“Ce n’est pas une espèce forte”

Vice-président de Société Royale de Protection des Oiseaux anglaise et présentateur d’émissions sur la nature (il est expert en vie sauvage à la BBC), Chris Packham a décidé de franchir le pas et de dire ce que pensent en fait tous ceux qui ne défendent pas les animaux, mais simplement leur “utilité”.

Il dit ainsi au sujet des pandas, qu’il considère comme un «animal de t-shirt: “Voici une espèce qui en accord avec elle-même est tombée dans un cul-de-sac de l’évolution. Ce n’est pas une espèce forte.”

Une “espèce forte”: on reconnaît bien le social-darwinisme. Opposer des animaux aux autres, voilà la position de cette “figure” experte en la vie sauvage. En 2008, Packham avait déjà expliqué qu’il mangerait le dernier panda s’il pouvait récupérer l’argent qui aurait été “gâché” pour le sauver.

Logique avec lui-même, il dit aujourd’hui des pandas: “On devrait les débrancher, laissons-les mourir avec dignité.”

C’est la conclusion logique de son échelle de valeurs social-darwiniste. Et comme le social-darwinisme va toujours de pair avec la misanthropie, Chris Packham a ajouté que la seule espèce qu’au fond il verrait bien disparaître est l’humanité.

Articles pouvant vous intéresser