• Nicolas Hulot et son garage

Nicolas Hulot et son garage

« Nous visons la fin de la vente des voitures à essence et diesel d’ici à 2040 » avait déclaré Nicolas Hulot en juillet 2017, expliquant également au sujet des logements que d’ici dix ans, les « passoires thermiques », ce serait fini.

Ces propos sont éclairés désormais par une information, dont toute la presse s’est gaussée, ruinant encore davantage la crédibilité de l’écologie.

Car le gouvernement a rendu public la situation patrimoniale de ses membres et il y a plusieurs millionnaires : ce n’est guère étonnant. Que Nicolas Hulot en fasse partie, avec plus de sept millions d’euros, soit.

Cependant qu’il possède un véritable garage… Cela détruit toute crédibilité. Voici la liste de ses engins à moteur.

Description : Terrestre à moteur | Marque : BMW
Entrée dans le patrimoine : 2014 | Valeur d’achat : 33 000 €
Valeur vénale : 25 000 €

Description : Bateau | Marque : VAILLANT
Entrée dans le patrimoine : 2012 | Valeur d’achat : 24 600 €
Valeur vénale : 15 000 €

Description : Terrestre à moteur | Marque : CITROEN 2CV
Entrée dans le patrimoine : 2017 | Valeur d’achat : 5 000 €
Valeur vénale : 5 000 €

Description : Terrestre à moteur | Marque : VOLKSWAGEN
Entrée dans le patrimoine : 2017 | Valeur d’achat : 50 000 €
Valeur vénale : 50 000 €

Description : Terrestre à moteur | Marque : BMW
Commentaire : Scooter électrique
Entrée dans le patrimoine : 2017 | Valeur d’achat : 6 000 €

Valeur vénale : 6 000 €
Description : Terrestre à moteur | Marque : CITROEN
Entrée dans le patrimoine : 2000 | Valeur d’achat : 1 000 €
Valeur vénale : 1 000 €

Description : Terrestre à moteur | Marque : LAND ROVER
Entrée dans le patrimoine : 1998 | Valeur d’achat : 1 000 €
Valeur vénale : 1 000 €

Description : Terrestre à moteur | Marque : BMW
Commentaire : Moto
Entrée dans le patrimoine : 2000 | Valeur d’achat : 1 000 €
Valeur vénale : 1 000 €

Description : Terrestre à moteur | Marque : PEUGEOT BOXER
Entrée dans le patrimoine : 1998 | Valeur d’achat : 1 000 €
Valeur vénale : 1 000 €

Certains chiffres sont étonnants : un millionnaire achèterait-il une vieille moto BMW à 1000 euros ? En sachant qu’à ce prix là il faut la retaper et qu’elle vaut donc alors après bien plus de ce prix ?

Et il y a le bateau. Il y a marquée que la marque est « Vaillant », mais en réalité c’est sans doute « Valiant ». Le fait qu’il en ait est connu de ceux et celles s’étant déjà questionné sur Nicolas Hulot. Mais quelle est la consommation du moteur ? En sachant qu’on en est facilement aux 40 litres par heure de consommation, avec ce type d’engins…

Mais peu importe et regardons un simple fait : Nicolas Hulot accumule les voitures. C’est incompatible, fondamentalement, avec l’affirmation de l’écologie. Et quel intérêt à ces vieilles voitures ? Rien qu’en mettant le contact, elles polluent déjà affreusement. Au moins, les riches Californiens font semblant de faire quelque chose avec leurs voitures électriques.

C’est là une incohérence qui, finalement, rappelle qui il est. Nicolas Hulot est imprégné des valeurs de cette société. Ancien animateur de télévision pour TF1, il gagne encore une fortune avec les produits Ushuaïa. C’est un beauf qui s’imagine avoir une prise de conscience, alors qu’il ne veut que se mettre en valeur et limiter la casse.

Sa démarche n’est pas sérieuse, elle est totalement décalée par rapport aux exigences de notre époque. Il faut ici d’ailleurs souligner la dimension « propriétaire ».

Propriétaire de multiples maisons (240 m², 334 m², 116 m², 180 m², ainsi qu’un appartement de 48 m²), Nicolas Hulot se dit peut-être qu’il a besoin d’autant de véhicules à chaque endroit. En ce cas, cependant, il ne peut pas donner de leçons, car c’est une attitude irresponsable.

