La conférence de presse de Cause Animale Nord

Le “président” de “Cause Animale Nord” a donc, hier, connu son heure de gloire, avec une conférence de presse où, en fait, de révélations, on ne sait rien de plus.

Les promesses n’auront donc pas été tenues, comme par exemple des résultats vétérinaires (pour vérifier si le chien était drogué).

On doit donc considérer que la cause de la défense des animaux continue donc d’être prise en otage, et cela sciemment. En postant non stop des revendications véganes sur le facebook de Cause Animale Nord, comme si de rien n’était, il s’agit pour le président de se poser comme fer de lance de la cause.

Ce n’est ni démocratique ni acceptable, vue sa vision totalement délirante de la société. 20 minutes Lille nous retransmet un de ses propos assez éloquent dans le genre :

“Pour que cette vidéo prenne autant d’ampleur, d’autres personnes plus puissantes se cachent derrière cela »,

Cela rappelle les délires sur les “illuminatis” très à la mode il y a quelques temps, y compris dans la défense des animaux (on se souvient de l’affaire du “DJ Ripley“).

Les animaux sont pris en otage pour une vision misanthrope, complotiste du monde. On a ici une vision paranoïaque du monde, sans aucune explication rationnelle de l’exploitation animale.

Dans le film très connu “M le maudit”, il y a le fantasme d’une grande ville passée sous la coupe de politiciens véreux de mèche avec la police, avec les mendiants formant un syndicat hyper organisé. C’est le même genre de vision du monde paranoïaque.

Il ne s’agit pas de dire qu’il n’y a pas de mafia, de politiciens véreux, de trafics de chiens. Il s’agit juste de voir que cela n’est pas “parfait”, mais participe en général à une société corrompue, aux valeurs inacceptables.

Du côté de “Cause Animale Nord”, on ne voit pas les choses ainsi ; on ne réfléchit pas en termes d’histoire, de culture, d’économie, on réagit avec “le coeur”, tout en se fondant donc sur l’intuition, les préjugés…

Au final, donc, c’est de la fausse rébellion prétextant une cause plus qu’autre chose. On est dans la pose, voire la posture.

On remarquera justement que sur le tee-shirt porté à la conférence de presse, il est inscrit “je suis modern gay la fourrure pas pour moi”, histoire de ne pas passer pour un facho. On est dans le calcul, pas dans la lutte pour la cause.

Voici une autre illustration de cette logique, avec un post facebook vite enlevé, exprimant une paranoïa certaine,  bien dans les normes de l’extrême-droite, comme il se doit.

C’est totalement délirant, mais cela ne doit rien au hasard: la cause animale s’est fait prendre d’assaut non pas par l’extrême-droite organisée (comme le pensent les anars), mais par une vision misanthrope qui rejoint l’extrême-droite (d’où l’incompréhension sincère mais au final absurde des misanthropes devant l’accusation d’être des fachos).

Au milieu de tout cela, il y a l’egotrip. On peut juger sur pièce avec le document publié par le “président” de Cause Animale Nord à l’occasion de la conférence de presse :

Cause Animale Nord

COMMUNIQUE DE PRESSE CONCERNANT L’AFFAIRE DU CHIOT.

Je suis atterré de voir les proportions qu’a pris la haine déclenchée contre moi et contre Cause Animale Nord que je préside, après la circulation massive de cette vidéo. Nous sommes attaqués de toute part, le site de CAN a été piraté, ainsi que les comptes sociaux de certains de nos militants, et nous recevons des menaces de mort du monde entier.

Je reconnais que les images peuvent choquer : un homme âgé au sol, les cris d’un chiot attrapé dans la précipitation, des invectives lancées aux passants, c’est typiquement le genre d’extrait-choc qui, livré au public sans aucune explication sur le contexte, donne lieu à toutes les interprétations possibles même les pires; surtout quand certaines personnes se font un plaisir d’aiguiller les imaginations.

Ça serait intéressant d’ailleurs de savoir par qui et pourquoi cette vidéo a été mise sur le net et surtout a pris une telle ampleur, avec directement incitation immédiate à la haine, publication de mon nom, adresse, n° de téléphone etc…. surtout sachant que CAN a l’habitude de lever des gros dossiers qui dérangent certains politiques.

La réponse : un jeune de 23ans qui aime faire le buzz sur les réseaux sociaux du nom de Nghi Le Duc. Cette personne ne fait nullement partie de la protection animale, son passe-temps, créer le scandale sur la toile. Mais pour que cette vidéo prenne autant d’ampleur, d’autres personnes plus puissantes se cachent derrière cela. Les attaques contre notre site viennent de plusieurs pays du monde.Voici donc exactement ce qui s’est passé ce jour-là.

