“Bidoche, L’industrie de la viande menace le monde”

Les médias parlent beaucoup de “Bidoche, L’industrie de la viande menace le monde” de Fabrice Nicolino, un ouvrage paru tout récemment d’un auteur prétendant expliquer pourquoi la “viande” a des effets nocifs sur notre planète et notre santé. Rien que le titre montre le zéro respect du corps d’un animal assassiné.

L’auteur répond à une série de question dans le monde (page 1, page 2). Et toute la vacuité, le vide absolu de sa critique se devine à la manière à laquelle il répond au sujet de son propre mode de vie:

La première chose, c’est de rappeler que la consommation de viande en France a été multipliée par 4 environ depuis l’entre-deux-guerres. On mange beaucoup trop de viande, pour des raisons économiques et politiques.

Je n’ai pas vraiment de conseil à donner. Mon avis est qu’on peut manger beaucoup moins de viande, manger du coup une viande de meilleure qualité. Personnellement, je mange de la viande, de moins en moins, et c’est de la viande biologique, car dans cette façon de produire, on s’interdit quantité de produits médicamenteux et chimiques.

Comme on le voit, on a encore le profit lamentable du journaliste se foutant des animaux non humains et simplement intéressé par le fait de nourrir intellectuellement les bobos d’arguments sur la santé. Il explique donc que la situation est bien plus grave aux USA, que là-bas le lobby de la “viande” est bien plus présent qu’en France (ben voyons!), bref il dédouane l’industrie ici, et finalement instruit les riches sur comment ils doivent vivre pour le faire de manière plus ou moins saine.

Mais les animaux non humains, et la majorité des gens, et le rapport entre les gens justement et les animaux non humains, il s’en moque. En bon journaliste, il a même découvert le thème au cours de son enquête! Et encore quand on dit le thème, ce n’est évidemment ni la libération animale, ni la libération de la planète: à peine le végétalisme…

Devra-t-on dans le futur arrêter totalement de consommer de la viande ?

Fabrice Nicolino : Je ne vois pas ce point-là à l’horizon de ma vie. J’ai découvert en tout cas, en écrivant ce livre, qu’on pouvait se passer de viande. Je l’ignorais vraiment. Je crois qu’en fait, on a moqué trop longtemps les végétariens, on a prétendu parfois contre l’évidence que leur santé était très mauvaise. Certains lobbyistes dont je parle dans mon livre rappellent, pour disqualifier les végétariens, que tant Hitler que Jules Bonnot, l’anarchiste, étaient végétariens tous les deux. Ce que j’ai vu, c’est qu’on peut vivre sans manger du tout de viande. Pour les grands équilibres, pour affronter les grands problèmes qui sont devant nous, à commencer par la faim, il me paraît vital que nous changions à nouveau de régime alimentaire et que nous renoncions à une grosse partie de la viande que nous ingurgitons chaque année. Mais plus de viande du tout, je n’y crois pas trop, je pense que c’est une question anthropologique, qui en amène beaucoup d’autres. Je ne suis pas sûr que l’humanité soit vraiment destinée à ne plus manger de viande.

Conclusion de tout cela:

1.la libération animale et la libération de la Terre: nous devons les mettre en avant, car cela ne tombera pas du ciel!

2.pas de compromis avec ceux qui veulent des compromis, qui sont des compromissions avec ceux qui mènent la guerre contre la planète et ses habitants!