La maison individuelle est justement une aberration écologiste, de par les ressources qu’elle demande, en termes de chaleur, infrastructure, d’empiétement sur la Nature, de transports nécessaires pour y aller, en termes d’accès à la culture urbaine, aux hôpitaux, etc.

Nicolas Hulot a ici faux sur toute la ligne.

Les chasseurs et le Diplôme d’Université en droit animalier

Nous avions parlé de la mise en place, sur le Campus Universitaire de Brive de l’Université de Limoges, à Brive-la-Gaillarde, d’un Diplôme d’Université en droit animalier. Pour nous, c’est une mascarade : une société qui utilise l’exploitation animale à tous les niveaux prétendrait se préoccuper des animaux? C’est intenable, donc mensonger.

Le président de la Fédération nationale des chasseurs a fort logiquement pris cela en compte et demande l’intégration des chasseurs dans le contenu du diplôme. Voici la demande faite au président de la République (cliquer pour agrandir).

L’université a répondu et derrière la moquerie, pour qui sait lire entre les lignes et voit les références, il y a la soumission institutionnelle, donc la soumission à l’exploitation animale.

Feignant de s’opposer aux chasseurs sur un ton particulièrement sarcastique, elle explique en effet qu’elle prend déjà en compte la chasse et la pêche, les “animaux nuisibles”, etc.

Elle se moque des chasseurs, mais rassure bien comme il faut les institutions qui ont reçu la lettre des chasseurs. C’est vraiment une fausse opposition, et pendant ce temps-là rien ne change pour les animaux, ou empire!

Voici la réponse (cliquer pour agrandir).

 

“One Planet Summit” : la finance sauvera-t-elle la planète?

La conférence « One Planet Summit » vient de se tenir deux ans jour pour jour après la COP21, et il y a quelque chose de bizarre, une sorte d’arrière-goût très particulier. Quand en effet la COP21 s’est terminée, les commentaires étaient, à défaut d’élogieux, au moins certains de la signification réelle et profonde de celle-ci, avec la certitude d’un impact réel.

Nous avions analysé de fond en comble la COP21, jour par jour et expliqué bien au contraire que tout cela, c’était du vent.

Or, c’est grosso modo ce qu’a expliqué Emmanuel Macron au One Planet Summit, résumant son propos par :

« On est en train de perdre la bataille. »

Pourtant, la situation présente était inévitable, de par le refus de faire des efforts et de changer sa manière de voir les choses. Donc, ce qui est attendu, c’est l’auto-critique : nous aurions du… il faut se corriger… il faut changer soi-même pour s’améliorer… etc.

On n’a droit à rien de tout cela. C’est déjà un problème fondamental, et cela montre bien que, sans révolution, aucun changement n’est possible. Il faut remettre en cause tellement de choses pour sauver la planète que, par définition, les institutions se placent en-dehors du processus de sauvetage.

Bien sûr, elles prétendent le contraire, puisque le « one planet summit », qui s’est tenu à Boulogne en banlieue parisienne, avait comme contenu : « La finance publique et privée au service de l’action climat ».

C’est-à-dire qu’il s’agit de discussions internes au système, par des gens qui en sont des représentants importants, sans aucun contrôle démocratique. C’est uniquement technique et les gens « normaux » sont tellement étrangers au processus que le « one planet summit » a un petit site pas très joli, mais ni facebook ni twitter.

On est dans l’entre-soi, dans des discussions internes, mes invités sont des membres d’administration ou de la finance, cela s’arrête là.

D’où les quatre tables rondes, qui sont purement techniques, au sens de discussions de membres de deux grandes familles : celle des institutions (maires, ministres, présidents, etc.), celle de la finance (privée, publique, des grands organismes comme la Banque mondiale, etc.).

Voici leurs thématiques :

– Changer l’échelle de la finance pour l’action climat ;

– Verdir la finance en faveur d’une économie durable ;

– Accélérer l’action locale et régionale en faveur du climat ;

– Renforcer les politiques publiques pour la transition écologique et solidaire.

