Iron man alcoolique

Aujourd’hui, on connaît le personnage nommé « Iron man » par les superproductions faites à Hollywood, le personnage derrière l’armure étant une sorte de playboy génial à qui tout réussit.

On ne verra jamais par conséquent au cinéma une version de la série de la bande dessinée originale d’Iron man, publiée en 1979 et intitulée « Demon in a bottle », le démon dans une bouteille.

On l’aura compris, cela traite de la question de l’alcoolisme, et la bande dessinée, qui n’y va pas par quatre chemins, est considérée comme l’un des très grands classiques des comics, voire le grand classique des années 1970.

La série « Demon in a bottle » consiste en neuf histoires, pour un total d’un peu moins de 200 pages.

L’histoire commence par l’armée qui mène des opérations secrètes visant à enfouir des déchets nucléaires sur une île perdue, et craint d’être découverte par des activistes écologistes…

« Namor, le prince des mers » n’apprécie pas de voir des poissons mourir en masse, il s’affronte donc avec l’armée. Et on découvre alors que ce n’est pas directement l’armée, mais toute une milice ulra-armée de la compagnie pétrolière « Roxxon oil », en quête d’un métal précieux…

Bien entendu, l’île est occupée par un habitant ayant abandonné la « civilisation » pour vivre pacifiquement avec sa femme, depuis décédée. A la fin, l’île saute, prétexte pour Namor d’exprimer son mépris pour le capitalisme et les folies des humains.

Les événements se précipitent alors. Tony Stark a un problème cardiaque compensé par l’armure, mais son identité est perturbée par cette sorte de « fusion » ; les trahisons de la part des services secrets d’un côté et sentimental de l’autre font qu’il ne sait plus où il en est.

La vie de playboy milliardaire se transforme alors en décadence complète et en crise psychologique complète.

Tony Stark bascule alors dans l’alcool de manière complète, d’autant plus qu’un « super vilain » a fait croire à tout le monde qu’il avait assassiné quelqu’un. Iron man commence à faire des erreurs dans ses actions, et c’est l’engrenage…

L’histoire continue ainsi, jusqu’à ce que sa fiancée revienne et lui propose de l’aider. Le combat est alors mené de front contre la dépendance à l’alcool….

A la fin, Tony Stark gagne la bataille, avec l’aide de sa fiancée et de son majordome…

Voilà pour le démon à la bouteille. Mais par la suite, dans d’autres histoires, l’engrenage recommencera. Tony Stark perdra même tout, finissant en SDF errant dans les rues de New York enneigé, avec sa petite amie enceinte “jusqu’aux yeux” lui reprochant ses fausses promesses…

L’alcoolisme est ainsi une problématique essentielle du personnage de Tony Stark / Iron man, devenu schizophrène en partie en raison de son armure, de son rôle de playboy d’un côté, de super-héros de l’autre. Et les producteurs hollywoodiens ont été très clairs : ce réalisme n’aura pas sa place au cinéma…

Alors que peut-être que, finalement, Tony Stark est aussi un vrai super héros pour avoir triomphé de sa dépendance…

Articles pouvant vous intéresser