“Je ne parle point, ô hommes, de vos légèretés, de vos folies et de vos caprices”

Voici un extrait des “Caractères”, une oeuvre du 17ème siècle de La Bruyère. C’est là un passage très intéressant: La Bruyère se moque ainsi de ceux qui considèrent les animaux comme inférieurs, alors qu’en réalité si on regarde pourquoi les humains se moquent des animaux, on s’aperçoit que les humains font pareils en bien pire.

C’est d’autant plus intéressant que la Nature n’est pas statique, elle connaît une évolution, ce que les anti-Nature rejettent, s’imaginant que l’Homme est le summum de la “création”. Les anti-Nature prétendent également que la Nature est cruelle, guerre de tous contre tous: non seulement c’est un reflet de la condition humaine avec ses multiples guerres dans sa société, mais en plus c’est faux car justement l’évolution va nécessairement vers plus d’harmonie, d’entraide, de fusion, etc.

J’entends corner sans cesse à mes oreilles : L’homme est un animal raisonnable. Qui vous a passé cette définition ? sont-ce les loups, les singes et les lions, ou si vous vous l’êtes accordée à vous-mêmes ?

C’est déjà une chose plaisante que vous donniez aux animaux, vos confrères, ce qu’il y a de pire, pour prendre pour vous ce qu’il y a de meilleur.

Laissez-les un peu se définir eux-mêmes, et vous verrez comme il s’oublieront et comme vous serez traités.

Je ne parle point, ô hommes, de vos légèretés, de vos folies et de vos caprices, qui vous mettent au-dessous de la taupe et de la tortue, qui vont sagement leur petit train, et qui suivent sans varier l’instinct de leur nature ; mais écoutez-moi un moment.

Vous dites d’un tiercelet de faucon qui est fort léger, et qui fait une belle descente sur la perdrix : “Voilà un bon oiseau” ; et d’un lévrier qui prend un lièvre corps à corps : “C’est un bon lévrier”.

Je consens aussi que vous disiez d’un homme qui court le sanglier, qui le met aux abois, qui l’atteint et qui le perce : “Voilà un brave homme”. Mais si vous voyez deux chiens qui s’aboient, qui s’affrontent, qui se mordent et se déchirent, vous dites : “Voilà de sots animaux” ; et vous prenez un bâton pour les séparer.

Que si l’on vous disait que tous les chats d’un grand pays se sont assemblés par milliers dans une plaine, et qu’après avoir miaulé tout leur soûl, ils se sont jetés avec fureur les uns sur les autres, et ont joué ensemble de la dent et de la griffe ; que de cette mêlée il est demeuré de part et d’autre neuf à dix mille chats sur la place, qui ont infecté l’air à dix lieues de là par leur puanteur, ne diriez-vous pas : “Voilà le plus abominable sabbat dont on ait jamais ouï parler ?”

Et si les loups en faisaient de même : “Quels hurlements ! quelle boucherie !”

Et si les uns ou les autres vous disaient qu’ils aiment la gloire, concluriez-vous de ce discours qu’ils la mettent à se trouver à ce beau rendez-vous, à détruire ainsi et à anéantir leur propre espèce ? ou après l’avoir conclu, ne ririez-vous pas de tout votre cœur de l’ingénuité de ces pauvres bêtes ?

Vous avez déjà, en animaux raisonnables, et pour vous, distinguer de ceux qui ne se servent que de leurs dents et de leurs ongles, imaginé les lances, les piques, les dards, les sabres et les cimeterres, et à mon gré fort judicieusement ; car avec vos seules mains que vous pouviez-vous vous faire les uns aux autres, que vous arracher les cheveux, vous égratigner au visage, ou tout au plus vous arracher les yeux de la tête ?

au lieu que vous voilà munis d’instruments commodes, qui vous servent à vous faire réciproquement de larges plaies d’où peut couler votre sang jusqu’à la dernière goutte, sans que vous puissiez craindre d’en échapper.

Mais comme vous devenez d’année à autre plus raisonnables, vous avez bien enchéri sur cette vieille manière de vous exterminer : vous avez de petits globes qui vous tuent tout d’un coup, s’ils peuvent seulement vous atteindre à la tête ou à la poitrine ; vous en avez d’autres, plus pesants et plus massifs, qui vous coupent en deux parts ou qui vous éventrent, sans compter ceux qui tombant sur vos toits, enfoncent les planchers, vont du grenier à la cave, en enlèvent les voûtes, et font sauter en l’air, avec vos maisons, vos femmes qui sont en couche, l’enfant et la nourrice : et c’est là encore où gît la gloire ; elle aime le remue-ménage, et elle est personne d’un grand fracas.

Articles pouvant vous intéresser