Ces tables rondes se sont déroulées la matinée, l’après-midi consistant en la présentation de projets autour de trois thèmes :

– S’orienter vers une transition et un développement sobres en carbone ;

– Renforcer l’adaptation et la résilience face au changement climatique ;

– Solidarité et renforcement des capacités.

Que faut-il comprendre de tout cela ? Voici des passages synthétiques que nous avons extirpés, pour bien saisir de quoi il en retourne.

« Ce sont les investissements d’aujourd’hui qui dessinent le monde de demain. »

« La mobilisation de l’ensemble des acteurs de la finance est déterminante pour la lutte contre le dérèglement climatique et la transition vers une économie qui émet moins de gaz à effet de serre et peut s’adapter aux évolutions à venir. Tous les acteurs, institutions financières privées comme acteurs publics doivent continuer à innover dans ce sens. L’enjeu est de pousser le secteur financier vers une perspective de long terme en prenant mieux en compte les risques climatiques. »

« L’action des gouvernements locaux et régionaux est indispensable pour atteindre les objectifs mondiaux de l’Accord de Paris dans la mesure où ils possèdent les cartes maîtresses qui permettront d’en accélérer la mise en œuvre avant 2020. »

« Les gouvernements doivent jouer le rôle de garant des objectifs de l’Accord de Paris. »

Traduisons cela de manière claire. Le développement est décidé par le capitalisme, or le capitalisme ne raisonne pas en long terme, mais en profit.

Il faut donc l’aider à faire les bons choix. Un moyen d’impulser cela est de passer par des structures qui seraient indépendantes du capitalisme : les villes et les administrations locales et régionales, ainsi que les gouvernements.

Placer dans un contexte de lutte contre le réchauffement climatique du point de vue étatique, institutionnel, et avec quelques aiguillons, le capitalisme prendra conscience qu’il y a besoin de poser la question du long terme, et alors il y aura les moyens de faire quelque chose très concrètement.

Voilà l’idée du “one planet summit”.  Un tel discours n’a rien de nouveau : déjà dans les années suivant la première guerre mondiale, il y en avait qui disait que cette fois ça y est le capitalisme a compris, il n’y aurait plus de guerre, la paix est dans son intérêt, etc.

Il y a deux arguments de poids toutefois pour bien montrer que le « one planet summit » se trompe.

Le premier argument est le suivant : si ce qui est avancé est vrai, alors pourquoi cela n’a-t-il pas été fait plus tôt ? Ce que LTD a compris il y a deux ans, personne ne l’a dit (pratiquement), mais tous les experts le savaient.

Donc, pourquoi avoir menti, et pourquoi la prise de conscience qu’aurait le capitalisme ne s’est-elle pas été produite avant ?

Second argument : le capitalisme n’est pas qu’une course aveugle au profit, c’est également la compétition acharnée.

La chancelière allemande Angela Merkel n’est pas venue, car elle s’occupe de la formation de son gouvernement : on a les priorités qu’on veut. Le représentant américain a consisté… en un chargé d’affaires de l’ambassade! La Chine a envoyé simplement son vice-premier ministre, impossible de savoir quel représentant indien était là…

Ce n’est pas une conférence mondiale, malgré la présence de chefs d’Etat africains, par ailleurs tous plus corrompus les uns que les autres.

Entre la course au profit et la compétition, on est très loin d’avoir une seule planète, unifiée. Il est évident que sans administration centrale avec les pleins pouvoirs, dans un tel contexte, rien n’est possible.

Une telle administration centrale avec les pleins pouvoirs, expression des besoins de la planète et porté par la démocratie mondiale, voilà la seule solution, l’urgence de notre époque.

Le 21e siècle aboutira à cela, ou n’aboutira pas… Le reste, ce sont des mots.

Emmanuel Macron peut bien vouloir que le « one planet summit » ait lieu chaque année, cela ne changera rien. Un monde divisé, fractionné, ne peut pas unir ses efforts.

On peut apporter comme contre-argument que le sommet a été organisé par Emmanuel Macron avec deux autres figures mondiales justement : le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres et le président de la Banque Mondiale Jim Yong Kim.

Mais ni l’ONU ni la Banque Mondiale ne sont des organismes supra-nationaux. Ce sont des organismes para-nationaux, accompagnant les États, pas passant au-dessus de leur tête.

