Soom T et la “weed”

Ce qui est frappant dans les cultures underground, c’est que les drogues sont présentées comme un outil de libération et d’exploration de soi-même, et qu’en même temps la célébration des drogues bascule vite dans le compromis ouvert avec une société qu’on est censé rejeter.

C’est une preuve que les drogues sont une fuite en avant et rien d’autre. Si Babylone veut bien nous laisser tranquille dans notre coin, on a rien contre lui : voilà la logique.

On a un exemple avec Soom T, artiste très efficace dans la culture reggae / dub où elle est arrivée tel un boulet de canon il y a quelques temps déjà, issue de son côté de la culture underground des squats et du punk, et qui désormais passe au “petit journal” de Canal+ avec une musique aseptisée, ouvertement commerciale. Elle ne peut pas remarquer le glissement, car à ses yeux elle ne vit qu’une aventure individuelle, à prétention spirituelle.

Voici à quoi ressemble sa musique, oscillant entre reggae, ragga et dub, avec “ganja ganja”, de l’album “Ode To A Carrott” qui est une ode à cette drogue, avec des chansons comme “I need weed”, “Weed Is Sweet”, etc.

Voici son argumentation mystique dans une interview à Reggae.fr.

Tu parles souvent de ganja dans tes chansons. Pourquoi est-ce si important pour toi ?

Parce que j’ai eu des problèmes d’hyperactivité et des problèmes mentaux. Et quand j’ai commencé à fumer de la ganja, tout a changé. J’ai appris à mieux me concentrer. Je me suis intéressée au yoga et à la méditation. La weed m’aide à être plus sage je crois.

Ça m’aide aussi à me calmer et à faire les bons choix. Au lieu de regarder des films bizarres et de prendre des traitements contre l’hyperactivité, l’herbe m’a appris à faire des choses bien comme le yoga et la méditation. J’ai aussi étudié des livres spirituels.

Ces 10 dernières années, ma vie est devenue parfaite après avoir commencé à fumer. Puis j’ai appris plus de choses sur l’herbe.

J’ai découvert que notre glande pinéale, c’est notre troisième œil dans le cerveau, est pleine de produits chimiques et de toxines qui viennent de l’eau qu’on boit et des saletés qu’il y a dans la nourriture des supermarchés comme le lait et tous les autres produits. Tout ça s’accumule dans la glande pinéale. Alors que le THC présent dans la ganja empêche ça.

Donc je trouve que c’est une très bonne raison pour promouvoir l’herbe auprès des jeunes. Quand je vois ce que les médias promeuvent aux jeunes… Ils disent que boire de l’alcool c’est bien, que prendre de la coke te rend cool…

Mais tous ces trucs détruisent ta vie, ton âme, ton entourage, ta famille. Ces trucs-là tuent des gens. La ganja ne fait pas ça. Ce n’est pas un poison. Mais on continue de lui faire mauvaise presse, de cataloguer les fumeurs et tout ça. On préfère promouvoir la cool attitude et aller à l’encontre de la spiritualité et des émotions.

Mais on nous enseigne les mauvaises choses. C’est pour ça que j’utiliserai toutes mes forces jusqu’à ma mort pour faire la promotion, et j’utilise le mot « promotion », de la ganja.

Si j’avais assez d’argent, je ferais des spots TV pour la ganja en disant : « Fume de l’herbe, ça te rend cool ! », « Fume de l’herbe, ça sent bon ! », « Fume de l’herbe, ça te rendra visionnaire ! ».

Si des gens viennent me dire que ce n’est pas responsable, je leur répondrai : « Hey! Pourquoi tu vas pas voir ton premier ministre ou ton président. Regarde ce qu’ils ont fait de ton pays, regarde ce qu’ils enseignent à tes enfants. »

Je crois que dire la vérité à propos de la ganja et encourager les jeunes à en fumer est une bonne chose.

J’y crois vraiment et je dois rester sur ma position pour affronter ceux qui sont contre. Si on me dit que c’est irresponsable d’inciter les jeunes à fumer, je répondrai que c’est pas plus irresponsable que ce que font 90 % des gens autour de moi quand ils font la promotion du contraire en incitant à se la jouer perso et à ne penser qu’à soi.

Je ne fais pas seulement la pub de l’herbe, je dis aux gens d’être aimables, gentils avec les autres, charitables, de ne pas êtres désagréables et méchant avec les autres.

Tout ça va t’aider dans la vie. Et je crois que la ganja peut mener à cet état d’esprit, donc j’en parle, ça fait partie de mon message.

Et je suis persuadée que si Jésus était là, il dirait exactement la même chose que moi.

Les drogues représentent un énorme gâchis : elles donnent l’illusion d’être au-dessus de tout… On perd son authenticité, on perd les liens avec la société, on devient auto-centré…

Pour conclure sur un dernier exemple, voici deux autres chansons de Soom T, une d’orientation commerciale, et une autre d’authentique orientation reggae dub, avec une puissance clairement différente…