Michel Delpech : « Le chasseur »

Le chanteur Michel Delpech, qui vient de décéder, a écrit une chanson très intéressante sur la chasse, dans les années 1970 : « Le chasseur ».

Au-delà de la critique de la chasse, il y a un point de vue extrêmement utile, car les paroles tentent de reconstruire la psychologie du chasseur. Impossible de ne pas comprendre, en effet, que la chasse populaire consiste également en une tentative de se lier à la Nature.

L’approche est totalement erronée, mais on ne peut pas réussir à convaincre les gens d’arrêter la chasse si justement on ne propose pas quelque chose de positif dans le rapport à la Nature…

Il était cinq heures du matin
On avançait dans les marais
Couverts de brume
J’avais mon fusil dans les mains
Un passereau prenait au loin
De l’altitude
Les chiens pressés marchaient devant
Dans les roseaux

(Refrain)
Par dessus l’étang
Soudain j’ai vu
Passer les oies sauvages
Elles s’en allaient
Vers le midi
La Méditerranée

Un vol de perdreaux
Par dessus les champs
Montait dans les nuages
La foret chantait
Le soleil brillait
Au bout des marécages

Avec mon fusil dans les mains
Au fond de moi je me sentais
Un peu coupable
Alors je suis parti tout seul
J’ai emmené mon épagneul
En promenade
Je regardais
Le bleu du ciel
Et j’étais bien

(refrain)
Par dessus l’étang
Soudain j’ai vu
Passer les oies sauvages
Elles s’en allaient
Vers le midi
La Méditerranée

Un vol de perdreaux
Par dessus les champs
Montait dans les nuages
La foret chantait
Le soleil brillait
Au bout des marécages

Et tous ces oiseaux
Qui étaient si bien
Là-haut dans les nuages
J’aurais bien aimer les accompagner
Au bout de leur voyage
Oui tous ces oiseaux
Qui étaient si bien
Là-haut dans les nuages
J’aurais bien aimer les accompagner
Au bout de leur voyage

Articles pouvant vous intéresser