La Banque Mondiale a ainsi affirmé qu’elle cesserait le financement des industries gazière et pétrolière après 2019. Mais cela veut dire simplement qu’elle a aidé jusqu’à présent les grandes compagnies du pétrole et du gaz, rien de plus…

L’Union Européenne a elle expliquer qu’elle ferait en sorte de garantir les 100 milliards de dollars promis par les pays développés aux en voie de développement, d’ici 2020. Cela veut seulement dire que la promesse faite est censée être tenue…

Il y a également une centaine de fonds d’investissement et de fonds de pensions, comme les américains CalPERS et BlackRock, la banque britannique HSBC, qui ont promis la transparence envers leurs actionnaires sur les investissements entrant en rapport avec la question du climat.

Mais la transparence était déjà censée être de mise et cela ne veut pas dire que les actionnaires choisiront le climat. Rien ne les y forcera, et de toutes manières dans une compétition financière, c’est le meilleur rendement qui gagne…

Il y a aussi eu la présence des philanthropes, comme l’Américain Bill Gates, le Britannique Richard Branson, l’ancien maire de New York Michael Bloomberg. Ils comptent donner de l’argent à la recherche sur le climat. Mais là encore c’est dispersé et une goutte d’eau dans l’océan, sans parler de l’absence de démocratie.

Le monde peut-il dépendre d’Arnold Schwarzenegger, ancien gouverneur de Californie, avec sa cravate verte, de l’acteur Sean Penn, d’une poignée de banquiers, de quelques élus ?

Le “one planet summit” pose le même problème que la COP21 : il y a des promesses, mais aucune vérification démocratique (sans parler des décisions!), aucune contrainte en aucun cas.

Nicolas Hulot : “Ne soyons pas excessifs”

Madame Figaro vient de faire une interview de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique. Voici un petit extrait de cet interview, qui montre que le problème, ce ne sont pas seulement les partisans ouverts de l’exploitation animale.

Ceux-là sont facilement compréhensibles, visibles, caricaturaux. Les grands chefs d’entreprise et les chasseurs n’ont pas la confiance de la grande majorité de la population. Mobiliser contre eux est possible, parce que leur rapport à la réalité est flagrant. Ce sont des beaufs et des profiteurs.

Cependant, il y a aussi ceux qui ne veulent pas être « excessifs ». Ceux-là sont des ennemis masqués. De L214 à Nicolas Hulot, ils disent qu’on a le temps, que le progrès est inévitable. Ils cachent que les choses empirent à l’échelle mondiale, que finalement pas grand-chose ne change pour les animaux.

Ils prennent un petit élément positif et le généralisent, alors qu’il est anecdotique. Qu’importe aux animaux à l’échelle mondiale qu’il y ait 3 % de gens vivant vegans dans certains pays du monde, si l’exploitation animale va doubler d’ici cinquante ans ?

Dans l’ordre du jour, la jeunesse devrait vouloir tout casser et la révolution devrait avoir eu lieu quarante fois. Au lieu de cela, tout est d’une mollesse complète, pour ne pas dire une paresse criminelle.

On se complaît dans un quotidien individuel qui, somme toute, est vivable, en se disant qu’il y a pire ailleurs. Et puis, il y a les petits efforts qu’on fait, qui suffisent à se donner bonne conscience…

Les propos de Nicolas Hulot relèvent tout à fait de cette approche de Ponce Pilate.

La viande est l’aliment qui impacte le plus le climat. Doit-on devenir végétariens ?

Ne soyons pas excessifs. Deux membres de ma famille sont végétariens. Moi, je suis flexitarien : j’ai divisé ma consommation de viande par quatre. J’en achète moins, mais de meilleure qualité, de proximité et bio.

Quitte à la payer un peu plus cher. L’agriculture représente 20 % de nos émissions de gaz à effet de serre. Elle peut être un problème, une victime, mais aussi une solution.

Quand un paysan élève son bétail avec de la prairie, il permet la capture du carbone par le sol.

Les agriculteurs peuvent ainsi – et c’est un exemple parmi tant d’autres les concernant- participer à la lutte contre le changement climatique. Mais il faut aussi qu’ils s’y retrouvent économiquement.

