La forêt de Léa

La forêt de Léa est une association en faveur des bêtes à groin et des animaux de la forêt situé à Savigné sous Le Lude, dans la Sarthe, qui oeuvre pour leur défense, protection et leurs sauvetages. Crée en 2006 les objectifs sont axés sur le respect des cochons, qu’ils soient sauvages (sangliers) ou “domestiques”, ou encore sauvés de l’abattoir. Ne se cantonnant pas uniquement au sort des cochons, le site a quelques catégories sur l’environnement, le végétalisme (mais surtout le végétarisme).

A une époque où le cochon n’est considéré QUE comme un vulgaire bout de viande (le fameux “dans le cochon tout est bon”), ainsi que comme un être sale et dégoûtant, le fameux “manger comme un porc”), il est important de soutenir cette association qui défend les parias.

Surtout que cette association est sous la menace d’une expulsion prévue pour octobre, sous prétexte que certains cochons dorment dans la maison et détruisent tout (ce qui est avancé par le propriétaire). L’association recherche donc d’urgence une maison/fermette en location avec 2 à 3 hectares pouvant accueillir les animaux sauvés (sangliers, cochons) ainsi que les chiens et chats de la présidente de l’association.

Tous les détails de cette sordide histoire sont ici : http://www.laforetdelea.org/expulsion.htm

Cette association dirigée par une femme au grand coeur ne mérite certainement pas un tel acharnement juridique. Mais cette histoire démontre bien, une fois de plus, que lorsqu’on se bat pour les animaux (ou pour ces animaux à soit-disant mauvaise réputation; la situation n’aurait pas été aussi dramatique si cette personne s’occupait de chiens ou de chats) il est impossible de se faire entendre. Le sort des cochons est littéralement ignoré car considérés comme des marchandises sans aucune valeur (morale).

Ci-dessous le mot de la Présidente, très touchant et très révoltant, qui est en grève de la faim depuis près de 2 semaines :

“Signez et faites signer la PETITIION pour dire NON à l’expulsion de LA FORET DE LEA
Grève de la faim pour sauver les groins

La justice a décrété que d’accorder à des cochons le même égard que l’on peut avoir pour des chiens ou des chats , est condamnable et exige l’expulsion de LA FORET DE LEA.

La Forêt De Léa, association en faveur des bêtes à groins et des animaux de la forêt, est expulsée parce que quelques uns de ses protégés dorment dans la maison d’habitation !! Et les cochons ont très mauvaise réputation…

On a le droit de maltraiter son animal en toute discrétion chez soi, on a le droit de torturer, de tuer des animaux mais on n’a pas le droit d’élever dans l’amour des animaux de ferme même si ca ne cause aucun tort à autrui. C’est la justice française !

Le tribunal n’a pas retenu la demande formulée par mon avocat : une expertise par huissier prouvant qu’il n’ y aucune dégradation. Non ! le tribunal s’est uniquement retranché derrière la loi « du bon de père de famille » ! Pas besoin de preuve de non dégradations, un cochon n’a pas sa place dans une maison !

Pauvres groins , vous n’avez vraiment pas de place dans notre société. Vous êtes juste des « biens- meuble » consommables.

Des émissions animalières montrent souvent des cochons vivant dans les maisons, on voit même des sangliers. En vain , aux yeux de la justice , je suis la fada qui vit avec des porcs !

Je garderai des enfants en bas âge, rentrant dans la maison avec des bottes gadoueuses, écrivant sur les murs ou autre…on ne m’aurait rien dit!

Mais là , je sauve des mal aimés victimes des souffrances des humains ..donc DEHORS !

Ce n’est pas tout .

Le tribunal a condamné le propriétaire à me verser la somme de 2700 € à titre d’indemnité pour avoir manqué d’eau chaque année de juillet à novembre soit 3.10 € par jour à titre d’indemnité ! ( la maison est alimentée par un puits récupérant l’eau de pluie mais ce puits est fissuré de toute part et non-fermé donc les bactéries se propagent. Ce puits tarissait en juillet , il nous fallait attendre la saison des pluies pour qu’il se remplisse et alimente la maison)

Non ! le tribunal ne s’est pas attardé sur le fait que l’eau ne soit pas potable ! (l’analyse de l’eau par la DDASS en 2007 a révélé la présence de matières fécales …..nous buvions cette eau !)

