Définition du soutien au prisonnier par Walter Bond

Abdul Haqq, auparavant Walter Bond, définit dans son dernier message ce que doit être le soutien aux personnes emprisonnées pour leurs actions illégales. En voici la traduction.

Définition du soutien au prisonnier

En cette ère technologique de communication instantanée où il est facile pour l’activiste sur internet (un oxymore évidemment) de perdre la ligne de mire ce qu’est et n’est pas le soutien aux activistes en prison.

Voici une brève explication d’un bon soutien aux personnes emprisonnées et pourquoi c’est important pour la personne condamnée et le mouvement de Libération Totale.

-LES QUATRE GRANDS-

En tant que prisonnier, il y a quatre choses qui font toute la différence dans nos vies. Ce sont: l’argent, des lettres, des photos et des livres / magazines et la presse écrite.

1. ARGENT

Alors que l’on nous donne le strict minimum en prison pour survivre, les fonds font toute la différence.

Tout comme dans le monde extérieur hors des murs et des barbelés, les vêtements personnels comme des shorts, sweat-shirts et même des sous-vêtements de qualité coûtent de l’argent, une hygiène décente coûte de l’argent.

Les aliments (autres que celui qui vous est donné au moment du repas, ce qui n’est pas suffisant, quel que soit votre régime alimentaire, mais surtout pour un végétalien) coûtent de l’argent.

Comme c’est le cas pour les timbres, envoyer et recevoir des e-mails, télécharger de la musique, passer des appels téléphoniques, etc.

Mais, contrairement au monde extérieur, les personnes emprionnées n’ont aucun moyen de gagner de l’argent. Même avec un emploi en prison qui, si vous en avez un bon, pourrait ramener 50 dollars par mois (au maximum), le système pénitentiaire arrive à prendre jusqu’à 100% de ce que nous devons pour des restitutions ou des amendes. Par conséquent, un peu d’argent est toujours apprécié par les prisonniers.

2. LETTRES

Les prisonniers n’ont aucun moyen de rester dans le coup, de se tenir au courant des événements, ou de savoir que quelqu’un se soucie de lui, tant que nous n’obtenons pas une lettre.

En ce jour, en cette période, des milliers de personnes peuvent visiter un site de soutien ou une page facebook.

Mais dans des endroits comme la CMU (Unité de gestion des communications) pour les prisonniers politiques, nous ne sommes même pas autorisés à recevoir les impressions de ces textes de présentation agréable de soutien dans notre courrier postal.

Demandez-vous, est-ce que je poste ceci pour faire partie d’une communauté en ligne ou parce que je soutiens cette personne dans la réalité? Si oui, alors envoyez une lettre. Rappelez-vous alors que si les détenus fédéraux ont des accès limités aux mails, nous n’avons AUCUN accès à l’Internet.

3. PHOTOS-

En tant que prisonnier, notre monde est visuellement déprimant. Peinture grise, béton, portes, murs, des barreaux, des cages et des fils barbelés.

Nous voyons les mêmes personnes tous les jours, pas de changement.

Des photos d’animaux, de la Nature, les villes, vous les appréciez certainement. J’ai un album photo et deux panneaux de liège dans ma cellule.

J’épingle des photos de nature sur eux afin d’avoir des paysages de fortune sur mes murs et de temps en temps, je feuillette mon album photo pour me rappeler ce à quoi ressemblent les Vegans et les Animaux.

LIVRES / MAGAZINES ET MÉDIAS IMPRIMÉS

Les détenus ont plus de temps pour se concentrer sur les livres que quiconque sur la planète! Mais s’ils ne sont pas envoyés, il n’y a rien d’intéressant à lire. la plupart des bibliothèques des prisons actions utilisent la romance et la fiction dans des romans sans rien de substantiel.

Un livre ou magazine ne sera pas seulement lu par la personne à qui vous l’envoyez, mais par chaque prisonnier qui peut mettre la main dessus!

Les livres ont un public captif dans la prison. Je me souviens que quand j’allais au tribunal à Salt Lake City, les livres que j’ai lu et placé sur le chariot de livres ont vite fait le tour et ont été lus par des centaines de détenus.

La plupart de ces livres sont toujours en circulation dans cette prison longtemps après que je l’ai quittée.

Ces « grands quatre » est ce que vous pouvez faire pour aider ceux et celles d’entre nous qui ont perdu leur liberté, luttant pour la liberté de la Terre et des Animaux.

Le soutien aux prisonniers est vital pour le P.O.W. [prisoner of War – prisonniers de guerre] qui le reçoit, mais plus important encore pour l’avenir de la résistance.

La réalité est que la prison est tout simplement le risque professionnel pour les guerres de la Terre et des Animaux.

Il est important que les personnes libératrices en devenir et futures savent que si et lorsqu’elles font face à l’oppression du gouvernement, elles seront prises en charge et gardées dans le souvenir aussi longtemps qu’elles ont parlé ou combattu pour la Mère la Terre et les Nations Animales, et n’ont JAMAIS INFORMÉ SUR LES AUTRES ACTIVISTES.

C’est le cercle qui maintient la libération comme une lutte vivante et pas seulement une idée ou un idéal. Nous sommes ici pour la Terre et les Animaux, vous êtes là dehors pour nous!

Animal Liberation, Whatever It May Take!
ALF POW
Abdul Haqq

Articles pouvant vous intéresser