La souffrance animale dans les abattoirs et les fermes industrielles suscite un débat grandissant. Des enseignes, comme Monoprix, bannissent les œufs en batterie de leurs rayons. Comment aller plus loin ?

Les révélations nécessaires d’associations comme L214 ont permis de sortir d’une forme d’hypocrisie.

Je trouve inadmissible ces élevages industriels et ces conditions de transport ignobles, où les animaux sont, entre autres, trimballés sur de grandes distances en plein été. Les fermes de 10 000 vaches et les élevages de poulets en batterie sont d’une autre époque.

On peut améliorer les choses. Sur l’abattage, il faut créer les conditions pour que la peur de la mort soit réduite au maximum… Je veux engager une réflexion sociétale sur ce sujet de civilisation.

Nous sommes la partie consciente de la nature, capables d’attention et de bienveillance vis-à-vis des autres êtres vivants, et qu’en faisons-nous ? Pour mériter notre intitulé d’Homo sapiens, nous devons le démontrer.

La civilisation, ce serait de ne pas être excessif… Comme si c’était sa propre conscience qui décidait de la réalité, comme si rester mesuré dans ses choix avait une valeur en soi…

C’est ni plus ni moins que la capitulation masquée derrière le visage du « raisonnable ».

Les animaux ont besoin de héros, mais pas du genre de Johnny Hallyday

Les animaux connaissent le martyr sur la planète, parce que l’humanité, enfermée dans son anthropocentrisme, a décidé que leur existence ne comptait pas. S’opposer à cela demande de la volonté, mais également de l’héroïsme.

Penser qu’on peut changer des choses sans un engagement complet, sans renverser la table, c’est-à-dire sans révolution pour dire les choses clairement, est illusoire.

Il faut quand même voir qu’on est dans un pays qui célèbre Johnny Hallyday, et avec un pays pareil on s’imagine qu’on va accorder la paix aux animaux ? C’est impossible, il faut transformer ce pays, afin que la société ressemble à autre chose, sinon ce n’est même pas la peine d’essayer.

Johnny Hallyday est d’ailleurs un très bon exemple ici : il suffit de prendre sa chanson « Que je t’aime ». Elle parle de « faire l’amour », à travers une réduction patriarcale de la femme à un être passif, à coups d’animalisation.

Cette chanson est à proprement parler anti-féministe et anti-animaux, c’est un exemple de diffusion d’une vision du monde arriérée comme pas possible. Voici quelques paroles affreusement exemplaires :

« Quand tu ne te sens plus chatte
Et que tu deviens chienne
Et qu’à l’appel du loup
Tu brises enfin tes chaînes (…)

Quand mon corps sur ton corps
Lourd comme un cheval mort
Ne sait pas, ne sait plus
S’il existe encore »

Pauvre pays, qui fait de Johnny Hallyday une icône. Il faut dire qu’on a les héros qu’on mérite. Emmanuel Macron était d’ailleurs à Alger le matin de l’annonce de la mort de Johnny Hallyday, qu’il a appris dans la nuit. Dans les rues de la capitale algérienne, il a dit justement la chose suivante au sujet du chanteur décédé :

« Il fait partie de ces héros français, j’ai souvent dit qu’il fallait des héros pour qu’un pays soit grand. »

C’est pathétique. Mais le grand souci dans cela, c’est que les animaux, eux, attendent les véritables héros. Ceux et celles qui savent mettre de côté leur ego, leur petit moi, leur confort, pour assumer ce qui doit être assumé : l’engagement total en leur faveur.

Qu’est-ce qu’un héros, justement ? Rappelons ici les définitions possibles :

« Personnage légendaire auquel la tradition attribue des exploits prodigieux. »

« Homme, femme qui incarne dans un certain système de valeurs un idéal de force d’âme et d’élévation morale. »

« Homme, femme qui fait preuve, dans certaines circonstances, d’une grande abnégation. »

« Combattant(e) remarquable par sa bravoure et son sens du sacrifice. »

Faire de Johnny Hallyday un « héros », c’est dire qu’un chanteur de variété faisant des concerts par showbusiness est un héros, car il a su divertir les gens et leur faire croire qu’ils ressentent des choses.

