Des milliers de chamois et de mouflons abattus sans raison [Pétition]

Voici un appel lancé par le site Le bruit du vent,  qui lance des appels pour les chamois et mouflons du massif du Bargy en Haute-Savoie (lire ici une petite présentation et là une longue).

Au droit de chasser, il faut opposer le droit de vivre !

Alors que des projecteurs commencent à être pointés sur l’abattage de quelques bouquetins du massif du Bargy, chaque année, une dizaine de milliers de chamois et plusieurs milliers de mouflons sont tués par des chasseurs, dans la plus grande indifférence.

Décimer les grands herbivores des montagnes n’a aucun intérêt sanitaire, scientifique ou écologique, mais permet simplement de préserver une activité de loisirs qui fait tourner les business de l’armement, des 4×4, « des trophées de chasse », et collatéralement des pompes funèbres.

Pour s’expliquer, des chasseurs prétendent que tuer des animaux sauvages est indispensable au maintien des paysages de montagne. Sans chasse, les chamois et les mouflons proliféreraient, nous envahiraient, et dévoreraient toutes les forêts de France, à la manière de millions d’éléphants.

Curieusement, d’un autre côté, les éleveurs prétendent que faire venir des animaux domestiques sur les alpages est également indispensable au maintien des paysages de montagne, car sans moutons et sans vaches, les alpages seraient rapidement recouverts d’arbres. En résumé, sans la divine intervention humaine, la surface de la Terre serait, pour les uns, complètement désertique, pour les autres, une jungle chaotique. Quoi qu’il en soit, les deux parties semblent s’accorder sur le fait que la Nature doit son équilibre à l’Homme.

Pourtant, depuis le début de l’Anthropocène, la biodiversité ne fait que s’effondrer. Alors qu’il y a seulement 12 000 ans, aucun animal ne dépendait de l’humain, un vertébré sur deux serait aujourd’hui domestique.

Pour qu’un milieu sauvage subsiste, l’humain ne doit pas y intervenir, mais au contraire, s’y soustraire. Prétendre que les activités humaines seraient nécessaires au maintien de l’équilibre des écosystèmes n’est qu’un argument de mauvaise foi. L’arrivée des grands troupeaux domestiques et des quotas de chasse a modifié les équilibres des écosystèmes en faveur d’intérêts économiques, et à l’encontre de la biodiversité.

Dans une France qui fait vivre dix-neuf millions de bovins domestiques et soixante-cinq millions d’humains, il est insensé de nous faire croire qu’une centaine de milliers de chamois et que quelques milliers de mouflons doivent impérativement être régulés par nos soins ; et que sans la chasse, ces animaux auraient un impact catastrophique sur l’environnement.

Nous enfermons des vaches par centaines dans des usines, remplaçons les forêts par du béton, les poissons par du plastique, produisons des milliards de voitures, faisons sauter par mégarde des réacteurs nucléaires ; et ce seraient quelques frêles mangeurs d’herbe, six cent cinquante fois moins nombreux que nous, qui menaceraient nos écosystèmes ?

Il est délirant de croire que sans les chasseurs, nous devrions faire face à une invasion terrestre de chamois et de mouflons, animaux au biotope très spécifique. Chez de nombreuses espèces d’ongulés, la fécondité des femelles est dépendante de la densité de la harde ; les vagues de froid et de chaleur, les sécheresses, les avalanches, les parasites et les virus, les rapaces, les loups, les renards et autres prédateurs condamnent de nombreux herbivores.

Depuis toujours la Nature s’autorégule sans l’aide de l’Homme, mais nos civilisations s’obstinent à vouloir maîtriser la Nature dans sa globalité, et sont condamnées à échouer, car la brutalité humaine ne pourra jamais s’accorder à la subtilité des écosystèmes.

Composé, au bas mot, de milliards et de milliards et de milliards de particules interagissant entre elles, un écosystème sera toujours trop complexe pour être mis en équation. N’en déplaise à notre orgueil, la biologie et ses composantes épidémiologiques ne font que balbutier. Ainsi, dans le petit massif du Bargy, en 2013, l’Etat estimait, suite à une expertise minutieuse, le nombre de bouquetins à 300 ; l’année d’après, suite à une « opération de vide sanitaire », ces 300 individus étaient abattus, et dans le même temps, 400 bouquetins supplémentaires apparaissaient subitement, venus de nulle part, comme par magie.

Les bouquetins étant peu farouches et nettement plus faciles à observer que les autres ongulés, toutes les estimations de population d’animaux sauvages ne seraient-elles donc pas dénuées de pertinence ? Et avec elles tous les quotas de chasse, qui ne reposent que sur des spéculations d’apprentis sorciers ? La comptabilité et les raisonnements cynégétiques ne seraient-ils pas qu’une vaste faribole ? Autonome depuis des milliards d’années, la Nature n’a pas besoin de l’Homme comme gestionnaire.

Toutefois, afin de prévenir de rares et éventuelles épizooties (souvent importées des élevages domestiques intensifs : piétin, brucellose, kératoconjonctivite…), il est raisonnable d’organiser un minimum de surveillance sanitaire de la faune sauvage, mais cette vigilance ne nécessiterait-elle pas les compétences reconnues de biologistes et de vétérinaires, plutôt que les compétences aléatoires de chasseurs et les considérations intéressées de leurs fédérations ?

En France, les herbivores sauvages ne nous menacent pas, ne menacent pas nos forêts, ne menacent pas nos terres agricoles, ne représentent pas une part déterminante de notre alimentation. En dehors de contextes sanitaires particuliers, nous n’avons donc pas de véritables raisons de les abattre.

Les herbivores sauvages ne s’attaquent à aucune autre espèce animale ; l’agressivité leur est étrangère ; ils sont pacifiques, au moins autant que Gandhi, et ne méritent pas que nous leur réservions des actes de cruauté qu’ils sont incapables de commettre.

L’humain est aujourd’hui en position de force, et abuse de la faiblesse des autres formes de vie. Il est de notre devoir d’écouter nos cœurs, et de donner aux animaux que nous maltraitons gratuitement, des droits.

Les chamois et les mouflons pourraient vivre dans une relative quiétude. Les chasseurs leur imposent un quotidien fait de craintes, tirent même en plein hiver, dans la neige, lorsque les conditions de survie sont les plus difficiles, et tuent prioritairement les animaux les plus jeunes.

Ce n’est parce qu’un acte est couramment accepté qu’il est juste. L’habitude aveugle, et fait oublier la cruauté, autrefois parfois nécessaire, de certaines de nos coutumes. Au cours de son histoire, l’humain a su remettre en cause, et parfois même abolir, certaines injustices admises par l’opinion.

Aucun argument recevable ne justifie la chasse des grands herbivores emblématiques des Alpes. Afin d’élargir le champ d’application de l’éthique humaine, la loi doit donc, à l’instar du Bouquetin, protéger le Chamois et le Mouflon.

Contre la chasse aux chamois et aux mouflons, vous pouvez signer cette pétition.

Articles pouvant vous intéresser