« La vaste farce de la COP 21 »

Voici une intéressante lettre du courrier des lecteurs de Clicanoo, un journal de la Réunion. Elle synthétise bien ce que tout observateur un tant soit peu sérieux peut comprendre de la COP 21.

Mieux encore, elle doit inspirer: nombreuses sont les personnes ayant compris que la COP 21 avait failli. Que vont faire ces personnes? Vont-elles se replier sur elles-mêmes, ou se lancer dans la bataille pour la planète? Comment ont-elles saisi les enjeux?

Pour les gens sans conscience, la COP 21 a été un fait divers parmi d’autres. En réalité, son impact va être immense, tant positivement que négativement : le soulèvement pour la Nature est inévitable.

La vaste farce de la COP 21

Une très longue ovation a clôturé la fin de la comédie écolo de la COP 21 aboutissant à des obligations non contraignantes telles que :

– Tous les 5 ans,un mécanisme de contrôle du respect des engagements sur la réduction des émissions des gaz à effet de serre pris par les États s’effectuera en 2025 sur la base du volontariat. Les méchants contrôleurs seront… les États eux-mêmes !

– Un fonds de 100 milliards de dollars sera abondé par les pays riches,sur la base du volontariat pour aider les plus pauvres à réguler leurs émissions à partir de 2020 ! La Chine (la nation la plus riche et la plus polluante au monde) s’est exclue de ce dispositif ! Au vu des délais, autant dire que c’est renvoyé aux calendes grecques.

Pour rappel,10% des États parmi les plus riches sont responsables de 50% des émissions polluantes de la Terre.

– Les 195 États ont jusqu’à avril 2017 pour signer ce traité et,ensuite, devront le faire ratifier par leur parlement. Enfin,cerise sur le gâteau (c’est là qu’on s’aperçoit de la force des multinationales dans leur travail de lobbying), cet accord contraignant sur la base du volontariat (sic) ne s’appliquera que si au moins 55 États représentant 55% des émissions le ratifient.

Avant la Conférence, chaque État devait dire qu’elle serait sa contribution volontaire de réduction d’ici 2030 (pourquoi pas 2060 ou 2080 ?).

Mais aucune sanction n’est prévue. Sur proposition des USA (2e pollueur mondial), une mauvaise publicité serait faite à l’encontre du pays réticent à respecter ses pseudo-engagements pour qu’il ait honte !

C’est tellement ridicule qu’on se croirait dans une cour de récréation de maternelle et ce serait risible s’il n’y avait pas l’enjeu de la survie de l’espèce humaine.

Et dire que les USA sont capables de faire signer des accords commerciaux comportant de très fortes pénalités pour les États et de les faire juger par des tribunaux internationaux de coquins à leur solde.

En cas de signature du TAFTA (Europe/USA), si un État veut restreindre l’exploitation de gaz de schiste ou veut favoriser par des incitations fiscales le développement de l’énergie solaire, toute multinationale pollueuse pourra lui demander de très importants dommages et intérêts pour tout risque de diminution de profits possibles.

L’Union Européenne a adopté un double langage au cours de cette COP 21 : favorable dans le discours, mais très réticente en coulisses vis-à-vis de toute réglementation climatique qui pourrait entraver le libre-échange commercial entre blocs économiques signataires.

La montagne a encore accouché d’une souris,elle-même déjà mal barrée pour un renouvellement de la future espèce intelligente à l’instar de celle qui a vu notre émergence (suite à une très longue évolution des espèces) après l’extinction des dinosaures il y a 65 millions d’années.

Le citoyen pas si naïf

Articles pouvant vous intéresser