Lors d’une manifestation contre la fourrure se tenait un village de stands d’associations. Une femme (celle qu’on voit sur la vidéo du pseudo Victoria Phoque sur les réseaux sociaux) est arrivée sur le stand de CAN, nous expliquant qu’elle faisait le tour de tous les stands depuis un moment pour alerter sur la présence d’un chien « drogué et maltraité », cherchant de l’aide.

Aucun militant n’était venu à cette manifestation pour se retrouver à faire une enquête en urgence sur place (et encore moins devoir gérer un animal en pleine manifestation) mais devant son insistance, on a décidé d’aller au moins voir ce qui se passait.

J’ai effectivement découvert un chiot amorphe, dodelinant de la tête, les pupilles dilatées, et attaché très court par un lacet à la poignée d’une valise. Je n’ai pas de « détecteur de drogue » sur moi, on peut aussi penser que ce chiot était juste sonné par le bruit de la rue mais en général tous les chiots sont plutôt très vifs et joueurs; donc inquiété par son absence totale de réactivité j’ai évidemment essayé d’établir un dialogue avec son propriétaire.

Il est devenu tout de suite très méfiant, a détaché le chien pour le prendre aux bras puis à la surprise de tout le monde il s’est jeté au sol avec le chiot serré contre lui et s’est roulé par terre. Je n’espère qu’une chose, c’est que des caméras de surveillance de la ville se trouvaient en fonction sur cette sortie des Halles afin qu’il soit enfin prouvé que je ne l’ai pas agressé : il s’est jeté au sol lui-même, et vu que comme tout ce que je dis est disséqué et retourné contre moi depuis quelques jours, je ne tenterai même pas de proposer d’explications sur ce comportement.

Plusieurs personnes dans le public ont crié « Attention au chien, il va l’écraser » !

Il faut bien comprendre que ces choses-là se produisent à vitesse éclair et qu’on n’est pas forcément préparé à de telles réactions ; entre l’état quand même bizarre du chiot à mon arrivée, la difficulté d’établir un dialogue, la réaction surprenante de cet homme et surtout le danger dans lequel le chiot s’est retrouvé au risque d’être écrasé, j’ai réagi sous le coup de l’urgence en essayant de lui écarter les bras pour qu’il libère le chiot. Il le serrait si fortement que des témoins ont hurlé « Il va l’étouffer ! »

Si le grand public était informé des trafics permanents de chiots dans les grandes villes, provenant d’élevages étrangers dont les reproductrices sont totalement sous-alimentées et maltraitées, avec un taux de mortalité effroyable dans les transports clandestins, ces camions arrivant la nuit entre autre porte de la Chapelle et l’usage très habituel de substances dangereuses sur les chiots pour les faire tenir tranquille, et dont la police, bien qu’au courant, n’a ni le temps ni la volonté avérée de s’occuper, peut-être aussi que ma réaction serait moins stigmatisée, même si je le reconnais les choses ont été faites dans la précipitation et une certaine incohérence. Et si il ne s’était pas roulé au sol avec le chiot, on aurait peut-être eu le temps d’essayer d’y voir plus clair, aussi !

La vidéo commence au moment où je viens juste de réussir à lui faire lâcher le chiot; on se précipite sur l’animal pour qu’il ne s’échappe pas (le bruit qu’on entend c’est mon épaule qui cogne le panneau en fer derrière lequel j’avais peur qu’il disparaisse, et non la tête du chiot comme des milliers de gens se sont permis de l’affirmer alors que je suis filmé de dos à ce moment-là et qu’on ne voit rien de ce qui se passe réellement) ; l’homme s’agrippe ensuite à moi en criant pour essayer de récupérer l’animal, la femme essaye de l’en empêcher, un militant qui était venu avec nous me prend le chiot des mains et nous repartons vers le village associatif qui était à 50 m de là ou la police était présente.

L’homme n’y est pas venu pour essayer de le récupérer, par contre une demi-heure après il portait plainte en présentant les papiers d’un pékinois (ce que ce chiot n’est pas), papiers qu’il aurait pu aussi bien me présenter tranquillement dès le départ, aussi. Chose que je ne m’explique pas, c’est qu’il soit allé porter plainte dans un commissariat éloigné à 20 minutes alors qu’il s’en trouve un à proximité immédiate des lieux. Et qu’une plainte soit reçue 35 minutes après l’acte !