Là n’est pas l’héroïsme. Il est ailleurs. On le trouve dans chaque refuge, par exemple. On y trouve gens qui donnent leur vie, sans penser à leur petit moi, à leur ego. Ce ne sont pas des gens qui se mettent en avant, avec leur photo, des interviews. Leur abnégation est anonyme, ils se sacrifient entièrement, sans confort, sans vacances, sans vie privée même parfois.

Car ces héros sont entièrement engagés, leur esprit est entièrement tendu vers l’héroïsme concret. On ne peut pas être un héros tout seul, pour soi, ou alors on en revient à l’antiquité avec ses héros barbares.

Être un héros, ce n’est pas non plus donner du baume au cœur, c’est se mettre en jeu au service des autres, concrètement. En ce sens, Johnny Hallyday n’a jamais été qu’une abstraction. Sa musique n’a rien changé, elle a même contribué plutôt d’ailleurs à maintenir la France dans une ringardise terrible.

Être un héros, c’est intervenir en se mettant en jeu. Un autre exemple que l’on peut prendre, car là on a quelque chose de directement concret de par l’urgence, est lorsqu’un animal est arraché d’une situation de danger absolu.

L’intervention pour sauver un animal bloqué quelque part, en panique, blessé et isolé, comme un pigeon qu’on peut trouver, un chien qui s’est perdu, tout cela est une petite forme d’héroïsme.

Il est vrai que cette forme ne présente pas de vrai mise en cause de soi-même. Quoique : le fait de prendre un pigeon, de l’accueillir, de le transporter, tout cela est déjà incroyablement mal vu par une société indifférente (d’ailleurs même les personnes véganes sont, finalement, surtout indifférentes).

Donnons alors un autre exemple. Dans l’Oise, en 1989, un raid dans un laboratoire a libéré 42 chiens dans un laboratoire de vivisection. Pour les chiens, leurs libérateurs ont été des héros. Pour ces chiens, les libérateurs ont été comme Zorro sauvant un innocent ou bien, de manière plus juste, comme l’armée rouge libérant Auschwitz.

On peut arguer ici que les chiens ne savaient pas qu’ils allaient subir la vivisection. C’est faux, déjà parce que les animaux libérés ont parfois déjà subi la vivisection (il y a eu des cas de chats avec des électrodes dans la tête, par exemple, ou bien sûr le jeune singe Britches aux paupières cousues), mais surtout dans tous les cas, car un laboratoire n’est pas un endroit naturel pour un chien (ni n’importe quel animal).

Des chiens, enfermés dans une terrible promiscuité, dans des cages qui sont des prisons, dans un lieu qui sent la mort, avec la froide et ignoble brutalité des humains travaillant dans ce genre d’endroit, ne peuvent que sentir que la situation ne va pas du tout.

Ils ont peur d’ailleurs, et ne comprennent pas forcément que les libérateurs sont des libérateurs. Mais peu importe, ce sont eux qui comptent et non ce qu’ils pensent des humains, et ils découvrent lentement mais sûrement autre chose.

Cette lenteur dans le résultat de l’action, la patience nécessaire, voilà qui correspond à l’héroïsme.

Cela ne veut pas dire que l’héroïsme soit forcément ce qui soit juste historiquement pour changer les choses, même si on peut se douter que pour les 30 chiens et 23 lapins arrachés en 1990 à l’hôpital Salvatore de Marseille, ce qui compte c’est déjà leur propre vie et non l’Histoire, avec un grand H.

Après tout, ce sont les animaux qui comptent, pas nous demandant des remerciements où que ce soit de ce genre. Il ne s’agit pas de remercier un Dieu libérateur qui a envoyé Moïse exiger du pharaon : « Laisse partir mon peuple », car c’est nous-mêmes qui sommes pharaon.

La vieille dame qui nourrit les chats et les pigeons malgré l’opprobre, les cadres des refuges, dans une certaine mesure les vegans intransigeants refusant de céder à l’hégémonie pathétique de L214, 269 et autres egotrips spectaculaires, voilà où l’on peut trouver l’abnégation, l’engagement, non pas pour soi-même, mais pour l’exigence du changement.

Pas de fausses excuses, pas de compromis même pas avec soi-même, pas d’exceptions. Si ce n’est pas moi, qui ? Si ce n’est pas maintenant, quand ?

