“A placer: Les chiens de Nicolas Vanier…”

La SPA de Besançon publie cet article absolument édifiant au sujet du sort que le très médiatique Nicolas Vanier a réservé aux chiens qu’il a utilisé…

Un article absolument terrible!

Lors de leur arrivée à l’association Eden Valley, dans la Drôme…

Ils sont 60, ils sont célèbres, ils ont bossé dur toute leur vie, ont été adulés, filmés et photographiés… Et pourtant, aujourd’hui on s’en débarasse, ils sont à placer, comme tellement d’autres, et dans un état qui nous rappelle les chiens de SDF qui arrivent au refuge!

 Cachétiques, mal entretenus, bourrés de vers et fourrure plus que négligée, groenlandais, sibérian huskys, et autres croisement de laïkas étaient au “Camp Vanier” dans le Vercors ; attractions pour touristes, après avoir tiré le traineau chargé du fameux explorateur sur des milliers de kilomètres.

Succès, notoriété, argent, ces chiens nordiques ont pourtant donné beaucoup!

Mais sous le vernis et la poudre aux yeux, la réalité était faite de chenils “passoires” (qui valurent plusieurs attaques sur troupeaux, dont une se soldat par le tir des chiens fugueurs par l’éleveur ovin), surpopulation, mauvaises conditions d’entretien des animaux, etc.

Après plusieurs demandes de mise en conformité, la DDPP et la Préfecture ont donc décidé de la fermeture du camp. 

C’est la deuxième fois qu’un camp Nicolas Vanier ferme ses portes (le premier au Canada)

Et les chiens?

« Pour ma part, je poursuis mes aventures avec mes chiens qui ne sont pas impactés par cette décision, sinon qu’ils seront entraînés ailleurs », avait écrit le célèbre aventurier.

Mais finalement, loin d’assumer le désastre pour ces 61 chiens ou la faillite du camp (voir article plus haut), ce seront des associations spécialisées en chiens nordiques, comme l’Eden, qui accueilleront, soigneront et placeront ces animaux.

Prêter son nom, vendre du rêve et de jolies images, films, livres, sponsoring, publicités, objets dérivés en tous genres, accueillir des touristes… très lucratif.

Ces chiens, parfois âgés, ceux sans qui tout cela n’aurait été possible, n’ont que faire de cet argent et notoriété. Ils ne veulent comme reconnaissance, qu’un endroit agréable pour vivre et un lien d’attachement avec ceux qui se disent leurs maitres.

 Ceci, ce sera donc des associations de bénévoles, des particuliers, qui se chargeront de l’assurer pour ces chiens qu’ils ne connaissent qu’au travers des récits du célèbre aventurier. Juste par compassion, juste par amour et respect des animaux, et a fortiori de chiens de travail, d’athlètes à qui on a demandé le maximum, et qui l’ont donné sans compter, tout comme leur confiance.

 Liens:

-Une récompense singulière pour Nicolas Vanier.

– Fermeture du camp Nicolas Vanier : déception ou soulagement ?

-Le camp de l’explorateur Nicolas Vanier visé par une fermeture administrative