La COP 21 et les énergies fossiles

Voici un thème qui, logiquement, devrait être bien plus facile à expliquer et bien moins « polémique » que d’autres thèmes, aux yeux de certains : les énergies fossiles.

Qu’est-ce qu’on entend par cette expression ? Voici la définition de wikipedia, bien synthétique :

« On appelle combustible fossile tous les combustibles riches en carbone — essentiellement des hydrocarbures — issus de la méthanisation d’êtres vivants morts et enfouis dans le sol depuis plusieurs millions d’années, jusqu’à parfois 650 millions d’années. Il s’agit du pétrole, du charbon, de la tourbe et du gaz naturel. »

Ce sont des énergies qui, comme on le sait, ont massivement été employées par l’humanité, tout au moins certains pays, ceux ayant connu la révolution industrielle, à part pour le nucléaire qui est plus tardif et ne produit pas directement de CO2 en tant que tel, ce qui est d’ailleurs le grand argument des industriels de ce secteur pour la valoriser.

Aujourd’hui encore, ce sont les énergies les plus communément utilisées : 35 % environ de l’énergie utilisée dans le monde provient du pétrole, 25 % du charbon, 20 % du gaz naturel. On les utilise d’ailleurs toujours davantage, comme le montre le graphique suivant.

Voici les projections pour le futur, avec différents scénarios.

Or, l’utilisation de ces énergies a joué et joue encore un rôle essentiel dans le changement climatique. Voici un graphique montrant comment le réchauffement climatique correspond directement à la révolution industrielle.

Enfin, voici un graphique montrant les émissions globales de carbone fossile par type de combustible, de 1800 à 2000, ce qu’il est toujours utile de connaître.

On peut donc s’attendre à ce que la COP 21 ait abordé de front cette question. Selon Nicolas Hulot, la COP 21 a été un succès sur ce plan là : « Le glas des énergies fossiles a été sonné » a-t-il expliqué.

C’est même une « révolution » qui est en cours selon lui :

« Le coup est parti. Vous allez voir qu’on est à l’aune d’une révolution. Mais est-ce qu’elle ira assez vite, parce que la fenêtre est très étroite et le temps est compté ? Seul l’avenir le dira. »

Thierry Lepercq, président de Solairedirect, développeur et exploitant de centrales photovoltaïques acquis par Engie récemment, a expliqué de la même manière à l’Usine nouvelle, une très importante revue du milieu industriel :

« On peine à trouver dans le texte d’accord mention des énergies renouvelables…

Le terme « énergie » ne figure pas dans le texte, le mot « carbone » à peine… On peut le regretter mais il y a un point qui me paraît en revanche très clair, c’est que l’arrêt de mort des énergies fossiles a été décrété. L’accord vise la neutralité carbone dans la seconde moitié du siècle.

Or, en l’état actuel des technologies, la neutralité carbone veut dire ne plus émettre de carbone, donc ne plus brûler d’énergies fossiles. C’est la première fois qu’on a un message stratégique radical porté par toute la communauté internationale.

Ce message qui annonce la fin des énergies fossiles, sera-t-il entendu ?

Il sera entendu par les financiers, les investisseurs. Quand ils investissent dans un projet de centrale électrique, c’est un investissement sur trente ou quarante ans. L’accord parle de la seconde moitié du siècle, mais ce n’est pas si lointain pour les investisseurs. Cette échéance concerne leurs investissements aujourd’hui à l’étude. Le message de la COP21 ne peut que les détourner des fossiles. »

Tout cela est très bien et très joli, mais ce sont là les propos d’un agent commercial, qui déduit que même si on ne parle pas de son produit, c’est d’autant plus une raison qu’il soit le meilleur.

Car on si regarde l’accord de la COP 21, tout est bien différent. Ce qui compte, au-delà des intentions finales, ce sont les moyens. Or, là, comme il est constaté dans l’interview cité, il n’est pas parlé des énergies fossiles dans l’accord de la COP 21.

N’est-ce pas, là aussi, totalement fou ?

Il serait très facile, pour des scientifiques sérieux, des humanistes, de dire : bon, puisque ces énergies fossiles contribuent en grande majorité au réchauffement climatique, il faut s’en passer le plus vite possible.

Mais comme les représentants de nos pays ne sont ni l’un ni l’autre, ils ne le disent pas. Ils ne peuvent pas le dire, car leur modèle économique s’appuie dessus fondamentalement, ils ne veulent pas le dire, quand il s’agit de pays comme l’Arabie Saoudite, le Qatar, le Venezuela, la Russie, etc.

On peut alors bien sûr faire des contorsions intellectuelles comme on veut et dire qu’on peut en déduire qu’il faut cesser d’utiliser des énergies fossiles, sans quoi la COP 21 ne rime à rien.

Mais selon nous, de manière cohérente, il faut plutôt dire que la COP 21 ne rime rien justement parce qu’elle n’affronte pas cette question essentielle de savoir comment cesser le plus rapidement possible l’utilisation des énergies fossiles.

Et pour cela, il faut une population consciente et assumant l’écologie, donc la reconnaissance de la Nature, une humanité unie sans divisions nationales… Il y a du travail !

Articles pouvant vous intéresser