Libération fait l’apologie de la “veggie pride” : tout un symbole

Aujourd’hui a lieu la quinzième veggie pride, une initiative que nous considérons comme néfaste depuis le début, de par sa mise en avant d’un “végéta*isme” qui pour selon notre point de vue gomme la différence de nature entre végétarisme, végétalisme et véganisme.

Nous trouvons absurde et improductif cette idée de “front végétarien” qui serait au service du véganisme, théorisée par la mouvance Cahiers Antispéciste – Veggie Pride – L214.

C’est ni plus ni moins que la capitulation qui explique qu’il faut “arriver au véganisme” (en combien de temps, mystère), alors qu’il faut en réalité devenir vegan pour justement se développer sur cette base pour changer tout notre monde…

Libération a publié un article élogieux pour la veggie pride ; le gommage des frontières morales, au nom du “végéta*isme”, est  flagrant.

Le voici, car c’est un témoignage historique très utile pour l’avenir. En effet, le véganisme s’est fait happer par une tendance bobo – hipster – parisien – cuisine chic – charité chrétienne pour les animaux. Le “Afternoon Tea” végétalien à 39 euros à l’hôtel parisien Shangri-La – 5 étoiles et 1000 euros la nuit – réjouira tous ces gens. A nos yeux, c’est une insulte.

Nous sommes pour un véganisme populaire, ancré dans la vie quotidienne et le soutien pratique aux animaux, dans un esprit de reconnaissance de la Nature, ce qui va de pair avec l’athéisme et le rejet des drogues et de l’alcool.

ENQUÊTE
Les vegans riches en matière grise
Par Sonya Faure — 8 octobre 2015

Alors que se tient ce week-end à Paris, la 15e édition de la Veggie Pride, le mouvement végétarien prend de l’ampleur tant dans ses adeptes que dans ses concepts.

Il y a deux semaines, il était en tête des articles les plus lus du New York Times. «Vegans Go Glam». Les vegans deviennent glamours. Cela fait un moment déjà qu’aux Etats-Unis, Bill Clinton, Beyoncé ou Chrissie Hynde ont pu faire leur outing végétarien sans peur du ridicule. C’est loin d’être le cas en France, où aura lieu la Veggie Pride samedi et dimanche.

Les végétariens y sont encore pris dans la nasse de clichés divers : hippies tristes et pâlots ou extrémistes nazillons. Sans parler des authentiques vegans, qui ont poussé jusqu’à son terme la logique végétarienne en refusant de consommer tout ce qui est issu de l’exploitation animale (œufs, lait, cuir). Pourtant, ici aussi, les représentations changent à grands pas.

Les Anglo-Saxons avaient depuis longtemps leurs penseurs du végétarisme, dont le plus fameux est Peter Singer. Son livre la Libération animale, paru en 1975, est traduit en une quinzaine de langues. «En France, rares sont ceux qui s’exprimaient jadis contre l’élevage et l’abattage industriels, en dehors des associations de protection animale, commente la philosophe Corine Pelluchon, professeure à l’université de Besançon et blogueuse de Libé (1). C’est en train de changer, et les voix qui s’élèvent aujourd’hui sont très diverses.»

Des «réformistes», comme la sociologue Jocelyne Porcher, une ancienne éleveuse qui milite contre l’élevage intensif, aux «abolitionnistes», comme la philosophe Florence Burgat, qui remettent en cause toute utilisation de l’animal par l’homme. Très récemment, le bouddhiste Matthieu Ricard, les journalistes Franz-Olivier Giesbert et Aymeric Caron, la polémiste Marcela Iacub ont popularisé les notions de bien-être animal – des soutiens populaires d’ailleurs plus ou moins appréciés des vegans purs jus.

Les végétariens ont leur revue (les Cahiers antispécistes), leur festival (Estivales de la question animale), leur association phare, L214 (7 000 adhérents), qui promeut «un mode de vie qui n’exploite pas du tout les animaux», explique Brigitte Gothière, sa porte-parole : «284 000 personnes ont liké notre page Facebook. On a dépassé Greenpeace !»

Si végétarisme et bien-être animal manquaient un peu de visibilité ces dernières années, on ne peut pas dire en revanche qu’ils manquent de concepts. Les végétariens «éthiques» sont, a priori, des animalistes qui combattent le spécisme – la hiérarchisation des êtres vivants en espèces, l’espèce humaine étant au-dessus de toutes les autres – et le carnisme – cette idéologie des mangeurs de viande, qu’on ne voit plus tant elle nous paraît naturelle mais qui régit tous nos rapports à la nature.

Même à la Veggie Pride, on ne se contente pas de promouvoir un régime alimentaire sain et de se déguiser en légume, comme c’est parfois le cas dans les pays anglo-saxons. «Etre végétarien, ce n’est pas seulement un choix personnel, c’est une question de société : l’éthique animal est un sujet politique», explique Clémence Laot, l’une des organisatrices du festival.

