opposition à la misanthropie et l’élitisme?

C’est le contraire du rassemblement organisé par 269 life France une semaine auparavant. Tentant de faire un hold up sur l’opposition locale à la chasse à courre (la mort du cerf n’était pas connu au moment de l’annonce du rassemblement), 269 life France a fait venir une cinquantaine de personnes de Paris, Lille, Angers, Rennes…

Avec le soutien de CCE2A, CACC, PETA, ADA, La voix des loups, L214, One Voice, La voix des Lévriers, Respectons, Société anti-fourrure, l’ASPAS… Tout cela pour rien, à part bloquer le passage des bus.

Cela en dit long sur le caractère purement velléitaire, substitutiste, de telles initiatives coupées des gens « normaux ». Au lieu de combiner radicalité et travail chez les gens normaux, on a la misanthropie et la posture. D’ailleurs, il y a bien entendu eu la tentative de réaliser un hold dup sur le rassemblement du 28 octobre. Cela a heureusement échoué.

La situation était par ailleurs déjà compliquée comme cela, puisque le sous-préfet a interdit toute circulation et manifestation à Saint-Jean-aux-Bois, forçant le rassemblant à se déplacer en périphérie. Puis, les chasseurs ont diffusé la rumeur selon laquelle la messe voyait sa date repoussée.

Mais il faut croire que la mobilisation avait un ressort tel que les digues ne pouvaient que céder. Les gendarmes ont accepté que le rassemblement quitte l’horrible parking pour traverser la ville vers une place d’esprit plus champêtre…

Ce qui a donné un cortège de 400-500 personnes, d’esprit bon enfant mais décidé, notamment en passant devant l’abbatiale, où fut lancé le slogan « il est où Alain, il est où ». Allusion au chef d’équipage Alain Drach, mais également Guy Harlé d’Ophove, dont nous avons déjà longuement parlé ici, et qui la veille fanfaronnait encore dans Le Parisien comme quoi jamais rien ne serait annulé…

Les gens ont alors mangé des gâteaux (végétaliens comme il se doit), certains quittant les lieux afin de se précipiter au Plessis Brion, où des membres d’une chasse à courre se lançait après une messe dans leur sinistre activité, le cerf échappant heureusement à leur envie de tuer…

L’équipage a mis en ligne les photos de la messe et de la chasse, avec des photos édifiantes du plus pur style grand bourgeois, tiré à quatre épingles dans un esprit féodal et clérical.

Ces gens de la haute bourgeoisie sont secs, froids, sans coeur, sans esprit ; les gens qui les suivent sont obséquieux, sans âme. C’est une sorte d’allégorie des hiéarchies sociales à l’échelle de la société, avec tout ce que cela signifie en termes de cynisme et d’indifférence.

Cela réconforte de voir autre chose! Non pas que le rassemblement du 28 octobre soits une fin en soi : l’objectif est la fin de la chasse à courre et il ne s’agit jamais de faire de l’autosatisfaction. Cependant, c’est une bonne leçon comme quoi avec un travail de fond et une confiance en les gens, on avance.

C’est pour cela que sur LTD, nous adoptons le symbole des deux marteaux. Le véganisme réel ne passe par la fausse radicalité bobo, mais par l’ancrage dans les gens, car les gens veulent le véganisme, ils veulent la compassion.

Ils veulent un monde meilleur, différent, sauf qu’ils sont prisonniers de valeurs erronées pour beaucoup et d’un rapport au quotidien qui n’est pas naturel. Il faut donc savoir être ferme sur les principes, tout en aidant les gens à avancer.

C’est en ce sens qu’on peut bien dire : la tempête arrive. La libération animale est une démarche inéluctable pour la grande majorité des gens comprenant le besoin de se transformer et de transformer une société dénaturée !