“Se nourrir, marcher, courir vegan” de Matt Frazier

Matt Frazier est une personnalité connue dans le milieu des sportifs vegans au Etats-Unis, notamment en étant l’auteur du blog à succès No Meat Athlete.

Son livre du même nom est également un classique de la littérature sportive vegan et justment il a été traduit et publié en français cette année sous le titre de « Se nourrir, marcher, courir vegan ».


C’est un livre intéressant qui reprend et explique de manière simple et accessible la plupart des connaissances actuelles sur la nutrition, en insistant sur l’importance d’un régime basé sur les végétaux, avec des aliments complets et non transformés (ou le moins possible).

En plus de cela, sont proposées 58 recettes végétaliennes, souvent avec des ingrédients faciles à se procurer, ainsi qu’un petit programme d’entraînement pour débuter ou se perfectionner en course à pied.

On a là quelque-chose de très pratique, un outil qui pourra être bienvenue pour les personnes vegan en France ayant besoins de connaissances accessibles sur l’alimentation, et particulièrement sur l’alimentation sportive. C’est vraiment une avancée, une excellente contribution!

Il faut en plus noter, et c’est très important ou plutôt fondamental, qu’en plus de l’aspect « santé », « bien être », Matt Frazier explique que la compassion envers les animaux est un aspect important de sa démarche vegan. Il reverse 10 % de ses droits d’auteur à des refuges pour animaux, dont Farm Sanctuary.

Cela ne sort pas de nulle part bien sûr et il faut bien voir qu’il y a aux États-Unis, contrairement à la France, tout une culture portant le véganisme de manière positive. Il y a des organismes massifs avec un discours “grand public” constructif et non pas glauque, de nombreux blogs ou sites internets, des sportifs ou des acteurs célèbres, des chanteurs ou groupes de musiques reconnus, etc.

On comprend cela par exemple avec les remerciements émis à la fin du livre par le co-auteur Matthew Ruscigno, diplômé en nutrition et en santé publique, vegan et sportif de haut niveau, qui a contribué à certaines parties du livre . On lit de sa part:

“Je suis également très reconnaissant aux organismes qui m’ont sensibilisé tôt à un mode de vie empreint de compassion : Animal Defense League, Earth First !, Vegan Outreach et Earth Crisis, pour ne nommer qu’eux.”

Pour autant, il y a quelque chose qui est vraiment dérangeant dans ce livre de Matt Frazier, un peu dans l’esprit libéral américain : c’est qu’il n’a de cesse de « botter en touche », de ne pas vouloir « en faire trop », de ne surtout pas donner l’impression « d’imposer » le véganisme.

Bien sûr il explique qu’il est possible et souhaitable d’être vegan, toutes ses recettes sont vegans, etc. Mais il préfère parler de « régime végé » et ce qu’il propose est d’une certaine manière une sorte de régime « flexitarien », pour ne pas froisser.

On lit alors des choses:

“Il peut s’agir d’un régime végétalien, sans produits animaux, pas même de miel. Pour d’autre, il peut s’agir d’un régime majoritairement à base de plantes. Vous pouvez alors manger du fromage de temps à autre et même un hamburger à l’occasion.”

Il explique alors qu’il faudrait y aller petit à petit, sans se brusquer. Bien qu’il « admire » les personnes qui arrivent à cesser la viande du jour au lendemain, il pousse son raisonnement jusqu’à ce « conseil » étrange : « n’essayez pas de ne plus manger de viande ».

On peut comparer ici la démarche de Matt Frazier à celle de Brendan Brazier, très différente. Brendan Brazier, qui par ailleurs préface ce livre de Matt Frazier, est certainement la figure la plus importante du sport vegan.

Son premier livre « Thrive, the vegan nutrition guide», non disponible en français, est un best-seller et il a également développé plusieurs sites internets (dont thriveforward.com) et une gamme de produit pour le sport (vega sport), il fait des apparitions dans de grands médias nord-américains, etc.

Brendan Brazier ne parle pas des animaux, sa démarche est d’abord initiée par le sport et la recherche de performance (il a été un triathlète professionnel). Mais il a une démarche « totale », mettant en avant un régime strictement basé sur les végétaux, avec une véritable détestation pour les produits de mauvaise qualité imposés par l’industrie, y compris forcément les produits issus de l’exploitation des animaux.

Sa démarche est beaucoup plus pointue, il a creusé de manière profonde la question de la nutrition, il conseille des aliments parfois relativement difficiles à se procurer, mais toujours d’un grand intérêt nutritif.

Ses recettes ne sont pas des transpositions « végétaliennes » de recettes classiques, il transforme de manière importante les habitudes alimentaires.

La conséquence de cette démarche « totale » est qu’il contribue à une véritable révolution culturelle dans le domaine de l’alimentation, portant ainsi, indirectement, de grands coups à l’industrie et à l’idéologie de l’exploitation animale.

Le Livre de Matt Frazier n’a quant à lui pas cette capacité. On se demandera même si, d’une certaine manière, malgré ses aspects positifs, ce livre n’aiderait pas à ce que « rien ne change », tellement la démarche est confuse.

A force de vouloir ne pas brusquer, on en vient à perdre de vue qu’il y a là, tout de même, une remise en cause des traditions erronées, de l’anthropocentrisme, bref on révolutionne les comportements.

Et c’est pour les animaux, donc il n’y aucune raison de tergiverser!

 

Articles pouvant vous intéresser