Une lettre d’Abdul Haqq (anciennement Walter Bond)

Voici une lettre d’Abdul Haqq depuis sa prison américaine, une lettre sympathique et très intéressante. C’est d’ailleurs son anniversaire le 16 avril, et c’est par là que cela se passe si vous voulez l’aider à pouvoir acheter quelques bouquins et journaux.

Évidemment, cela veut dire aussi que si vous le faites, les éventuels voyages aux États-Unis seront certainement surveillés, de par la position révolutionnaire d’Abdul Haqq.

On notera également que les activistes Joyanna “Sadie” Zacher et Nathan “Exile” Block n’ont plus le droit de s’écrire. Ce couple est emprisonné pour avoir causé 2 millions de dollars de dégâts (un concessionnaire Chevrolet et un projet de promoteurs immobiliers).

La raison en est une lettre de Sadie, qui dit :

« Il y a eu de sombres journées ici, quand la rage d’être emprisonnée bout en des larmes de frustration – mais pas de regret, cela jamais. Même en sachant que ce serait le prix à payer – sept ans de ma vie ici, je ne changerais toujours pas mes actions de quelque façon. »

L’État américain n’a pas apprécié ce cran, et le couple emprisonné depuis quatre ans n’a plus le droit de s’écrire.

Voici la lettre d’Abdul Haqq, qui date de la mi-mars (notons juste par principe que nous pensons qu’Abdul se trompe quand il explique que le rituel sacrificiel n’est pas pratiqué dans tout le monde musulman, donc y compris en Inde ou en Malaisie, par exemple).

Depuis ma récente conversion à l’Islam, on m’a demandé à de très nombreuses reprises comment je fais face à l’attitude négative qu’a beaucoup du monde musulman envers les animaux. D’abord, permettez-moi de dire que bien que je sois en effet un musulman, je ne suis pas en croisade religieuse, la seule « croisade » que je soutiens, que j’ai eu et que j’aurai est la croisade pour la libération animale et de la Terre.

J’ai toujours eu un accord clair avec moi-même selon lequel je ne me détournerais pas de ce chemin aussi longtemps que je vivrais.

Cela dit, la façon dont je traite avec l’attitude islamique typique comme quoi les animaux sont à notre usage n’est pas différente de la façon dont je traite avec ce même point de vue biaisé qui est tenu par la plupart des gens des États-Unis, la plupart des athées, beaucoup d’anarchistes, presque tous les communistes et les capitalistes.

Le fait est que le préjudice direct et indirect, l’exploitation, le meurtre et l’oppression de la Terre-Mère et les Nations animales forment une maladie humaine de cruauté. Pas quelque chose d’inhérent à un seul segment de la société par rapport à l’autre.

Cela vaut le coup de noter que davantage d’animaux meurent en Amérique et en Europe chaque année dans la production de fourrure et pour la vivisection que dans l’assassinat dans les rituels religieux dans la péninsule arabique.

Il est aussi intéressant de noter qu’environ 70% des musulmans ne sont pas d’origine arabe et ne vivent pas dans les pays impliqués dans ces horribles cérémonies. Et il est également à noter que tuer des animaux n’est pas un pilier de l’Islam.

En fait, il a été dit dans le Hadith [propos de Mahomet rapporté par la suite] qu’un pécheur incroyable a une fois récupéré l’eau d’un puits à l’aide d’une chaussure [pour la donner à un chien assoifé] et pour ce seul acte, une valeur de vie de péché a spécifiquement été pardonné ; à l’inverse dans une autre narration, le Prophète Muhammad (que la bénédiction et la paix d’Allah soient sur lui) a expliqué comment une personne très vertueuse dans tous les autres domaines a négligé de nourrir ou abreuver leur chat et comme résultat de cela le chat est mort, et aussi comme résultat, toutes les bonnes actions de cette vie n’ont pas épargné cette personne de la punition d’Allah, directement à cause de cruauté envers les animaux.

Il n’est pas du tout obligatoire que l’on participe à toute forme de violence envers les animaux pour être musulman. Si c’était le cas, je ne me serais jamais soumis à l’islam. Je suis enfermé avec ce que l’Amérique considère comme les pires menaces terroristes et islamistes radicaux dans le système carcéral et je n’ai rien reçu rien d’autre que le respect de ces hommes pour mon régime vegan et mes croyances en la libération animale.

Au contraire, j’ai déjà amené un frère à être vegan, et un autre est bien sur le chemin, Al hamdulillah! Jusqu’à la prochaine fois, bien à vous dans la lutte jusqu’à ce que la dernière cage soit vide et que le dernier animal soit libre!

Abdul Haqq

Pour précision, voici les passages auxquels Abdul Haqq fait référence:

« Alors qu’un homme cheminait, il fut pris d’une grande soif. Il trouva un puits dans lequel il descendit et but. Quand il en sortit, il vit un chien haletant qui mangeait de la boue sous l’effet de la soif. L’homme se dit : « Ce chien est en proie à une soif semblable à celle que je viens d’éprouver il y a peu. »

Il descendit alors dans le puits et remplit d’eau sa chaussure qu’il tint entre ses dents jusqu’à ce qu’il se hissât en dehors du puits. Ainsi, il donna à boire au chien. Dieu lui en fut reconnaissant de sorte qu’il lui pardonna, et le fit entrer au paradis. »

Les compagnons du Prophète lui demandèrent (surpris) : « Ô Messager de Dieu, nous serions récompensés pour (avoir été compatissants envers) des animaux ? » Le Prophète dit : « Pour tout foie humide (c’est-à-dire tout être vivant), il y a une récompense.» (Al-Bukhârî, Muslim)

« Une femme a été tourmentée en enfer à cause d’une chatte qu’elle avait enfermée jusqu’à ce qu’elle pérît. A cause de l’animal, elle entra en enfer. Elle ne l’avait ni nourrie, ni abreuvée alors qu’elle l’avait enfermée, ne lui laissant pas la possibilité de consommer ses proies. » (Al-Bukhârî, Muslim)

Articles pouvant vous intéresser