“Végans extrémistes”

“Végans extrémistes : Alex, cadre bancaire, marqué comme une bête” : c’est le titre d’un article pathétique publié par Le Point, où l’on peut voir en vidéo ce cadre bancaire satisfait de se faire marquer au fer rouge, au nom de la “cause”…

Entre le réformisme de L214 dont les objectifs sont impossibles à part en 10 000 ans de réforme – alors qu’en plus l’exploitation animale grandit donc c’est le contraire qui se passe – et les postures morbides de 269 avec le fer rouge, on est pas gâté et rappelons que le véganisme obtient avec cela une très mauvaise réputation, les vegans donnant une image irrationnelle et glauque…

L’article du Point n’est évidemment pas dupe du caractère vain de ce symbolisme à la fois chrétien et décadent, et vise par conséquent ce qui apparaît comme la seule menace réelle, quand on est logique, à l’idéologie dominante de l’exploitation animale: la culture vegan straight edge…

Là par contre, on est dans la diffamation et la caricature: il s’agit de nuire au maximum, non pas d’expliquer, car là, la rupture est claire et nette, elle est moralement et culturellement indiscutable, et on ne peut pas “discuter” ou “négocier” ou “intégrer” ou corrompre à coups de poste d’universitaires, d’intellectuels, etc…

Quand le véganisme fait l’apologie de la violence

Mais toutes les associations de libération des animaux ne sont pas aussi pacifiques que Respectons. L’Animal Front Liberation se définit comme un mouvement écoterroriste. Saccages, incendies, destructions, tags…

Pour ce mouvement né en 1970 en Angleterre, mais très peu développé en France, la violence est le seul moyen pour faire reculer l’exploitation animale. Sur leur site internet, habillés comme des terroristes, ils vont jusqu’à appeler à la lutte armée contre les hommes pour défendre les animaux.

Les Straight Edge, une communauté qui se meurt

Mais pour ceux qui ne sont pas prêts à frapper pour défendre un lapin, il existe une autre option : le Straight Edge, ce mouvement américain qui prône un mode de vie “sans sexe, sans drogue, sans alcool”. Le Straight Edge est né pour contrer le punk hardcore, dans les années 1980. Ses adeptes prônent un retour à la vie saine, qui implique le véganisme pour certains d’entre eux.

Les actions des Straight Edge sont très peu nombreuses et se limitent à quelques manifestations pour la fermeture des abattoirs. La communauté perd beaucoup de membres mais “tente de survivre en se réunissant autour de stands pour sensibiliser au végétalisme”, admet Benoît Mateu.

C’est tout simplement lamentable: même wikipedia est mieux informée.

Nous ne savons pas non plus si la personne citée ici à la fin a vraiment dit des choses aussi lamentables, mais dans tous les cas, rappelons que les journalistes déforment les propos comme ils le veulent, car ils ne servent pas l’information, mais des idéologies liées aux intérêts de leur groupe de presse.

Dans tous les cas par conséquent, nous conseillons de faire comme nous: refuser systématiquement les demandes des journalistes. Le vrai chemin démocratique ne passe pas par des gens ne visant pas l’information mais le sensationnel, la diffusion de points de vue conforme à leur vision du monde obéissant à l’idéologie dominante…

Articles pouvant vous intéresser