Les réactions face à la mort de l’orque à Marineland

Suite à l’annonce de la mort de l’orque à Marineland (voir Mort d’une orque à Marineland), nous nous sommes dit que nous allons pouvoir diffuser des informations d’associations à ce sujet, puisqu’il n’y avait pour l’instant pas grand chose, pour ne pas dire pratiquement rien.

On a alors trouvé Nice Matin expliquant laconiquement que :

Après la mort de l’orque Valentin ce lundi à Marineland, trois associations* se sont regroupées pour demander au préfet et aux Services Vétérinaires des Alpes-Maritimes de diligenter une enquête sanitaire auprès du delphinarium.

>> RELIRE. Une orque de Marineland est morte

Une requête à engager “en urgence” afin de vérifier “l’état de la nourriture, sa qualité et sa fraîcheur, l’état de l’eau des bassins ainsi que les conditions dans lesquelles sont, à ce jour, détenus l’ensemble des mammifères marins”, écrivent les trois associations dans leur courrier.

Pour avoir plus d’informations, il faut logiquement aller sur le site des associations, mais il n’y a qu’un lien vers l’article du journal en question. Ce n’est guère pratique et cela montre la focalisation “institutionnelle”.

On en apprend par conséquent surtout avec 20 minutes, dans la section Nice.

Marineland d’Antibes: Des associations réclament une enquête après la mort d’une orque

ANIMAUX Elles ont fait appel au préfet des Alpes-Maritimes et aux services vétérinaires…

Elles en appellent au préfet des Alpes-Maritimes. Dans un courrier daté du 8 octobre et transmis lundi matin, les trois associations Réseau cétacés, La dolphin connection et C’est assez ! réclament du représentant de l’Etat et des services vétérinaires qu’une « enquête sanitaire soit diligentée en urgence » à Marineland.

Le tout pour « vérifier l’état de la nourriture et de l’eau des bassins » ainsi que « les conditions dans lesquelles sont détenus les mammifères marins », expliquent-elles.

Dans un genre tout à fait différent, il y a l’association Peta qui a fait un appel tout à fait ridicule, puisque d’une absurdité complète et consistant à demander au responsable de la société propriétaire de Marineland d’être assez sympa pour fermer Marineland. “S’il vous plaît, prenez une décision éthique” est-il demandé… Cela ne tient pas debout une seconde.

C’est littéralement absurde et le sens d’une telle pétition est en réalité facile à trouver : “En remplissant ce formulaire, vous indiquez votre consentement à recevoir des messages marketing par e-mail de notre part”. C’est un classique du monde des associations. Voici le texte de la “demande” :

Signez notre lettre pour demander au PDG de Parques Reunidos (qui possède Marineland) et au directeur de Marineland de relâcher les animaux survivants dans des sanctuaires adaptés et de cesser d’utiliser des animaux.

Veuillez relâcher les animaux de Marineland dans des sanctuaires

Monsieur,

Je suis choqué(e) d’apprendre que plusieurs animaux dont l’orque Valentin sont morts à Marineland et inquiet(e) pour la survie des animaux. Cela n’aurait pas eu lieu si ces animaux n’avaient pas été enfermés dans ce parc et je vous demande de prendre une décision forte pour qu’une telle tragédie ne se reproduise plus.

Ces animaux marins intelligents et sociaux sont enfermés dans des piscines honteusement petites et sont privés de tout ce qui, pour eux, est naturel et important. S’il vous plaît, prenez une décision éthique en relâchant les animaux marins dans des sanctuaires adaptés et vous engageant à cesser d’utiliser des animaux.

De manière plus constructive dans la mobilisation, voici un appel américain relayé par Dauphinlibre.be :

De la part de Friends of Animals (New York)

A l’attention de M. Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture, du Maire Jean Leonetti, du Maire Christian Estrosi et de M. Eric Ciotti, Président du Conseil Général des Alpes Maritimes,

Au nom de nos membres internationaux, nous souhaitons déposer une plainte formelle auprès du gouvernement français concernant les mauvais traitements infligés aux animaux du Marineland à Antibes. (…)

Nous demandons une enquête indépendante sur ce qui est arrivé au Marineland et que ses résultats soient rendus publics:

Est-ce que le parc dispose actuellement de générateurs, et si oui, combien, quand et comment ont-ils été opérationnels après la catastrophe ?

À quel moment durant la tempête les sauveteurs sont-ils arrivés sur les lieux pour sauver les animaux ? S’agissait-il d’employés de Marineland ou de personnes venues de l’extérieur? Quels ont été les premiers intervenants municipaux appelés à venir aider ?

Combien d’offres d’aide par les organisations de protection des animaux ont-elles été refusées?

Y a-t-il un programme de préparation aux catastrophes prévu par le parc et si oui, pourquoi a-t-il échoué ?

Combien d’animaux sont-ils réellement morts et à quelles espèces appartenaient-ils ? Combien ont été blessés? Un compte rendu complet comprenant les dossiers vétérinaires et les résultats des nécropsies doit être rendu public.

Pourquoi a-t-il fallu un plein de 10 jours pour rendre les installations habitables ?

Est-ce que le Marineland est autorisé à acheter et à remplacer les animaux morts ? Y a-t-il une volonté de la part des compagnies d’assurance de couvrir ces nouveaux achats ?

Est-ce que le Marineland va recevoir une aide financière ou matériel grâce à l’argent des contribuables ? A quel niveau le gouvernement français subventionne-t-il les coûts de la reconstruction du parc ?

Qu’est-il arrivé au troisième ours polaire ?

Au nom de nos membres et, plus important encore, au nom des animaux qu’il est dans notre mission de protéger, nous vous demandons de prendre des mesures pour empêcher Marineland de continuer son exploitation inhumaine et de faire en sorte que les animaux qui lui reste soient envoyés dans des sanctuaires.

De manière tragique, le seul résultat positif de la tempête qui a dévasté la prison Marineland est que les animaux qui y sont morts dans la boue ne seront plus jamais forcés à exécuter des tours stupides pour recevoir leur poisson. Ils sont désormais enfin libres.

Cordialement,

Carole Raphaëlle Davis, directrice de campagnes pour l’Europe
www.friendsofanimals.org

Articles pouvant vous intéresser