Accélération de l’élévation du niveau de la mer

Voici l’éditorial du « site alternatif » sur la conférence de l’ONU sur le climat qui va se dérouler à la fin de cette année, et surtout un article qui traite de l’accélération de l’élévation du niveau de la mer. Il y a de nouvelles études montrant, en effet, que celle-ci n’a pas été suffisamment pris en compte, voire au sérieux.

Une raison de plus de se focaliser sur la défense de la planète!

Accélération de l’élévation du niveau de la mer

Jusqu’ici l’élévation du niveau de la mer sur la période 1900 à 1990 était estimée à 1,6 – 1,9 mm par an. A partir de 1993, les mesures deviennent beaucoup plus précises notamment grâce aux satellites et l’élévation du niveau de la mer est depuis de 3,2 mm ± 0,7mm par an.

Le problème pour la première période était qu’avec cette valeur, il n’était pas possible d’expliquer d’où proviendrait toute cette quantité d’eau supplémentaire : les calculs n’arrivaient qu’à une élévation de 0,5 mm en moins.

Une étude récente, publiée le 14 janvier dans le magazine Nature, a trouvé à l’aide de nouvelles méthodes statistiques que l’élévation pour cette période (1901-1990) ne serait que de 1,2 mm ± 0,2 mm par an.

Mesurer le niveau de la mer est une chose très complexe, comme le rappelle Carling Hay, un des auteurs de l’étude. En effet, s’il existe des données produites par des marégraphes (instruments permettant une mesure à un endroit donné sur une durée déterminée), en activité depuis des siècles pour certains, utiliser ces données pour mesurer efficacement l’élévation du niveau de la mer dans le temps comporte de nombreux problèmes.

Premièrement, la plupart se trouvent à des latitudes moyennes dans l’hémisphère nord, sur des sites côtiers, ils ne sont donc pas très bien répartis. Ensuite, différents facteurs viennent perturber les mesures comme le mouvement des plaques tectoniques (ce qui modifie le niveau des marégraphes), les prélèvements d’eau, le mouvement des océans, etc.

Cette nouvelle estimation s’appuie sur un autre projet visant à établir une sorte d’empreintes digitales du niveau de la mer. L’idée générale est que lorsque les calottes glaciaires fondent, les effets sur le niveau de la mer sont variables d’une calotte glaciaire à une autre et il est possible de déterminer d’où provient un changement de niveau.

« Cette variation du niveau de la mer est le résultat, en partie, de la taille de la calotte glaciaire, qui est si massive qu’elle attire l’eau à elle, créant ses propres marées.

Bien qu’une fonte des glaciers puisse déverser des millions de litres dans l’océan, cela réduit en même temps le volume de la calotte glaciaire, réduisant cet effet de marée. » (Jerry Mitrovica, de l’Université Harvard dans Harvard Gazette)

Chaque calotte glaciaire a ainsi un motif qui lui est propre, c’est ce motif qui constitue cette « empreinte digitale ». A partir d’un ensemble d’observations, l’étude a cherché à retrouver le poids de chaque calotte glaciaire dans l’élévation globale du niveau de la mer.

« Nous devons tenir compte des signaux de l’âge de glace, et nous devons comprendre comment les modèles de circulation océanique sont modifiés et comment l’expansion thermique contribue à la fois aux motifs régionaux et à la moyenne mondiale.

Nous essayons pour tous ces signaux d’utiliser nos simulations et nos méthodes statistiques, et ensuite de regarder ce qu’il reste et de voir si cela correspond aux modèles auxquels nous nous attendons pour chaque calotte glacière. » (Carling Hay, de l’Université Harvard dans Harvard Gazette)

Avec cette méthode les chercheurs ont donc trouvé une augmentation de 1,2 mm ± 0,2 mm par an, ce qui coïncide avec les valeurs trouvées par calculs auparavant. L’élévation du niveau de la mer pour la période 1900-1990 semble donc avoir été surestimé. Si les résultats de l’étude sont confirmés par des pairs, alors cela signifierait que le rythme de l’augmentation du niveau de la mer depuis 1993 est bien plus rapide que ce nous pensions.

Édito du 4 février 2015

À peine l’année débutée, la conférence Paris Climat 2015 – COP21 se trouve déjà au cœur de l’actualité.

Après avoir appris la semaine dernière que l’engagement de François Hollande à supprimer les subventions pour les pays utilisant des centrales à charbon risquait de passer à la trappe, c’est au tour du Business and Climate Summit d’être controversé, avec notamment la présence dans son organisation d’Areva, ou encore de Total.

Ce sommet, initié par l’ONU, rassemblera en mai des dirigeants d’entreprise, afin de soumettre des solutions pour le climat lors de la COP21. L’objectif est (selon l’intitulé d’une des séances plénières du sommet) d’ « intégrer le climat dans l’économie mondiale » et bien évidemment pas d’adapter l’économie au climat, aux besoins de la planète.

Ce n’est sûrement pas la pression des monopoles, soumis aux intérêts économiques à court terme, qui mèneront la conférence Paris 2015 à être un succès. Au contraire, il n’y a qu’un vaste mouvement populaire et démocratique qui puisse faire espérer une issue positive à cette COP.

Notons également le lancement, en début de semaine, par France Info du label « #maplanète »qui doit récompenser et mettre en avant « des actions, idées et événements » en vue de la Conférence Paris Climat. Sans savoir exactement quelles genres d’initiatives seront primées on peut toutefois regretter le nom de ce label : « ma planète ».

Nous considérons que loin d’un anthropocentrisme individualiste nous avons besoin d’une vision différente de la planète, d’une vision globale où l’espèce humaine n’est plus ni au centre ni au dessus du reste, mais une partie d’un tout. Avec néanmoins une responsabilité particulière conférée par des millions d’années d’évolution.

Ainsi, être la ministre de l’écologie du pays organisateur de la COP21 et autoriser le braconnage des oies comme l’a fait Ségolène Royale est une aberration, une honte.
La planète n’appartient ni à un individu, ni à l’espèce humaine.

Articles pouvant vous intéresser