Dukey, un ami

Quand on partage sa vie avec quelqu’un, on peut parfois faire face à sa disparition suite à une maladie. C’est un moment très difficile, bien entendu, et on essaie de faire au mieux.

La photographe américaine Robyn Arouty était allée rendre visite à une amie travaillant également dans un refuge et elle a assisté à un moment de ce type, un moment très particulier.

Elle a publié ces photos, en ajoutant une légende, indiquant en quelque sorte ce que Dukey pouvait penser. Dukey était atteint d’un cancer des os, un ostéosarcome, qui avait déjà abouti à l’amputation d’une patte. La maladie avait un stade vraiment trop avancé et cependant, le départ de Dukey a été organisé de telle manière à l’honorer et lui faire plaisir.

On peut retrouver les photos de Robyn Arouty sur son site, ici il y a son facebook. Elles ont été publié il y a quelques jours et elles ont frappé les esprits et les coeurs.


Et j’ai mangé plein de hamburgers. On a fait la fête.


Et j’ai ri.


Et j’ai pensé à quel point cet endroit allait me manquer.


On a fait des blagues.


On a gardé notre sérieux parfois.


Mes voisins sont venus me voir. Ils sont jumeaux. Quand on leur a offert un de mes hamburgers, l’un d’eux a répondu: «Non merci. Je ne veux rien prendre à Dukey.»


Kristen est venue me voir. Elle n’arrête jamais de rire. Elle est ma toiletteuse. Et mon amie.


Alors qu’on attendait le vétérinaire, Kristen a dit qu’on allait se promener. Puis quelqu’un a dit: «Et si on allait jouer au parc à eau en bas de la rue?» Et on y est allés!


«Tu sais que tu vas me manquer?»


«Et toi aussi, hein?»


«Prends soin de ma famille.»


“Tu m’entends? C’est tout ce que je veux!”


On était bien mouillés.


On a ri.


Ça nous a fait un bien fou.


On a brisé les règles.


J’écoutais les enfants jouer à l’horizon. Et pensé à mes deux bébés à la maison. J’adorais les protéger.


Je me suis relaxé.


Je n’ai pas eu mal. Même si la tumeur avait beaucoup grossi.


Je me suis senti aimé.


J’ai dit au revoir à mon amie Kira.


Je n’ai pas dit adieu. J’ai dit à la prochaine.


J’ai eu de la chance. Tu adores que je te regarde. Je n’arrêterais jamais.


À tout jamais, Dukey.

Articles pouvant vous intéresser