Faut-il discuter véganisme avec les éleveurs?

L’article suivant est extrêmement problématique. Il est tiré de La France agricole, média professionnel destiné aux éleveurs.

Or, il y parle du véganisme. Est-ce une bonne chose? Pas à nos yeux. Il ne faut pas informer l’ennemi de nos conceptions. Sinon cela aide l’ennemi. C’est ainsi qu’il prend des initiatives, comme tout récemment boeuf lovers, « Le premier site de rencontre pour les amoureux du boeuf ».

Cette campagne vise à organiser des « rencontres » justement autour de la viande, à mobiliser des gens en faveur de l’exploitation animale:

Vous aimez croquer la vie à pleines dents ? Les Bœuf Dates sont pour vous. Ce sont des sessions de rencontres et de dégustations que vous avez la possibilité d’organiser dans votre région par l’intermédiaire du site. Dans votre salon ou au restaurant, comme il vous plaira. C’est l’occasion de faire véritablement connaissance avec vos contacts et partager un délicieux moment de convivialité autour de la viande de bœuf. Bref, joindre l’agréable… à l’agréable !

L’exploitation animale, c’est une économie et une idéologie, capable d’initiatives. Il n’est donc pas juste de l’aider à comprendre nos propres positions, par définition révolutionnaires. On ne peut pas s’attendre ni à ce que ces gens comprennent, ni à ce qu’ils acceptent (voilà pourquoi LTD a refusé d’innombrables demandes d’interview, tant de médias que d’étudiants dans diverses branches).

Il y a deux camps, et les frontières doivent être les plus nettes, l’ennemi affaibli, en rien aidé!

Manger de la viande devient une question philosophique (débat de l’Afja)

L’Afja (Association française des journalistes agricoles) a organisé jeudi un débat entre les deux auteurs du livre controverse « Faut-il arrêter de manger de la viande ». Une controverse qui pourrait sembler vaine si elle ne reflétait pas un débat qui se développe aujourd’hui dans la société sous l’influence des associations de défense animale et des tenants du « véganisme ».

« 3 % des Français seraient végétariens », selon Elodie Vieille Blanchard présidente de l’association végétarienne de France. Végétarienne (1) de longue date, elle a franchi le pas vers le véganisme (2), c’est-à-dire l’absence de consommation de tout produit d’origine animale.

Face à René Laporte, ingénieur agronome, elle a doctement expliqué comment son choix personnel est vite devenu un choix éthique. Sa démarche est basée sur « le refus de la souffrance animale, la découverte des abattoirs mais aussi les conséquences de l’élevage sur l’environnement ». « Il est plus facile de remettre en cause les transports en voiture que l’élevage », souligne-t-elle, déçue que les écologistes français et la Confédération paysanne n’aillent pas plus loin dans la dénonciation de l’élevage, en particulier de l’élevage dit « industriel ».

« Notre objectif est de lever les obstacles que rencontrent les végétariens dans la vie de tous les jours », a-t-elle souligné au début du débat. « Le carnisme est une philosophie tout comme le végétarisme. »

Taxé de « carniste » (3) car il mange de la viande, René Laporte a rappelé qu’il n’avait rien contre ceux qui voulaient devenir végétariens. « Je ne milite pas non plus pour que tout le monde mange de la viande. Mais faut-il au nom de votre philosophie que l’on arrête de tuer des animaux ? », s’est-il s’interrogé. « Le carnisme est un état de fait, pas une philosophie. Quant aux gaz à effet de serre, ils y en a aussi dans les productions végétales. »

Elodie Vieille Blanchard a poursuivi : « Nous n’avons pas de position sur le bien-être animal. Modifier le statut actuel de l’animal ne nous semble pas non plus la bonne voie. » Mais cette position n’est pas une position de conciliation envers les éleveurs « de moins en moins nombreux ». « Nous voulons mobiliser les consciences. Il y a de plus en plus de “végans” qui s’appuient sur les nouveaux moyens de communication pour échanger. Ils ne supportent pas la séparation de la vache et de son veau, l’élevage des veaux, le sexage des poussins. Nous savons que l’abolition de l’élevage n’est pas pour tout de suite. Mais c’est un cap philosophique », a-t-elle indiqué.

Etienne Gangneron, éleveur bio et vice-président de la FNSEA, a souligné le mépris contenu dans ces propos pour les éleveurs qui ont fait l’effort de passer en bio. « La moitié des agriculteurs bio sont des éleveurs. Sans élevage, le bio passe moins bien. Même les fermes de céréales bio achètent des effluents aux fermes bio. »

« D’autres modes expérimentaux se mettent en place avec des engrais verts », a conclu Elodie Vieille Blanchard, jamais à court d’arguments. La controverse est loin d’être épuisée.

_____

(1) Un vegétarien ne consomme aucune viande. Un végétalien ne consomme ni viande, ni sous-produits d’animaux terrestres ou marins, ni œufs, ni lait, ni miel.

(2) Vegan : terme anglo-saxon. Un vegan, en plus d’être végétalien, n’utilise aucun produit d’origine animale dans toutes les facettes de sa vie. Il n’utilise donc ni cuir, ni laine, ni fourrure, ni cire d’abeille, ni produits testés sur les animaux, etc. Il n’accepte d’utiliser dans sa vie, que des produits non-issus de la souffrance d’un animal.

(3) Carniste : désigne chez les végétariens l’idéologie de la consommation de viande.

Articles pouvant vous intéresser