L’association Volée de piafs a besoin de soutien

Hier, nous parlions des difficultés des associations ; voici un exemple concret de comment aider. L’association Volée de piafs,  basée non loin de Lorient en Bretagne, appelle au soutien pour financer une salle de lavage pour les oiseaux marins, une volière à passereaux, le tout coûtant 9200 euros.

Un peu plus de 2000 euros a déjà été récolté, par l’intermédiaire du site kiss kiss bank bank et il reste une trentaine de jours pour cumuler le tout. Il faut savoir ici que tout don est déductible des impôts : un don de 50 € revient à 17 €.

Voici l’appel de l’association, qui en profite pour se présenter.

L’association Volée de piafs, au travers de son centre de sauvegarde de la faune sauvage, a pour objectif la préservation de la biodiversité. Sa mission principale est d’accueillir, de soigner, de réhabiliter et de relâcher la faune sauvage en détresse. Elle sensibilise également le grand public à la lutte contre les nuisances et pollutions touchant à l’environnement.

Située à Languidic en Bretagne, l’association accueille chaque année environ 2500 animaux. L’activité est dévorante : Marie et Didier, les deux fondateurs du centre, n’imaginaient pas que les accueils prendraient une telle ampleur. Mais le grand public est sensible à la souffrance animale, d’autant plus que la majorité des causes d’accueil sont dûes aux activités humaines (choc route, baie vitrée, empoisonnement…) : le centre ouvert 7j/7 reçoit 20 à 60 appels par jour.

Ainsi, oiseaux marins, rapaces, corvidés, passereaux, petits et gros mammifères, sont nourris, soignés et réhabilités tout au long de l’année à Volée de piafs, grâce à une équipe entièrement bénévole !

Contrairement aux idées reçues, l’association est très peu subventionnée, à peine 15% de notre budget provient d’aides publiques. Notre principale source de financement est obtenue grâce aux dons et adhésions des particuliers. Malheureusement, malgré la générosité de nos donateurs, nous ne disposons pas de ressources suffisantes pour construire de nouveaux aménagements indispensables pour accueillir convenablement certains « pensionnaires ». C’est pourquoi nous lançons cet appel aux kisskissbankeurs !

Les accueils ne cessent d’augmenter et nos infrastructures sont toujours insuffisantes:

Nos volières à passereaux sont bien trop petites et surtout mal adaptées. Nous avons besoin d’une structure plus vaste et bien aménagée pour que la rééducation des oiseaux blessés et l’évolution des juvéniles se déroulent dans les meilleures conditions.

Nous ne disposons pas d’une salle de lavage pour les oiseaux, digne de ce nom. Or, nous recevons régulièrement des oiseaux dont le plumage est souillé par des hydrocarbures ou des huiles.

Notre projet est, tout d’abord, de construire une volière de 28 m² entièrement sécurisée de 3 m de hauteur. Le revêtement extérieur (côtés, sol et sommet) est prévu en grillage galvanisé maille 1,4 cm pour empêcher toute intrusion. Ce grillage sera doublé dans la partie intérieure de la volière d’un filet maille 1,4 cm tendu sur toute la surface afin que les oiseaux ne se blessent pas et n’abîment pas leur plumage sur le grillage.

Concernant la salle de lavage pour les oiseaux : nous recevons fréquemment des oiseaux dont le plumage est souillé par des hydrocarbures, des huiles et produits en tous genres. Or, nous manquons cruellement d’une structure adaptée pour les laver, à savoir une pièce chauffée supportant d’être inondée sans dommages. Cette salle doit être munie d’un double poste de lavage pour les petits et moyens oiseaux, ainsi qu’un autre pour les grands oiseaux.

Nous possédons ces postes de lavage, le chauffe-eau et une partie de la plomberie, mais pas ce qui va autour. Actuellement nous lavons les oiseaux dehors dans des bassines quand il fait chaud en été, mais l’hiver nous ne pouvons laver que les petites espèces dans un évier.

Articles pouvant vous intéresser