Massacre dans une animalerie

Rongeurs écrasés à coups de cage, poissons dévorés par un piranha changé de bocal : des cambrioleurs se sont livrés à des jeux macabres dans une animalerie de Saint-Quentin.

Un témoignage de la barbarie, où il faut bien voir que l’animalerie de par son existence est tout autant responsable: c’est elle qui fait de l’animal un objet, une marchandise!

A l’origine, il s’agissait d’un simple cambriolage. Mais il a vite dégénéré en plaisanterie sanglante. Les faits se sont produits dans la nuit de lundi à mardi dans une animalerie de Saint-Quentin, dans l’Aisne.

"Des cambrioleurs sont rentrés par effraction par l’arrière du magasin, probablement pour voler la caisse, raconte un policier. Ils ont volé le fonds de caisse, de l’ordre de 300 euros. Ils en ont profité pour ouvrir les cages des animaux" et en tuer certains. Deux rongeurs ont ainsi été écrasés à coups de cages, maculant le sol de quelques traces de sang, et des oiseaux tropicaux ont été retrouvés morts de froids dans une cour extérieure.

Un mode opératoire "assez particulier", selon les policiers

Des poissons d’eau douce n’ont pas survécu après avoir été plongés dans de l’eau de mer d’autres aquariums, et un piranha a été sorti de son bocal et mis dans un autre dont il a dévoré les occupants. Une quarantaine d’oiseaux au total ont disparu, dont le perroquet personnel de la propriétaire de l’animalerie, qui a été très choquée.

Le mode opératoire est "assez particulier", selon les policiers, qui n’ont "aucune idée de ce qui a pu conduire les malfaiteurs à faire ça sur les animaux".

Articles pouvant vous intéresser

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire