Des portaits de chiens euthanasiés dans les refuges-mouroir

Chaque jour, des animaux se font abandonner, chaque jour, faute de place dans les refuges, des animaux sont euthanasiés. A croire les chiffres récents, par exemple, ce sont chaque jour 5 500 chiens qui seraient euthanasiés dans les refuges des Etats-Unis. L’équivalent de 2 millions par an, minimum !

Ce chiffre ne concerne que les États-Unis, et que les chiens…. Cela montre l’ampleur de la situation des animaux « de compagnie », qui ne sont traités que comme des jouets ou des biens de consommation jetables. Chaque jour, c’est le génocide, le meurtre à la chaîne de “marchandises” qui auraient été “produites” en “trop”!

Lorsque l’on a conscience de ces mises à mort – attention, tous les refuges ne s’adonnent pas à cette pratique-, la tristesse, l’incompréhension, la colère peuvent envahir les esprits et les cœurs. A cela s’ajoutera, normalement, une volonté d’informer sur la stérilisation, sur le refus ferme d’acheter un animal en animalerie et la promotion des adoptions dans les refuges.

L’association américaine An Act Of Dog est une initiative ici très intéressante. Créée par Mark Barone and Marina Dervan dans le but de promouvoir un nouveau modèle, une nouvelle mentalité à l’égard des animaux « de compagnie » basé sur la compassion et l’engagement, l’association se base sur un projet de 5500 tableaux représentant des chiens euthanasiés dans les refuges.

Les peintures de Mark Barone ne peuvent pas laisser indifférent et indifférente, le réalisme des regards des chiens, une tristesse et une angoisse terrible s’en dégage. Comment ne pas se sentir mal devant la lourdeur de ces portraits et de leur charge émotionnelle, devant cette masse d’exploitation et de meurtres ?!

Une telle initiative a besoin d’être soutenue, que ce soient par dons lorsque que c’est possible ou bien par diffusion de l’information. Un tel travail altruiste et respectueux des êtres subissant le passage par la case refuge-prison est à valoriser le plus possible, et c’est un exemple, cela ne peut qu’amener de l’émulation!

Voici quelques questions posées (de notre part, comme toujours dans les interview publiées).

Deux millions de chiens sont tués dans les refuges chaque année aux Etats-Unis, et également quatre millions de chats. Ainsi, 5500 chiens périssent chaque jour, et c’est le nombre de peintures de ces chiens qui ont été effectuées dans le cadre du projet « An act of dog ». Comment êtes-vous arrivés à ce projet ? Qu’est-ce que le mémorial que vous faites ?

Ma partenaire, Marina, pensait que ce serait le moment idéal pour moi pour adopter un autre chien, mais seulement six mois étaient passés depuis la perte de mon chien de 21 ans, Santina, et je n’étais pas prêt.

Elle est tout de même allée sur le net pour chercher des chiens adoptables et au lieu de trouver un chien, elle a découvert un système de refuge cassé, et tous les meurtres non nécessaires d’approximativement cinq millions dans les refuges chaque année.

Outrée par ce qu’elle a appris, elle a décidé de m’envoyer des images et des statistiques, jusqu’à ce que je les accepte vraiment. Cela a amené le début d’un intense dialogue entre nous quant aux solutions, parce que nous ne pouvions pas regarder ailleurs et ne rien faire.

Dans les deux jours suivants, je me suis réveillé avec une vision de comment je pourrais utiliser l’art pour le changement social, et attirer l’attention sur le problème, et la solution de ne pas tuer (« no kill solution »).

Je lui ai demandé le nombre de chiens tués chaque jour, parce que je voulais illustrer la valeur de seulement une journée, qui est de 5500. Très peu de temps après cela, j’ai créé « An act of dog ».

[Sur le tableau on voit ici Santina, le gardien du lieu symboliquement en quelque sorte.
Au centre il y a Batman, mort de froid dans un refuge, et là où le peintre est en action, on trouve Grant.]

Qu’est-ce que vous attendez comme résultats de votre campagne ?

Je suis un homme peignant 5500 chiens de refuges, utilisant l’art pour le changement social. Beaucoup des chiens n’ont pas de nom et sont juste un autre numéro.

Ce mémorial leur donne un nom, montre leur visage et permettra aux gens de voir et de ressentir le problème, afin qu’ils soient amenés à agir pour changer leur destin.

Nous sommes dans la phase de création des 5500 œuvres (j’en ai peint 4000 jusqu’ici). Ensuite nous trouverons un partenaire philanthropique pour les établir dans un mémorial permanent.

De là, nous récolterons des fonds pour construire. Nous aurons toutes sortes de marchandises, depuis les images, les adhésions, les droits d’entrée, les dons de bienfaiteurs, etc. Nous sommes non-profit, 100 % de l’argent récolté ira aux refuges et tous les groupes et gens impliqués dans leur sauvetage et la réforme des refuges.

Nous venons juste de signer avec un producteur de film documentaire (Sagacity Productions and PBS) qui fera un documentaire sur notre projet et nos vies, pour l’année prochaine. Cela devrait aider à ouvrir davantage de portes pour des partenariats possibles (sinon, nous le ferons nous-mêmes en vendant des produits).

Il existe une présentation de deux minutes du film à venir.

An Act of Dog from Sagacity on Vimeo.

Comment comprenez vous « l’équation no kill » ?

L’équation no kill est une formule en onze étapes pour réformer la manière dont opèrent les refuges, leur montrant comment arriver au-dessus de 90 % de sauvetages. Pour plus de détails, voir ici.

L’art contemporain est souvent abstrait, et déconnecté de la réalité sociale. Votre projet est une manière de revenir aux fondements dans l’utilisation de l’art pour le changement social. Comment comprenez-vous cela ?

Trop peu d’artistes aujourd’hui utilisent le pouvoir de l’art pour le changement social, et déjà ce projet inspire beaucoup d’entre eux de par le monde pour l’appliquer dans un but. Cela ne me satisfait pas de peindre pour mon auto-gratification ou l’adoration.

J’ai toujours été guidé par des causes et je voulais influencer la société / l’humanité d’une manière qui ait du sens. Ce projet me permet d’enregistrer visuellement où nous en sommes en tant que nation, et d’illustrer comment nous manquons d’humanité et ce que nous pouvons faire pour changer cela.

Votre projet se concentre-t-il seulement sur les chiens ? Quelle est votre compréhension des « animaux de compagnie » ?

Notre projet est une action de bienfaisance ayant comme vocation de sauver tous les animaux des refuges, les chats, les chiens, etc. J’aurais eu besoin de plus de sept années pour pendre les chats également.

Nous avons une zone spéciale dans l’exposition pour les chats et nous avons beaucoup de petits tableaux de chats et leurs histoires, et un tableau de 2,5 m sur 2,5 m représentant un chat appelé « Porkchop » qui a été tué dans un refuge en soixante secondes.

J’ai également peint un tableau de 2,5 m sur 2,5 m représentant « Lennox », comme manière d’attirer l’attention sur l’interdiction de la législation sur les interdictions de certains chiens.

Les gens peuvent sponsoriser un tableau d’un chien pour aussi peu que 25$, ou bien devenir bienfaiteur et choisir de donner dans le cadre de notre programme “Seven levels of kindness“.

Articles pouvant vous intéresser