“Le végétalisme est donc à déconseiller en toutes circonstances”

Le “Larousse médical” de 2006 a été “conçu par une équipe de 150 éminents spécialistes”.

Et qu’en dira-t-on dans 50 ans? Que ces éminents spécialistes étaient pleins de préjugés sur le végétalisme – au mieux ! Peut-être même qu’il s’agit de charlatans…

Car ce qu’on lit est du niveau de Ohmymag au sujet du végétalisme dont nous parlions hier (« Mon corps était en train de s’éteindre à petit feu ») : être végétalien amènerait à la mort…

végétalisme

Régime alimentaire excluant tout aliment d’origine animale.

Le végétalisme, à la différence du végétarisme, exclut non seulement toutes les viandes mais également tous les produits d’origine animale (œufs, lait, miel, etc.).

Sous-tendu par des principes philosophiques, religieux ou hygiéniques, ce régime très restrictif provoque des carences, notamment en protéines ; en effet, les protéines végétales sont déficitaires en certains acides aminés indispensables (que l’organisme ne sait pas synthétiser et qui doivent lui être fournis par l’alimentation) et ne peuvent donc pas couvrir la totalité des besoins.

Une autre carence importante concerne les minéraux tels que le fer (dont les sources essentielles sont la viande, le poisson et les œufs), le zinc (que l’on trouve essentiellement dans la viande) et certaines vitamines, en particulier la vitamine B12 (contenue exclusivement dans les produits animaux : viande, poisson, œufs, lait et produits laitiers).

De surcroît, la très grande richesse de ce régime en fibres alimentaires aggrave ces déséquilibres en inhibant l’absorption intestinale des minéraux.

Le végétalisme est donc à déconseiller en toutes circonstances et, tout particulièrement, au cours de la croissance, de la grossesse, de l’allaitement ainsi que chez les personnes âgées, les malades et les convalescents.

Il ne s’agit pas de dire qu’il s’agit d’une position fondée sur la précaution, qu’il s’agit simplement de “déconseiller”. Car ce qui est écrit est absolument faux. Le régime végétalien n’est nullement carencé, le seul problème étant la vitamine B12 et encore, aucune analyse scientifique ne fournit une réponse claire et nette à ce sujet (dans le doute il faut donc surveiller et se complémenter).

On a ici un témoignage d’un point de vue qui se veut “objectif”, “neutre”, “scientifique”, alors qu’il ne peut pas l’être car il est prisonnier de préjugés, qu’il est borné. Le résultat – le fait de déconseiller – était là de prime abord, avant même que la position “scientifique” soit construite.

C’est une question de mentalité, de culture. Le véganisme est une vision du monde ; si l’on est pas pour… on fait partie, encore du monde du passé, et donc on le voit avec les yeux du passé.

Articles pouvant vous intéresser