“Canard enchaîné” : “l’année du boeuf”

Tout comme Charlie Hebdo et dans la même tradition sur le plan du contenu, le “Canard enchaîné” publie dans chacun de ses numéros un petit texte concernant la question animale. Celui de cette semaine est très intéressant, car il montre une contradiction traditionnelle en France: les gens qui critiquent la grande industrie, bien souvent, basculent dans l’apologie de la petite production, au lieu de vouloir tout changer.

Ici, au nom de la critique des “manips” de la grande industrie de la viande, on a une apologie des charcutiers-bouchers, dont tout le monde sait bien que c’est une corporation à l’esprit profondément réactionnaire et aux pratiques commerciales qui valent bien celles de la grande industrie. Il y a juste la démagogie qui change.

Et ici le “canard enchaîné” se fait le grand partisan de l’idéologie du terroir contre le grand capitalisme… Tout cela, pourquoi? Par incapacité à aller au véganisme, à assumer la défense inconditionnelle des animaux.

Articles pouvant vous intéresser