Mandats sur l’anti-spécisme de la Fédération Anarchiste

Ce qui vient d’arriver est la fin d’une époque pour un certain antispécisme: l’antispécisme tel qu’il s’est lancé en France, au début des années 1990. A l’époque, il consistait en une scène squatt (Paris et surtout Lille) et une mouvance intellectuelle (les cahiers anti-spécistes). Les restes de cet antispécisme sont confrontés à leur mise à mort avec la suppression par la radio parisienne Radio libertaire de l’émission “vivre ensemble”.

Cette émission, qui existe depuis 5 ans, était tolérée, mais finalement la Fédération anarchiste, qui possède Radio libertaire, en a eu assez. Il faut savoir qu’historiquement la Fédération Anarchiste est liée à la franc-maçonnerie et est très strict sur le plan de la laïcité et de l’anthropocentrisme.

C’est une organisation anarchiste dite “synthésiste” c’est-à-dire acceptant tous les types d’anarchisme (individualiste, pacifiste, syndicaliste, collectiviste, etc.) mais en restant donc le terrain anthropocentriste, et ainsi la propagande anti-spéciste a été brutalement rejetée dans les années 1990, et là une vieille motion est ressortie pour rétablir l’ordre.

Voici donc cette motion. On trouvera ici l’explication de l’émission Vivre ensemble et là sa critique de la motion et de son exclusion de la radio. On retrouve parmi les auteurs, celui de l’opuscule que nous avons vigoureusement critiqué (En finir avec l’idée de Nature?!), parce qu’il faut bien voir que si l’émission a été tolérée, c’est parce que  l’anti-spécisme dont on parle ici est totalement anti-Nature et anti-écologie radicale, très violemment opposé à nos conceptions.
Son échec n’est que l’aboutissement de son incapacité à rompre avec l’anthropocentrisme et le refus de la Nature.

Mandats sur l’anti-spécisme, adopté lors du 52e Congrès à Rouen en 1995, ajouté à chaque mandat fédéral.

Préambule

Le congrès décide qu’aucune publicité favorable aux thèses anti-spécistes ne peut être faite par la FA, que ce soit par le biais des structures fédérales (ML, Publico, RL, EML) [journal le Monde Libertaire, Librairie Publico à Paris, Radio Libertaire, Éditions du Monde Libertaire] ou par le biais de la propagande particulière des groupes.

Ces conditions doivent donc être rajoutées pour chaque mandat fédéral, elles reposent sur cinq points composant le texte suivant :

Texte en cinq points :

1. L’anti-spécisme attribue une « valeur » identique à chaque « être vivant », animal ou être humain. Par conséquent, pour un ou une « antispéciste », la mort et la souffrance d’un être humain est à mettre sur le même plan que la mort ou la souffrance d’un animal. Cela explique pourquoi des antispécistes peuvent comparer « un train de déportés juifs » à un « train emmenant du bétail à l’abattoir ». Ce genre de propos n’est pas un « avatar » du discours anti-spéciste mais correspond à ses fondements moraux.

2. L’anti-spécisme revendique « la libération animale ». Cette notion est incompatible avec notre conception sociale de la liberté. Pour définir ce qu’est un individu, les anti-spécistes ne prennent en compte que de simples caractères biologiques primaires. Les anti-spécistes nient tout ce qui fait la spécificité de l’être humain : son imaginaire, sa capacité à innover et à transformer ses relations sociales, etc. Ainsi, l’anti-spécisme réduit la liberté jusqu’à vider cette notion de son sens.

3. L’anti-spécisme puise dans un fond philosophique et idéologique étranger aux références historiques et politiques de l’anarchisme. Par exemple : l’utilitarisme de Bentham, l’un des fondateurs de la pensée libérale : cela consiste à ne raisonner qu’en terme d’intérêts (de la recherche des intérêts particuliers résulteraient automatiquement un « bonheur général »). Ainsi, « l’intérêt de l’animal à vivre » suffit pour en faire « un individu à l’égal de l’humain ».

La notion d’égalité fondamentale : l’égalité ainsi conçue n’est pas une égalité sociale (entre des individus ayant des relations entre eux) mais une égalité philosophique, purement idéelle. Le simple fait d’être vivant confère « des droits » tous les êtres vivants devant donc « avoir les mêmes droits ». Ce raisonnement (si l’on peut encore parler de raison !) rejoint donc l’affirmation du caractère « sacré » de la vie. Ce trait de l’anti-spécisme explique pourquoi des militants-tes de ce mouvement peuvent se révéler pour le moins ambigus sur la question de l’avortement.

4. L’anti-spécisme s’inscrit dans une dérive mystique : refus de tout progrès technologique, de l’industrie, retour à la nature (« convivialité grégaire » et deep écologie). Dans cette démarche, la lutte de classe, toutes les luttes d’émancipation des individus deviennent secondaires voire totalement dénuées d’intérêts.

5. Enfin, nous considérons que l’anti-spécisme est différent du végétarisme. D’une part, le végétarisme n’implique pas les mêmes considérations idéologiques (on peut être végétarien sans se dire pour la « libération animale »). D’autre part, le végétarisme est une tendance historique du mouvement anarchiste.

Articles pouvant vous intéresser