La COP 21 et l’océan

Après avoir regardé les forêts dans l’accord de la COP 21, regardons ce qu’il en est de l’océan. On sait tous et toutes que la Terre est souvent surnommée la « planète bleue », de par l’importance de l’océan, qui recouvre 71,1 % de sa surface.

On s’imagine bien que le réchauffement climatique a un impact sur l’océan, qu’il existe de toutes manières dans un certain rapport à l’océan. Bref, on ne peut pas contourner cette question.

Il en va pourtant tout autrement : l’accord de la COP 21 n’en parle pas. Il ne mentionne qu’une fois le mot, comme en passant :

« Notant qu’il importe de veiller à l’intégrité de tous les écosystèmes, y compris les océans, et à la protection de la biodiversité, reconnue par certaines cultures comme la Terre nourricière, et notant l’importance pour certaines de la notion de « justice climatique », dans l’action menée face aux changements climatiques »

On notera d’ailleurs, c’est une anecdote, mais elle est significative, que la version anglaise du document, qui sert de base, n’utilise pas l’expression de « Terre nourricière ». En anglais, il y a marqué « Mother Earth ».

L’expression « certaines cultures » désigne des cultures amérindiennes, qui comme on le sait, emploient cette expression, tant en Amérique du Nord que du Sud. Cette mauvaise traduction révèle bien la mentalité des personnes ayant traduit !

Pour en revenir à l’océan, il est transformé en « les océans » et n’est mentionné qu’en passant, en tant qu’écosystème.

Cela signifie que les océans sont précisément de la même manière que les forêts dont nous parlions hier. L’océan est découpé en zones ayant comme fonction, si l’on veut, de stocks, d’entrepôts, voire de réfrigérateurs.

Comme hier, demandons nous ce que cela a comme conséquence. Ne serait-ce pas idéaliste de voir l’océan comme un grand tout, comme un ensemble qu’on ne peut pas découper ?

Absolument pas, puisqu’on sait qu’il y a le processus d’acidification de l’océan. Citons ici un document, relativement clair et tout à fait institutionnel, puisqu’il est de l’Institut océanographique qui est une fondation montée par le prince de Monaco.

« La totalité du CO2 que nous produisons tous les jours ne reste pas dans l’atmosphère. Environ un quart du CO2 émis est absorbé par nos océans.

Sans les océans, la quantité de CO2 dans l’atmosphère, et donc le réchauffement, seraient encore plus importants. On a donc de la chance d’avoir des mers et des océans ! [sic!]

Les chercheurs ont longtemps pensé que cette absorption du CO2 serait sans conséquence importante pour les océans et pour les organismes qui y vivent.

Mais ils se sont rendu compte, il y a une quinzaine d’années, que la dissolution du CO2 dans l’eau de mer entraîne des changements chimiques : une diminution du pH (mesure de l’acidité d’un liquide) et de la quantité d’ions carbonates (CO3 2– ) qui sont l’une des briques nécessaires aux plantes et animaux marins pour fabriquer leurs squelettes, coquilles et autres structures calcaires.

Vous connaissez certainement déjà des aliments acides, par exemple le citron ou le vinaigre.

Il se trouve que le CO2 est un gaz acide. Il est présent dans toute boisson gazeuse ; les petites bulles dans le soda sont des bulles de CO2.

Lorsque le CO2 est absorbé dans l’eau de mer, il se dissout et provoque une acidification. Attention, cela ne va pas dire que les océans deviendront acides (nous allons toujours pouvoir nous baigner !) [sic!], mais la chimie des océans change un petit peu (on va vers une acidité plus importante).

L’acidité d’un liquide est déterminée par sa concentration en ions H+ (protons). Ce n’est pas très pratique de parler de la concentration en protons car les valeurs sont très faibles. Pour simplifier, on utilise l’échelle de pH, qui va de 0 à 14.

Plus le pH est faible, plus l’acidité du liquide est importante. On dit qu’un liquide à pH 7 est neutre, celui avec un pH inférieur à 7 acide, et celui avec un pH supérieur basique. C

ette échelle de mesure est un peu particulière, comme l’échelle de Richter utilisée pour mesurer les tremblements de terre : un liquide de pH 6 est 10 fois plus acide qu’un liquide de pH 7, 100 fois plus acide qu’un liquide de pH 8 et 1 000 fois plus acide qu’un liquide de pH 9 !

Pourquoi ce phénomène s’appelle-t-il l’acidification des océans ? puisque les océans ne deviendront jamais acides ? L’acidification fait référence à un processus : la diminution du pH (augmentation des ions H+ et de l’acidité).

Le mot « acidification » fait référence à l’abaissement du pH de n’importe quel point de départ vers tout point final sur l’échelle de pH. On peut comparer cette terminologie avec celle que l’on utilise pour la température : si la température de l’air passe de –20 °C à –10 °C, il fait toujours froid, mais nous parlons de « réchauffement ».

L’acidité des océans a augmenté de 30 % en 250 ans (baisse de pH de 8,2 à 8,1), soit depuis le début du développement industriel. Des simulations ont montré que, au rythme des émissions actuelles, l’acidité des eaux de surface de l’océan pourrait tripler d’ici la fin du siècle.

Cette absorption du CO2 se produit à une vitesse 100 fois plus rapide que ce qui s’est produit naturellement au cours des 300 derniers millions d’années ! Impacts sur les organismes marins

Lorsque le CO2 se dissout dans l’eau de mer, cela entraîne donc une augmentation de protons (ions H+ ) mais aussi la diminution de certaines molécules, les ions carbonates (CO3 2– ), nécessaires à de nombreux organismes marins pour fabriquer leur squelette ou coquille calcaire (coraux, moules, huîtres…).

Ces plantes et animaux auront donc de plus en plus mal à fabriquer ces structures calcaires. Leurs squelettes et coquilles sont aussi menacés de dissolution. En effet, au-dessus d’un certain seuil d’acidité, l’eau de mer devient corrosive vis-à-vis du calcaire, la matière dont les squelettes et coquilles sont fabriqués. »

L’impact sur les poissons est également significatif ; l’acidification de l’océan est la boîte de Pandore de l’écocide, en quelque sorte.

On peut donc voir que l’acidification de l’océan est dûe au réchauffement climatique et que la COP 21 n’en parle pas, pas plus que de l’océan d’ailleurs en général.

On peut être certain que, vu du futur, cela paraîtra comme totalement insensé !

Articles pouvant vous intéresser