Les deux films “Le Jour où la Terre s’arrêta”

Le Jour où la Terre s’arrêta est un film de science-fiction de 1951, qui a connu une nouvelle version en 2008. Si dans les deux cas il ne s’agit pas d’un chef d’œuvre, la problématique est formidable, en faisant quelque chose d’incontournable pour qui s’intéresse à la défense de la Terre.

En fait, on peut largement penser que ces films ne sont que des prétextes pour une critique intelligente de la situation ; le message est vraiment ce qui ressort, bien plus que la forme très largement kitsch.

Le scénario est en effet le suivant : un extra-terrestre débarque sur Terre en soucoupe volante. L’armée se comporte, bien évidemment, avec une attitude hostile et meurtrière, avec des humains agressifs par rapport à ce qu’ils ne connaissent pas, cherchant toujours à détruire ce qu’ils ne contrôlent pas.

L’extra-terrestre, qui a une forme humaine, se balade alors et constate l’arriération de l’humanité sur le plan des valeurs. Ce message est bien sûr une critique ouverte des comportements humains, prétexte à une critique générale faite par le film en lui-même à la société de l’époque.

Le contenu de la critique est cependant fort différent, même si cela se rejoint bien entendu.

Dans le film de 1951, l’extra-terrestre vient expliquer aux humains que maintenant qu’ils ont progressé sur le plan technologique, ils doivent devenir pacifiques, sans quoi ils représentent une menace inacceptable pour les autres planètes. C’est un appel au pacifisme en pleine hystérie générale aux États-Unis alors.

Voici la scène finale, où l’extra-terrestre tient un discours pacifiste, d’une portée incroyable quand on connaît le contexte historique alors. Ce discours se tient devant des scientifiques, avec une présence soulignée de scientifiques indiens et chinois, soviétiques et américains : le message s’adresse à l’humanité toute entière.

C’est d’ailleurs la première fois peut-être que l’humanité est représentée de manière universelle au cinéma.

I am leaving soon, and you will forgive me if I speak bluntly. The universe grows smaller every day, and the threat of aggression by any group, anywhere, can no longer be tolerated. There must be security for all or no one is secure.

Je pars bientôt, vous m’excuserez si mes paroles sont brutales. L’univers est plus petit chaque jour, et la menace d’une agression, d’où qu’elle vienne, n’est plus acceptable. La sécurité doit être pour tous ou nul ne sera en sécurité.

Now, this does not mean giving up any freedom except the freedom to act irresponsibly. Your ancestors knew this when they made laws to govern themselves and hired policemen to enforce them. We of the other planets have long accepted this principle.

We have an organization for the mutual protection of all planets and for the complete elimination of aggression.

Cela ne signifie pas renoncer à la liberté mais renoncer à agir avec irresponsabilité. Vos ancêtres l’avaient compris quand ils ont créé les lois et engagé des policiers pour les faire respecter. Sur les autres planètes, nous avons accepté ce principe depuis longtemps.

Nous avons une organisation pour la protection mutuelle des planètes et la disparition totale des agressions.

The test of any such higher authority is, of course, the police force that supports it. For our policemen, we created a race of robots. Their function is to patrol the planets—in space ships like this one—and preserve the peace. In matters of aggression, we have given them absolute power over us; this power can not be revoked.

At the first sign of violence, they act automatically against the aggressor. The penalty for provoking their action is too terrible to risk.

Une autorité aussi haute repose bien sûr sur la police qui la représente. En guise de policiers, nous avons créé une race de robots. Leur fonction est de patrouiller dans des vaisseaux tels que celui-ci, et de préserver la paix. Pour les questions d’agression, nous leur avons donné les pleins pouvoirs. Ces pouvoirs ne peuvent être révoqués.

Au premier signe de violence, ils agissent contre l’agresseur. Les conséquences de leur mise en action sont trop terribles pour s’y risquer.

The result is that we live in peace, without arms or armies, secure in the knowledge that we are free from aggression and war—free to pursue more profitable enterprises.

Now, we do not pretend to have achieved perfection, but we do have a system, and it works. I came here to give you these facts. It is no concern of ours how you run your own planet.

Résultat : nous vivons en paix, sans arme ni armée, ne craignant ni agression ni guerre, et libres d’avoir des activités plus profitables. Nous ne prétendons pas avoir atteint la perfection, mais nous avons un système qui fonctionne.