Beaucoup de question sans réponse qu’il laisse présager des doutes sur les réelles motivations…

Des milliers de gens copient-collent des commentaires disant que cet homme avait un chien depuis 15 ans qui venait de mourir de vieillesse et qu’il était très connu dans le quartier; or dans diverses vidéos pourtant volontairement à charge contre moi il explique devant les caméras, avec l’aide d’un interprète roumain, qu’il n’est en France que depuis 4 mois et qu’il n’a jamais eu de chien avant.

A l’inverse d’autres gens laissent des commentaires disant qu’il a été vu ces derniers temps avec d’autres animaux : bref rien n’est clair dans cette affaire. D’autres affirment que « aucun SDF n’a les moyens d’acheter de la drogue » : un grand nombre de produits très courants et bon marché peuvent pourtant rendre un jeune animal complètement stone. À noter qu’une fois libéré ce chiot s’éloigne plutôt lentement, donc : drogué ou pas, la question reste licite.

Au bout d’un certain laps de temps conséquent le chiot a retrouvé un comportement d’éveil normal. La bénévole qui s’est proposée pour l’héberger m’a confirmé le lendemain qu’à part un envahissement de puces, la petite chienne semblait en relative bonne santé. CAN est accusée aussi d’avoir trop rapidement publié une annonce d’adoption (et non de VENTE, j’insiste sur ce point, et toutes les asso font pareil à des tarifs sensiblement équivalents pour couvrir les frais inhérents à la mise en règle des animaux. Il faut comprendre qu’à partir de la parution d’une proposition d’adoption il se passe parfois des semaines avant que quelqu’un se présente, donc nous avons l’habitude de faire paraître les annonces le plus vite possible.

De toute façon on ne place jamais les animaux sans prendre le temps de s’assurer que l’adoptant est sérieux ; ici l’association a simplement suivi sa procédure de routine, après parution on a donc tout le temps de remettre l’animal en état de santé si besoin, de l’identifier ou de vérifier les identifications; ici il y a bien une puce, mais le passeport correspondant n’est pas franchement clair puisque le premier vaccin est noté à la date du 01/09/ 2005, pour un chiot de meme pas 3 mois. A côté de ça l’homme reste très évasif sur la façon dont il s’est procuré ce chiot. Son fils ? Il se trouve en Angleterre…

On m’accuse d’avoir agi trop impulsivement : j’ai agi comme me le dictait mon cœur à l’instant T devant la réaction vraiment imprévue de cet homme ; j’ai peut-être mal évalué la situation et dans ce cas c’est la justice maintenant qui vérifiera si oui ou non les papiers de ce chiot sont réellement les siens, et qui tentera d’en savoir plus sur sa provenance.

Je n’ai jamais eu ces documents, ils ont été filmés dans des interviews du supposé propriétaire qui les présente lui-même devant la caméra : à partir de ces vidéos l’image a été extraite, mais quand je l’ai publiée pour tenter de faire comprendre aux gens qu’il y avait bien quelque chose de bizarre vu les dates on m’a accusé en prime de les lui avoir volés, ou même de les avoir falsifiés : tout ce que j’essaye de produire comme explication est retourné contre moi.

Des gens vont jusqu’à jurer qu’ils lisent bien « 2015 » alors que 2005 est clairement visible! Le vétérinaire qui a examiné le chiot et à la vue de toutes les incohérences (dates non concordantes, race, etc) émet de sérieux doutes sur l’authenticité des documents fournis. Des examens vétérinaires sont en cours dans l’un des plus grand centre français, le délai pour les résultats est de 3 semaines. Le simple cout pour cette expertise est de 252€ donc bien inférieure aux frais d’adoption que nous demandions.

Après recherche le vétérinaire Roumain ayant identifié le chiot déclare que le chiot n’est pas enregistré au registre national du pays. Mais après investigation, le chiot se trouve bien inscrit au registre mais avec des dates différentes de son passeport. Pourquoi avoir menti ? on peut se poser la question.

Egalement un vaccin antirabique effectué début septembre sur un chiot de 2 mois alors que la législation ne l’autorise qu’à partir de 3 mois.

Une date de naissance également différente entre le passeport et le fichier central roumain.

Mais aussi une date d’enregistrement differente au fichier central.

Beaucoup d’incohérences qui laisse présager un trafic, surtout qu’une video tourne actuellement sur le web ou on voit cet homme négocier pour des chiots.