Cette année, la Pride est donc placée sous le signe de la «convergence des luttes entre féminisme, animalisme et racisme». Comparer femmes, Noirs et animaux et trouver un objectif commun à leur combat ? De quoi faire bondir les militants féministes et antiracistes classiques. «Pourtant, explique Pelluchon, ces luttes ont en commun de refuser les discriminations qui conduisent à légitimer la violence en se fondant sur l’espèce, le genre, l’ethnie. Toutes s’opposent à la domination, qui est toujours domination sur les plus faibles ou les sans-voix.»

Les antiracistes ont montré que la couleur de peau n’avait rien de «naturelle» ni de biologique mais qu’elle n’était qu’une affaire de représentations. A leur image, les antispécistes veulent démontrer que les espèces ne sont que le moyen d’asseoir la domination de l’homme sur le reste des êtres vivants.

«Cette idée est mal acceptée à gauche, car l’animal a toujours été un repoussoir dans la lutte pour les droits des femmes ou des Noirs : ils ont voulu se distinguer des animaux pour démontrer qu’ils étaient les égaux de l’homme blanc», estime Renan Larue, professeur de littérature à l’université de Californie à Santa Barbara, lui-même vegan et auteur du livre le Végétarisme et ses ennemis (PUF, 2015).

«Même au sein du mouvement, cette idée de convergence des luttes ne fait pas consensus, reconnaît Laot. Mais elle permet de réfléchir aux liens entre les espèces.» De remettre en cause les catégories classiques, et la première d’entre elles : l’opposition entre l’homme et l’animal. La question est au cœur de l’antispécisme, concept clé du mouvement vegan. Une salutaire remise en cause de l’anthropocentrisme mais qui, dans sa version radicale (et ultraminoritaire), amène à nier toute distinction entre homme et animal. Une vision à laquelle s’oppose la philosophe Elisabeth de Fontenay, qui, depuis longtemps, récuse l’anthropocentrisme et l’arrogance humaine.

Mais sans renoncer à l’existence d’une singularité humaine, celle, notamment, de produire du droit et de l’histoire. «Il ne s’agit pas de donner les mêmes droits à tout le monde, tempère Larue. On ne va pas donner le droit d’avorter aux hommes qui n’en auraient pas l’utilité, ni le droit de vote aux cochons qui n’en feraient rien. En revanche, l’antispécisme pose une question essentielle : les différences entre un être humain et un animal justifient-elles un tel écart de traitement ?»

Les comparaisons coups-de-poing de certains végétariens font régulièrement polémique. Comme le parallèle parfois dressé entre le «système concentrationnaire» de l’élevage intensif et les camps de concentration. «Le végétarien éthique est un intégriste moral prêt à tout», écrit Dominique Lestel dans son livre Apologie du carnivore (Fayard, 2011). L’éthologue pointe le paradoxe de l’antispécisme : refuser de manger de la viande, c’est rejeter l’animalité de l’homme. En donnant à celui-ci un devoir moral que les autres animaux n’ont pas, les végétariens mettent à nouveau l’humain au-dessus de toutes les autres espèces.

Malgré tout, «ce que nous faisons des animaux en dit long sur nous», estime la philosophe Pelluchon : «L’élevage industriel n’est pas seulement atroce pour les animaux. Il est également atroce de savoir que des humains peuvent castrer à vif des porcelets ou broyer des poussins mâles.»

Ce questionnement ne date pas des années 70. Depuis l’Antiquité, le végétarisme a été une «tendance minoritaire mais persistante», assure Larue, qui a écrit une histoire engagée de la pensée vegan (parue cette année). Pythagore, figure du végétarisme, s’opposait aux stoïciens sur le sujet. «A l’époque déjà, deux visions du monde s’opposaient. Car si les stoïciens étaient antivégétariens, ce n’est pas par amour de la viande : eux-mêmes avaient une alimentation très frugale. Mais ils refusaient la vision pythagoricienne qui affirme que l’univers n’a pas été créé pour la seule fin de l’homme. C’est le même débat qui, de nos jours, oppose le vegan à son oncle, le soir de Noël.»

Impact de l’élevage sur le réchauffement climatique, volonté de manger plus sainement, les conditions sont-elles, cette fois, réunies pour un essor historique du végétarisme ? «La crise environnementale nous oblige à penser le monde que nous partageons avec les autres espèces.

La prise en considération du sort des animaux est aussi liée à la conscience des dégâts du capitalisme, qui demande à baisser sans cesse les coûts de revient, transforme les non-humains en marchandises et dégrade les humains», poursuit Pelluchon, qui enseigne la philosophie de l’animalité depuis 2008. Il y a bien des raisons d’être végétariens, et l’éthique n’est peut-être pas la première. Mais à défaut de carne, les végétariens ne manquent pas de nourritures spirituelles.

(1) LibeRation de philo.

(2) Respectivement auteurs de Plaidoyer pour les animaux (Allary éditions, 2014), l’Animal est une personne (Fayard, 2014), No Steak (Fayard, 2014) et Confessions d’une mangeuse de viande (Fayard, 2011).