Appel aux dons suite à maltraitance gravissime au Refuge de l’Angoumois Mornac

Nous avions déjà parlé brièvement du Refuge de l’Angoumois l’année dernière en hiver pour une demande d’aide.

Il y a un nouvel appel encore, suite à une intervention de sauvetage dans un cadre absolument terrifiant. On peut voir un panorama de la situation, avec des photos (très dures) et des explications, sur cette page du forum de l’association.

Voici comment le journal Charente Libre présente cette situation.

Des chiens squelettiques et apeurés qui errent entre des cadavres d’animaux et des déjections.

Les employés du refuge SPA de Mornac et les gendarmes de Montbron ont fait une désolante découverte samedi à Écuras dans le très reculé hameau de « Germanas », près de la Dordogne. Une vingtaine d’animaux étaient abandonnés et enfermés dans plusieurs pièces d’un pavillon depuis deux semaines.

Certains dans le noir. Les deux locataires avaient quitté leur logement en laissant derrière elles quinze chiens, trois chats, une chèvre et deux brebis. Livrés à eux-mêmes, sans eau ni nourriture, les animaux ont vécu un véritable calvaire. Trois chiens ont été retrouvés morts de faim et de soif. Ne trouvant rien à se mettre sous les crocs, les survivants ont dévoré trois chiots et une brebis.

Les deux femmes placées en garde à vue

Pris en charge par le refuge de Mornac, les animaux rescapés sont très affaiblis. « Une femelle labrador et un chiot sont sous perfusion entre la vie et la mort. On ne sait pas si le vétérinaire arrivera à les sauver, confie Nadine Boissou, directrice du refuge de l’Angoumois. En avançant, on allait de découverte macabre en découverte macabre », ajoute-t-elle.

C’est un voisin qui a donné l’alerte samedi en constatant que les locataires n’étaient pas rentrées depuis plusieurs jours.

Les deux femmes, âgées d’une trentaine d’années, étaient en conflit avec leur propriétaire. Une procédure d’exclusion avait été lancée à leur encontre. « Je savais qu’il y avait des problèmes. J’avais déjà été alerté parce que les chiens divaguaient sur les routes. Mais je ne savais pas qu’il y avait maltraitance », explique Claude Fils, maire d’Écuras, qui s’est rendu sur place samedi.

Installées dans la commune depuis un peu plus d’un an, les deux locataires étaient sans emploi. Les gendarmes ont réussi à retrouver leur trace. Elles ont été placées en garde à vue et comparaîtront devant le tribunal correctionnel d’Angoulême le 7 juin prochain pour abandon volontaire d’animaux domestiques. Elles ont été libérées dans l’attente de leur procès.

Sur cette page du forum du refuge, on trouvera les informations actuelles quant aux animaux sauvés. Nous ne pouvons que rappeler la nécessité de l’engagement pour ces animaux, qui ont besoin de patience et d’amour, d’un haut niveau culturel dans la compréhension de leur réalité.

Nous rappelons qu’il y a également des appels aux dons régulièrement actualisés dans la colonne sur le côté de La Terre D’abord.

 

Articles pouvant vous intéresser