Au terme de l’enquête et si un trafic est décelé, je serai peut-être condamné pour avoir voulu « faire justice moi-même » comme on m’en accuse, mais j’espère alors que ce buzz regrettable sera au moins l’occasion de porter sur la place publique ce problème énorme de trafic d’animaux (qu’il s’avère qu’il s’agit bel et bien de ça ou pas, d’ailleurs).

Il faut savoir aussi que dans certains cas de maltraitance la police s’en remet directement aux associations en disant : « Allez-y, car nous on ne peut rien faire ». Ce qui revient très clairement à nous dire : « Nous n’avons pas les moyens légaux d’intervenir, sortez cet animal de là comme vous pouvez, on ferme les yeux. » Et si on n’y va pas, alors les gens nous jettent la pierre aussi.

Je rendrai donc compte de mes actes mais ce qui est incroyable c’est que mon association ait été accusée à travers le monde de « voler des chiens à des SDF pour gagner de l’argent. »

Toutes les associations et refuges de France croulent sous les animaux abandonnés et ont le plus grand mal à leur trouver de bons adoptants: qu’une association aille en « voler » pour le plaisir de les mettre à l’adoption en pensant gagner de l’argent au passage, franchement qui peut croire à ces fables. Surtout quand on connait les tarifs des vaccinations, vermifuges, déparasitage, identification etc, parfois même castration si l’animal est plus âgé.

Toutes les personnes qui me connaissent et même mes ennemis savent le temps que je consacre à mon association et au sauvetage d’animaux, au point de ne plus avoir de vie privée. A propos de vie privée, j’informe qui de droit que j’ai parfois hébergé chez moi des SDF en leur laissant mon propre lit : je ne suis pas certain que toutes les personnes qui me traitent de facho et souhaitent ma mort depuis quelques jours en aient jamais fait autant.

CAN est une association qui a pignon sur rue. Nous avons en charge plus de 700 animaux, de chevaux à furets en passant par les animaux de ferme, et de tous âges.

Cela représente énormément de logistique, de soucis, de soins quotidiens à prodiguer à chacun, donc imaginer que je profite d’une participation à une manifestation contre la fourrure pour aller chercher des animaux supplémentaires dans Paris est tellement énorme que j’avoue, quels que soit mes torts dans la façon dont les choses se sont déroulées lors de cette intervention qui était je le répète non prévue, que je suis très étonné de voir jusqu’où va la haine de certains et la volonté de nuire à CAN.

L’opinion publique a été particulièrement touchée parce qu’il s’agit d’un sans-abri, je suis devenu « un voleur de SDF » : je suis parfaitement bien placé pour savoir que nombre d’entre eux s’occupent très bien de leur animal et sont même capables de se priver de nourriture pour eux. On leur vient en aide d’ailleurs quand l’occasion se présente.

Ce n’était pas la peine de me l’expliquer par des milliers de messages insultants et menaçants, car cela n’a rien à voir avec les chiots victimes d’un trafic international connu qui enrichit en amont une mafia énorme, et qui déverse – en France notamment – un flot ininterrompu de nouveaux animaux alors que tant d’autres abandonnés par leurs « maîtres » attendent en cage d’être adoptés et sont même parfois euthanasiés (des dizaines de milliers chaque année) : est-ce que les gens peuvent comprendre qu’entre les chiens qui sont pour un SDF son seul ami et la prunelle de ses yeux, et ceux qui sont écoulés au marché noir, il y a une différence ?

Ceci sans présumer de l’affaire actuelle. Il est possible d’ailleurs si le cas se présente que nous soyons tous les deux condamnés : moi pour intervention dans un cadre non légal, et lui pour participation à un trafic d’animaux. Si sa bonne foi est établie je saurai lui présenter mes excuses et répondre des conséquences de mon erreur d’appréciation.

Les personnes qui se sont rendues coupables de faux témoignages (prétendant connaître cet homme dans ce quartier depuis plus de 15 ans alors qu’il dit lui-même n’être en France que depuis quelques mois), ainsi que celles qui m’ont livré en pâture aux réseaux sociaux en publiant mon adresse personnelle accompagnée d’incitation explicites au lynchage, auront elles aussi à rendre des comptes. Et comme quoi qu’il en soit des trafics de grande ampleur existent j’espère que tout cela servira au moins à attirer l’attention du public et des autorités sur cette mafia bien connue des services de police.

CAN restera debout, les bénévoles et militants qui la composent restent soudés, et même plus unis encore devant cette attaque d’une haine et d’une proportion incroyable, car les animaux dont nous nous occupons depuis des années comptent sur nous.

Antony Blanchard, président de Cause Animale Nord.