Pamela Anderson à l’assemblée nationale contre le gavage

Est-il possible de contourner ce qu’on appelle le peuple? La réponse, claire et franche, doit être non. Il faut dire non aux contorsions infinies que certains font, sous prétexte de bonnes intentions.

En l’occurrence, la viste de Pamela Anderson à l’assemblée nationale pour soutenir une loi contre le gavage est un scandale. Cela fait passer les personnes défendant les animaux pour des êtres adeptes d’une culture commerciale et superficielle que Pamela Anderson représente.

Cela ridiculise la cause, pour le plaisir du “show”, avec même les gendarmes intervenant pour repousser photographes et cameramen. Tout pour la galerie, voilà le sens de cette initiative, car bien sûr la proposition de loi a été balayée, unanimement rejetée par tous les partis politiques. Ce n’est pas Pamela Anderson qui va être la grande dirigeante de la révolution culturelle balayant l’infâme idéologie du terroir…

Voici le texte de la proposition de loi, qui est parfaitement ridicule et n’a comme seul but que la provocation :

Proposition de loi
Article unique

L’article L. 654-27-1 du code rural et de la pêche maritime est ainsi rédigé :

« Le gavage des palmipèdes pour la production de foie gras est interdit.

La seule fonction de cela est la provocation et cela n’a pas raté. Tous les partis politiques se sont précipités pour défendre le foie gras.

Le député Les Républicains Jean-Louis Costes a dit que l’interdiction du gavage était une pure folie, mais surtout il y a eu pas moins qu’un courrier commun aux députés de la part des présidents des groupes PS, PRG, Front de gauche, UDI et LR, ainsi que l’ancien président du groupe écologiste François de Rugy, afin de défendre le gavage!

Hugues Fourage, porte-parole du groupe PS, s’est permis au passage un jeu de mot sur le gavage :

“La venue de Mme Anderson, ça me gave et ça me gonfle.”

Évidemment, Marie-Pierre Pé, déléguée du Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cofig), a affirmé son “indignation dans le moment que nous vivons”.

CPNT (Chasse, pêche, nature et traditions) a aussi fourni un texte assez révélateur…

Pamela Anderson vient à l’Assemblée nationale soutenir la proposition de loi de la députée écologiste Laurence Abeille qui ne veut plus du gavage des oies et des canards.

Pas de doute, Labeille préfère les dindes gonflées au silicone aux bonnes oies gavées au maïs des Landes, du Périgord, de Vendée ou d’Alsace…

Décidément, à CPNT nous n’avons pas les mêmes valeurs ! Nous préférons le naturel, l’authenticité et le bon goût des savoirs faire du terroir au mauvais goût des écologistes pour le factice bourré de plastique et leur appétence pour les interdits.

Plus que jamais, le Mouvement de la ruralité soutient les hommes et les femmes de la filière du foie gras, fleuron de l’économie de nombreux territoires ruraux, qui n’ont vraiment pas de leçon à recevoir d’une starlette siliconée…

Et on notera au passage que le texte justifiant la proposition de loi, faite par la député EELV Laurence Abeille ne dénonce pas le foie gras, seulement le gavage! On pourrait produire du foie gras sans gavage, et éventuellement profiter si l’on veut des variantes végétales…

Lors d’une conférence de presse, j’ai présenté une proposition de loi visant à interdire le gavage des palmipèdes pour la production de foie gras, avec le soutien de la Fondation Brigitte Bardot et la présence de Pamela Anderson, Delphine Wespiser, Paul Watson et Henry-Jean Servat.

Le texte de la proposition de loi :

En décembre 2015, un nouveau rapport scientifique visant à évaluer les conséquences de la production de foie gras sur le bien-être des canards a été présenté. Ce rapport, réalisé à la demande de l’association belge GAIA par la prestigieuse université de Cambridge (Royaume-Uni), a été co-écrit par le Docteur en biologie Irene Rochlitz et mené par le Professeur Donald M. Broom, autorité scientifique de notoriété mondiale en matière de bien-être animal.

Les résultats de ce rapport sont sans équivoque, la pratique du gavage est fortement préjudiciable au bien-être des canards. Il rejoint ainsi les conclusions du rapport du comité scientifique de la Commission européenne publié en 1998 : « le gavage, tel qu’il est pratiqué aujourd’hui, est préjudiciable au bien-être des oiseaux ».

D’après la directive 98/58/CE du Conseil du 20 juillet 1998 (Art. 14) concernant la protection des animaux dans les élevages : « Aucun animal n’est alimenté ou abreuvé de telle sorte qu’il en résulte des souffrances ou des dommages inutiles et sa nourriture ou sa ration de liquide ne doit contenir aucune substance susceptible de lui causer des souffrances ou des dommages inutiles. »

Pour la production de foie gras, les oiseaux sont forcés deux fois par jour d’avaler une bouillie de maïs projetée par une pompe pneumatique jusqu’à l’apparition d’un état pathologique du foie : la stéatose hépatique. Pour ce faire, le gaveur saisit le cou de l’animal et y introduit un long tube métallique jusqu’à l’œsophage. A la fin de la période de gavage, le foie des animaux a atteint un volume dix fois supérieur au volume normal.

Les canards peinent à se déplacer et halètent pour réguler leur température corporelle. On remarque aussi très souvent chez les oiseaux des lésions au cou, des inflammations et des infections. Sur les 12 jours qui marquent la période de gavage, le taux de mortalité des oiseaux est de 10 à 20 fois plus élevé que dans des élevages de canards de chair. En outre, la production de foie gras entraîne l’élimination (par broyage ou gazage) de millions d’individus femelles dont le foie, trop veineux, est inapte à la consommation en tant que foie gras.

Douze pays de l’Union européenne interdisent formellement le gavage ou interprètent les lois de protection animale comme condamnant de facto cette pratique. Seuls 5 pays de l’UE produisent du foie gras (France, Espagne, Bulgarie, Hongrie, Belgique). Le gavage est également interdit en Israël, Suisse, Norvège, Argentine, Turquie ainsi que dans l’Etat de Californie aux Etats-Unis.

Dans un sondage IFOP pour la Fondation Brigitte Bardot de janvier 2016 [1], à la question « pour produire du foie gras, sachant qu’il existe des alternatives, seriez-vous favorable à l’interdiction du gavage ? », 70% des Français répondent oui. L’interdiction du gavage est donc largement partagée par nos concitoyens, et encore davantage chez les plus jeunes (76% chez les moins de 35 ans).

Il est possible de produire du foie gras sans recourir au gavage des palmipèdes, en ajoutant des ingrédients au foie sain, après l’abattage. Cette méthode de production a au moins le mérite d’éviter la pratique très controversée du gavage. Il existe aussi de nombreuses alternatives végétales garanties sans souffrance animale.

Aussi, cette proposition de loi vise à interdire le gavage des palmipèdes (canards, oies) pour la production de foie gras.

[1] L’enquête menée auprès d’un échantillon de 1 006 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 4 au 7 janvier 2016.

Tout cela n’a aucun sens, si ce n’est de remplir l’actualité de vagues propositions à prétention morale, hors contexte, hors culture, en dehors de la vie quotidienne des gens. Croit-on vraiment aider les animaux avec ce genre de choses?

Articles pouvant vous intéresser