“Végétalien, il ne devrait pas avoir de mal à se nourrir”

Les médias parlent beaucoup d’un drame qui, malheureusement, va avoir un impact indirect très nocif sur le véganisme.

L’histoire est affreuse: un homme de 21 ans aurait violemment projeté son enfant au sol au moins à deux reprises. Une histoire comme on en trouve malheureusement beaucoup dans une société dénaturée, sans repères à part le principe de concurrence.

Le problème qui se pose à nous de manière plus particulière est la présentation faite par les médias de la personne présumée coupable.

Le père est décrit comme:

un homme intelligent, végétalien, amoureux de la nature, capable de vivre plusieurs jours dans une grotte, se déplaçant habituellement sans permis de conduire [sic] ni téléphone portable. Il avait pris la fuite mardi torse nu, seulement vêtu d’un sarouel noir et porteur de sandales.

On a donc ici une sorte de « hippie » version médiatique, une sorte de végétalien primitiviste. Pour en rajouter une couche encore, les médias ont expliqué que le déclic ayant amené le meurtre a été la demande de la mère de mettre de la crème solaire à l’enfant.

Le jeune père aurait alors refusé et tué l’enfant. Les médias présentent cela, sans le dire, comme un coup de folie « hippie » meurtrier.

Ne pas avoir de voiture, ou bien de permis, ou de carte bancaire, ou encore de téléphone portable, est considéré comme relevant d’un profilage criminel, comme confirmant le caractère « dérangé » de la personne.

Le couple est séparé depuis quelques mois et les médias expliquent même que le fuyard risque le suicide, ce qu’il aurait déjà tenté de faire lors d’un voyage récent en… Inde.

On a ici véritablement une machine de propagande énorme, avec l’établissement d’un profil criminel anti-végan impressionnant. On a une vision ultra-conservatrice de la société largement développée, sur une simple présomption.

Cela tourne d’ailleurs parfois au délire et la palme revient ici sans conteste au Figaro. Parlant de la fuite du jeune homme dans les Cévennes, en pleine forêt:

« Sa traque s’annonce complexe: l’homme ne possède ni téléphone portable ni carte bancaire. Les policiers ne peuvent donc pas le géolocaliser informatiquement. De plus, celui-ci est décrit comme quelqu’un d’intelligent, «pouvant se débrouiller dans la nature». Végétalien, il ne devrait pas avoir de mal à se nourrir. »

Le Figaro nous apprend donc qu’un végétalien en pleine forêt n’a pas de mal à se nourrir, c’est tout de même très très fort. Sans doute pour le Figaro une personne végétalienne est-elle quelqu’un se nourrissant des feuilles des arbres et de quelques plantes.

Au-delà de tout cela, et sans préjuger que le présumé criminel ait été végétalien (et encore faudra-t-il savoir pourquoi), cela rappelle l’énorme responsabilité sociale qu’ont les personnes véganes.

Là naturellement il s’agit d’un crime et ce n’est pas un exemple véritable, mais dans tous les autres cas: l’opinion publique assimile parfois trop rapidement les choses, et si une personne végane agit mal, il peut y avoir un effet d’association très nocif.

C’est en fait le manque de sens critique dont est ici victime le véganisme, en raison du fonctionnement par analogie, dont on a eu un exemple récent affreux avec le couple végétalien (voir ici ou encore ) dont l’enfant est mort en raison de mauvais soins, alors qu’il n’y avait pas de rapport avec le végétalisme.

C’est une question de culture et de références; c’est pourquoi nous avions parlé du jeune nazi ayant violé et tué une jeune femme, alors qu’il se voulait, parallèlement à son délire nazi, en faveur des animaux. Il y avait (et il y a) toute une idéologie misanthrope se prétendant pro-animaux et tentant de faire en sorte que les personnes aimant les animaux soient aspirées dans leur logique morbide.

On peut bien entendu considérer que tout cela, ce sont des « faits-divers », même tragiques, sans rapport direct avec l’exploitation animale, ni avec la cause de la libération animale. Sauf que la question de fond est qu’il faut savoir présenter une démarche praticable par des millions de personnes, ce qui signifie rejeter toutes les tendances négatives…

Articles pouvant vous intéresser