Je suis venu vous donner ces informations. La façon dont vous dirigez votre planète ne nous regarde pas.

But if you threaten to extend your violence, this Earth of yours will be reduced to a burned-out cinder. Your choice is simple: Join us and live in peace, or pursue your present course and face obliteration.

We shall be waiting for your answer; the decision rests with you.

Mais si vous menacez d’étendre votre violence, votre Terre sera réduite à un tas de cendres. Votre choix est simple : joignez-vous à nous et vivez en paix ou continuez sur votre voie et exposez-vous à la destruction.

Nous attendrons votre réponse. La décision vous appartient.

C’est un terrible avertissement et un appel à la paix, à une humanité unifiée. Comme on a perdu du temps depuis 1951 pour aller en ce sens!

Dans le film de 2008, l’extra-terrestre explique que l’humanité est en train de tuer la Terre et qu’elle doit donc disparaître. Le scénario est alambiqué, car pourquoi venir annoncer quelque chose au lieu de le faire, pour ensuite naturellement changer d’avis ?

Autant dans la version de 1951, il y a un certain charme suranné des Etats-Unis des années 1950, autant dans la version de 2008 les faiblesses de 1951 reprises directement sous la forme d’un remake ne passent pas du tout.

Le film est totalement hollywoodien, mais heureusement il y a un aspect qui ressort qui est très fort et reflète un vrai questionnement. Voici un passage significatif.

– I need to know what is happening.
– This planet is dying. The human race is killing it.
– So you’ve come here to help us.
– No, I didn’t.

– J’ai besoin de savoir ce qui se passe.
– Cette planète est en train de mourir. L’espèce humaine la tue.
– Alors tu es venu ici pour nous aider.
– Non, ce n’est pas ce que j’ai fait.

– You said you came to save us.
– I said I came to save the Earth.
– You came to save the Earth. From us. You came to save the Earth from us.
– We can’t risk the survival of this planet for the sake of one species.

– Vous avez dit que vous êtes venu nous sauver.
– J’ai dit que je suis venu sauver la Terre.
– Vous êtes venu sauver la Terre. De nous. Vous êtes venu sauver la Terre de nous.
– Nous ne pouvons pas risquer la survie de cette planète pour une seule espèce.

– What are you saying ?
– If the Earth die, you die. If you die, the Earth survives. There are only a handful of planet in the cosmos that are capable to support complex life.

– Qu’est-ce que vous dites ?
– Si la Terre meurt, vous mourez. Si vous mourez, la Terre survit. Il y a seulement une poignée de planètes dans le cosmos qui sont capables de soutenir la vie complexe.

– You can’t do this.
– This one can’t be allowed to perish.
– We can change. We can still turn things around.
– We watched, we waited in the hope that you would change.

– Vous ne pouvez pas faire ça.
– On ne peut pas autoriser que celle-ci périsse.
– Nous pouvons changer. Nous pouvons encore renverser les choses.
– Nous avons regardé, nous avons attendu dans l’espoir que vous changeriez.

– Please.
– It has reached the tipping point, we need to act.
– Please.
– We’ll undo the damage you’ve done and give the Earth a chance to begin again.
– Don’t do that. We could change. We can change.
– The decision is made. The process has begun.

– S’il vous plaît.
– Le point de basculement a été atteint, nous devons agir.
– S’il vous plaît.
– Nous réparerons les dégâts que vous avez causé et donnerons à la Terre une chance de recommencer.
– Ne faites pas ça. Nous pourrions changer. Nous pouvons changer.
– La décision est prise. Le processus a commencé.

L’intensité dramatique est évidente pour qui ne voit pas la culture comme un simple divertissement. On a là quelque chose de grave et comment ne pas voir dans les propos de l’extra-terrestre, appelé Klaatu, quelque chose de si parlant?

Le Jour où la Terre s’arrêta n’est pas un bon film, ni en 1951, ni en 2008. Cependant, il a le mérite de permettre l’affirmation d’un vrai questionnement, qui se maintient malgré la dimension totalement commerciale de leur production.

Leur existence permet une bonne mise en perspective d’inquiétudes et de questionnements existant dans la société, allant dans le sens de l’universalisme et de l’écologie.