Les piégeurs au quotidien…

Il y a, dans cet article du Courrier Picard, plein de choses extrêmement intéressantes, témoignant de ce qu’on appelle le journalisme. Il s’agit de l’expression de ce qui se passe sur le terrain, avec la présentation d’un cas concret, de l’avis des gens, des choses qui se déroulent…

Sauf qu’évidemment, selon nous, il faudrait une multitude de journaux locaux vegans et écologistes pour présenter ces faits, et de manière orientée, afin d’éduquer. A cela s’ajoute qu’en fait il faudrait également “avoir le pouvoir” afin justement que les institutions ne fassent pas ce qu’elles font…

OISE
Les piégeurs face aux animaux nuisibles malgré l’hostilité

Un beau dimanche, à Compiègne, sur les bords de l’Oise. Dans l’eau, un ragondin s’amuse avec un bout de pain, sous l’œil rigolard des enfants. Une dispute éclate.

« Arrêtez de leur donner à manger, s’exclame une passante. Ce sont des nuisibles qui abîment les berges ! » Un père de famille répond : « Et alors, on ne va pas tous les tuer pour autant, ce sont des êtres vivants ! » L’éternel débat.

Michel Foubert, premier adjoint, confirme qu’il y a « un problème avec les ragondins, mais aussi avec d’autres espèces comme le raton laveur. La ville a une convention avec un piégeur agréé par la préfecture ». Rencontre avec Arnaud Fourdrain, membre de l’association des piégeurs agréés de l’Oise, qui travaille pour la ville de Compiègne depuis « 6 ou 7 ans ».

Le plus souvent, il intervient à la demande d’un particulier, d’une entreprise ou d’un service public, relayée par la police municipale. « Au début, c’est les renards qui posaient problème, indique le piégeur. Ils pullulaient sur l’ancien site militaire, face à la clinique Saint-Côme. » Depuis, il s’est diversifié. « J’interviens pour les animaux classés espèces nuisibles par un arrêté ministériel, détaille-t-il. Et pour les espèces exogènes. »

C’est-à-dire celles qui ne sont pas originaires de nos contrées. Le ragondin et le rat musqué, par exemple, importés à l’époque où on les élevait pour leur fourrure. « Quand cela a été interdit, ils ont été lâchés dans la nature et se sont reproduits », poursuit Arnaud Fourdrain.

Aujourd’hui, ils seraient partout, fragilisant les berges et transmettant parfois des maladies, par le biais de leurs urines. « Réfléchissez à deux fois avant de manger des mûres cueillies à même le sol », prévient le piégeur. Il y a le raton laveur, aussi, mascotte des troupes américaines et canadiennes. « À leur départ, les animaux ont été lâchés dans la nature. »

Sont classés nuisibles par la préfecture : le renard (le plus répandu), la fouine (qui s’attaque notamment aux toitures), la pie et la corneille (qui s’en prendraient aux petits gibiers et aux petits nids) et le corbeau freux (ennemi des agriculteurs). Arnaud Fourdrain intervient chaque fois avec une méthode agréée, apprise lors de sa formation dispensée par la fédération des chasseurs de l’Oise.

« Il y a la cage, précise-t-il. Un appât, une trappe qui se referme… L’animal est pris vivant. » Même chose pour les collets avec arrêtoir : l’animal est prisonnier mais maintenu en vie. « Lorsque le piège se referme sur une espèce non nuisible, l’animal est systématiquement relâché. »

Cependant, « lorsqu’une fouine, par exemple, est dans une sous-pente inaccessible, on utilise un piège à œuf ». Penser à une tapette à souris, avec un œuf en guise d’appât. « Les fouines font des dégâts considérables, les gens n’ont pas le choix », justifie Arnaud Fourdrain. Pour les autres, une fois la capture effectuée, c’est également à lui de terminer le travail. De « réguler », comme il dit, se refusant à prononcer un mot qui fâche. À lui, enfin, d’enterrer les animaux.

Ce qu’on a là, c’est le témoignage du caractère diffus de l’exploitation animale. Il n’y a pas que le supermarché, les élevages et les abattoirs : c’est toute la conception de la Nature qui est fausse, dans la mesure où la Nature est réfutée au profit d’une “gestion” anthropocentriste.

Articles pouvant vous intéresser