La mort dramatique du chien « AK 47 » à la Courneuve cet été

C’était il y a un mois précisément, alors désormais on peut en parler en espérant que les esprits sont reposés, car la vague d’irrationalisme développée à l’occasion de ce drame a été vraiment très profond.

Nous sommes, donc, le Mercredi 24 juillet, à la Courneuve, en banlieue parisienne, plus précisément en Seine-Saint-Denis. Pas n’importe où non plus, puisque cela s’est passé à la cité des 4000, lors d’une opération de police.

On imagine donc le scénario : des policiers à la fois stressés (ce qu’on comprend) et avec un esprit méprisant pour le peuple (ce qu’on ne comprend pas) font face à des banlieusards énervés en raison de leur situation (ce qu’on comprend) et s’appuyant sur une démarche liée à l’esprit mafieux (ce qu’on ne comprend pas).

Au milieu, un chien, de type American Staffordshire Terrier qui est un « chien d’attaque », du nom de « Ak 47 ». Donner un nom d’arme de guerre à un chien de type molosse en dit long sur la mauvaise mentalité de son « maître ».

La scène a été la suivante : les policiers débarquent dans la cité des 4000, cherchant à interpeller deux suspects dans le cadre d’un trafic de drogue. L’un deux a avec lui le chien en question, non muselé mais attaché.

S’ensuit un moment où l’on comprend difficilement ce qui se passe, mais qui a été filmé. La personne « maître » du chien se comporte de manière véhémente avec la police, mais en même temps elle est à la fois sourde et muette.

On pourra légitimement se demander comment une personne sourde et muette peut appeler et gérer un chien de combat, mais donc la situation s’envenime. Voici alors ce qui se passe, raconté par Le Parisien.

Le chien attaque une première fois les fonctionnaires rue Beaufils. Il est repoussé par des tirs de flash-ball et prend la fuite.

Le chien revient place Georges-Braque, à 400 m de là, et s’en prend encore aux policiers, mordant l’un d’eux à la chaussure gauche. « Les fonctionnaires le mettent en fuite en utilisant leur armement », poursuit le préfet. Le taser a notamment été employé.

Ce n’est pas terminé. Le molosse traverse l’avenue du Général-Leclerc jusqu’au centre commercial de la Tour « et rejoint un individu qui l’appelle pour le faire venir en direction du mail de Fontenay ». Les policiers arrêtent cet homme.

C’est alors que le chien « tente de nouveau de les attaquer ». Cette fois, les tirs sont à balles réelles et l’animal meurt près du centre commercial. La mort du chien a été filmée de loin.

Cette vidéo filmée de loin a alors été vue un million de fois en trois jours, assortie de commentaires comme quoi le chien était encore attaché, ce qui ne semble pas le cas.

Une « marche blanche » devait être même faite, avant son interdiction, par des gens de la cité, d’autres liés à la protection animale. Les propos de cette marche sont teintés de paranoïa sur le dos des animaux, comme on peut le voir :

Marche Blanche en Hommage à AK47 abattu par la Police, dimanche, 31. juillet 2016, La Courneuve cité des 4000
Cette marche est organisée pour rendre hommage à AK47 le chien de Souleymane abattu sauvagement par les Forces de Police à la cité des 4000 à la Courneuve , cette marche vise à sensibiliser le peuple sur la difficulté pour nous propriétaires de molossoides d’affronter quotidiennement les délits de sale geule à l encontre de nos AMOURS, mais également contre les violences policières bien trop passées sous silence, cette marche doit se faire dans l’amour et la paix, nos molosses sont bien évidemment les bienvenus EN LAISSE et MUSELES obligatoire ,POUR LES CHIENS CATEGORISES LE PERMIS DE DETENTION SERA OBLIGATOIRE EN POCHE ,POUR LE BIEN DE TOUS SI VOS LOULOUS NE SONT PAS EN REGLE LAISSEZ LES A LA MAISON ne tendons pas le baton pour nous faire taper, et pour le bien de nos amis les chiens;

Parler de vouloir le « bien de nos amis les chiens », tout en expliquant en même temps que ce n’est pas la peine éventuellement d’avoir leurs papiers en règle, c’est aussi ridicule que les nombreux commentaires ayant expliqué sur internet que les molosses ne sont pas plus dangereux que les autres chiens.

Autant on peut ne pas apprécier une police au service des riches, autant on peut ne pas avoir à défendre une idéologie de type « lumpen » cherchant à légitimer l’utilisation de molosses comme armes.

Fin juillet, une mère a par exemple « lâché » un chien d’attaque sur la police à Tourcoing pour empêcher le contrôle de son fils par la police. Le chien ayant attaqué les policiers, on devine son sort : il sera mis à mort.

Une autre vague de paranoïa s’est également produite après. Lors de la procédure judiciaire qui a suivi, il y a eu la remise à une association de la seconde chienne du « maître » du chien tué, du même type d’ailleurs. Une vague de protestations délirantes s’est levée comme quoi elle allait être « euthanasiée », avec évidemment tels ou tels propos sur la police, etc.

Cependant, une autre version existe : celle d’un gigantesque malentendu. La personne ayant le chien n’aurait rien à voir avec le trafic de drogues et la police n’aurait rien compris. Le chien aurait cherché à le protéger dans une situation de stress et la police aurait été brutale avec le chien dès le départ.

C’est par exemple, le point de vue d’une page facebook de soutien.

Mais quel est le problème de fond ? Que personne ne le croira, même si c’était vrai. Les chiens d’attaque sont utilisés par les mafieux et leur mise en avant relève d’une imagerie macho-combattive bien connue.
Et dans tous les cas, on ne peut pas dire que dans les cités, ce soit la culture vegan straight edge qui domine, bien au contraire.

Alors, quand on aime les animaux – et dans les cités, populaires par définition, on aime d’autant plus les animaux – il faut assumer : il ne faut pas les mettre en danger, il faut cesser de célébrer le béton et la violence gratuite pour passer dans le camp de l’universalisme et de la révolution, il faut rejeter toutes les drogues et l’alcool au profit d’une vie naturelle.

La mort du chien « AK 47 » n’est ainsi nullement une tragédie due à une police jouant aux cow-boys et des banlieusards devenant racailles : c’est un drame social prouvant qu’il faut une remise à plat et un redémarrage sur des valeurs positives.

Voici pour conclure, une vidéo de quelqu’un exprimant ses réflexions au sujet de cette affaire. Quoi qu’on pense de son évaluation de la situation, de tel ou tel point, il exprime ce que chacun aura au coeur : « un chien fait partie de la famille ».

Articles pouvant vous intéresser