Que depuis que nous vivons dans cette maison , ma fille est malade : bactéries et parasites dans le sang ! Elle a eu le escherichia coli , s’est rendue à plusieurs reprises aux urgences…mais ca ce n est pas grave , n’est ce pas ? Elle a rendez-vous le 23 septembre chez un hématologue…

Le tribunal émet quand même l’hypothèse, (suite à la suggestion de mon propriétaire et de son avocat), que les excréments de cochons s’infiltrant dans la terre, devaient y être pour quelque chose .. La DDASS m’a confirmée de vive voix que ce ne pouvait être le cas. Je ne fais quand même pas d’élevage intensif !!!

Une plainte pour atteinte à la santé a été déposée en 2008 mais aucune suite n’est donnée ! Bref, notre santé , la mienne et celle de ma fille, est donc estimée à 3.10 € par jour et ceci si on se base uniquement sur les 10 mois où nous avons manqué d’eau.

Mais sur les 29 mois où l’eau n’était pas potable, le tribunal ne se prononce pas !

Je me demande si Monsieur le Juge aurait apprécié de se lever chaque matin pour faire 40km aller et retour pour remplir une centaine de bouteilles d’eau à la source d’un village afin de se laver, de cuisiner, laver le linge, s’abreuver etc etc

Est-ce que Monsieur Le Juge aurait bu de l’eau contenant de minuscules particules de merde ?

Aurait il aimé, Monsieur Le Juge , d’aller faire ses besoins dans la forêt de juillet à novembre pendant 2 ans ? Parce que lorsque l’on n’a plus d’eau, la chasse d’eau des WC ne fonctionne pas, évidemment.

Le tribunal ne se préoccupe pas de savoir si pendant 29 mois dont 10 mois sans une goutte d’eau, nous avons bu , nous nous sommes lavés, nous avons cuisiné avec de l’eau contenant des particules de merde !

Petite parenthèse pour l’environnement : en manquant d’eau, j’ai réalisé ô combien c’était une richesse et qu’il ne fallait sous aucun prétexte la gaspiller. Expérience non souhaitée mais prise de conscience formidable.

Le propriétaire , n’ayant pas fait les travaux réclamés par le Préfet, la DDASS a ordonné l’exécution d’office de ces travaux. Nous avons donc l’eau potable depuis seulement mai 2009.

Ce n’est pas tout !

En mai 2008, la porte d’entrée,porte fermière à 2 battants, fissurée sur le haut , donnant sur la pièce principale , cède lorsqu’on l’ouvre. Plus de porte ! Nous avons traversé une partie de l’hiver dans le froid, à l’indifférence de tous, atteignant certaines nuits à moins10°. Malgré mes mails, mes courriers à répétition le propriétaire n’a fait le nécessaire pour réparer cette porte, que fin décembre 2008, c’était son cadeau de Noël ! Il a bien sûr pris pour coupables les cochons.Je vous assure que je n’héberge pas de girafes … la fissure de la porte était à 1.70m du sol

Entre temps, le propriétaire ayant des problèmes avec le Trésor Public, met la maison et les 16 hectares de forêt en vente (352 000 euros , elle ne les vaut pas : poutres de soutien grignotées par les vers et s’effritant, murs non isolés, maison inondée lorsqu’il pleut plusieurs jours de suite, chauffage non adapté, électricité défaillante !!!). Seulement son congé pour vente n’est pas en conformité ! Là non plus , la justice ferme les yeux et me condamne à 1000 € d’indemnité à titre d’occupation sans titre (le bail s’est terminé en février 2009)

Pour toutes ces raisons, nous serons expulsés avec les animaux, mi-octobre !

Rien n’a été retenu par la Justice pour ma défense parce que sauver et aimer des êtres vivants comme les cochons est condamnable.

Je rédige cette lettre -pétition, les larmes aux yeux, écoeurée devant tant d’injustice. Notre seule préoccupation actuelle est le sort de nos bébés, tous ceux que l’on a sauvé sont nos petits. Notre grande famille. Je ne peux baisser les bras , je dois me battre pour eux et uniquement pour eux et ma fille.

Je décide donc d’entamer une grève de la faim pour que Justice nous soit rendue.

Si l’on décide de m’enlever nos protégés, j’en crèverai

Je décide donc de mettre en place cette pétition pour sauver LA FORET DE LEA et ses protégés : Non à l’expulsion !

pétition : http://4917.lapetition.be/

Valérie, Présidente de LA FORET DE LEA et Francoise 77 Vice-Présidente de LA FORET DE LEA

Articles pouvant vous intéresser