Le scandale des recettes « pompettes » et de l’état « pitoyable » de Stéphane Berne

Nous sommes quatre jours après la mise sur Youtube de la version française de l’émission canadienne « Recettes pompettes » et la vidéo de « Monsieur Poulpe » et Stéphane Berne cuisinant en buvant de l’alcool a déjà 900 000 vues.

C’est un éloge de l’alcool dans tout ce qu’il y a de plus sordide, avec ce côté « psychanalytique » : alcoolisé, on se lâcherait, on révélerait sa personnalité profonde, etc.

C’est un scandale sur toute la ligne et devant ce mélange terroir – éloge de la biture, l’Etat a capitulé : le ministère a demandé que l’émission ne se tienne pas, mais s’est arrêté là, et pour cause, devant le libéralisme et la décadence, il faut bien céder le pas, il ne faut pas avoir l’air de jouer les pères la vertu ou les moralisateurs…

Pourtant, c’est ce qu’il faudrait : de la morale, de la vertu, des gens qui disent non et surtout qui refusent dans les faits. La France est un pays de gens qui se contentent de ne pas être d’accord, sans suivre dans la pratique.

Faut-il être révulsé par cela ou bien accepter cet esprit de fausse rébellion comme le font par exemple les associations welfaristes qui relativisent le véganisme?

Il faut dire non et il faut accuser, dénoncer. Stéphane Berne, connu pour son hold up sur la culture française réduite à un sensationnalisme et un culte de l’anecdote digne d’un magazine de paparazzis, a ici participé et donné sa « crédibilité » à un projet ignoble : celui faisant de l’alcool un « révélateur », un moyen de forger une amitié.

Bizarrement, sur certains médias comme dans VSD on lit que Berne prétend ne pas avoir réellement bu d’alcool lors de l’émission :

« Le jeu, c’est de faire croire qu’on boit, mais on ne boit pas » a-t-il expliqué, avant de conclure qu’il « n’était pas ivre ».

Mais dans d’autres par contre, comme Closer, il dit le contraire, de manière formelle :

« Je ne bois jamais d’alcool, le maximum à un dîner, c’est un verre de vin rouge, donc j’ai fini dans un état pitoyable. »

Pire encore, et là c’est une honte, voici ce qu’a dit Monsieur Poulpe à ce sujet :

Monsieur Poulpe a tenu à saluer le courage de la vedette de France 2 d’avoir tenté une telle expérience les yeux fermés : « Il n’a pas été difficile à convaincre. Au contraire. C’est notre parrain royal. Je l’ai trouvé hyper courageux et généreux de venir. Il l’a fait mais il n’avait pas bu d’alcool depuis 20 ans. Il était hyper content de le faire. Il a dit que c’était super. »

Il serait intéressant d’avoir l’avis de quelqu’un comme Renaud à ce sujet. Car se montrer heureux qu’une personne ne buvant pas d’alcool « reprenne » cela et trouve ça bien, c’est un appel d’air qui résonne terriblement pour les gens ayant été dépendants.

L’association nationale de prévention en alcoologie et addictologie a tout à fait raison de dire à ce sujet :

“Par sa diffusion large sur YouTube, ‘Recettes pompettes’ sape les efforts de prévention et brouille tous les messages envers les personnes ayant une consommation déjà problématique.”

C’est parfaitement dit. A cela s’ajoute la terrible indifférence libérale qui profite de cet appel d’air, et qui est résumée par ce commentaire sur la page de l’article de Closer  :

« C’est la responsabilité de chacun de boire ou pas. C’est plutôt bon enfant et Marrant après si il y a des alcooliques c’est leur problème perso. »

C’est là exactement ce que nous refusons, au nom du bien et du mal, et où nous disons : boire de l’alcool, c’est mal ! Il faut être bienveillant avec tous et combattre l’alcool !

Quant au point de vue de Stéphane Berne – son vrai point de vue -, il a le mérite d’avoir été très clair au final.

Depuis son compte twitter (où il retweete même L214), il a lancé avec provocation une sorte de « fuck » à association nationale de prévention en alcoologie et addictologie et au ministère de la santé!

Se moquer du ministère de la santé et de l’association nationale de prévention en alcoologie et addictologie, quelle rébellion ! Et au nom de quoi ? Du libéralisme et du terroir…

Articles pouvant vous intéresser