Nicolas Sarkozy relance le climato-scepticisme

Au moment de la COP 21, il y a eu une vague de gloriole institutionnelle d’un côté, un grand scepticisme de l’autre. Or, il fallait critiquer cette mascarade de bout en bout.

Car qui n’avance pas recule et forcément, si le réchauffement climatique n’est pas combattu à l’échelle mondiale, on connaît un recul vers le nationalisme égoïste.

C’est Nicolas Sarkozy qui s’est chargé de lancer le processus en ce sens. Il a expliqué hier, lors d’une visite devant des chefs d’entreprises à l’Institut de l’entreprise, que le réchauffement climatique n’était pas réellement lié à l’activité humaine, et qu’il y avait une autre préoccupation plus importante.

Voici ses propos, officiels car confirmés, relatés par Le Figaro.

«On a fait une conférence sur le climat. On parle beaucoup de dérèglement climatique, c’est très intéressant mais ça fait 4,5 milliards d’années que le climat change. L’homme n’est pas le seul responsable de ce changement», a estimé Nicolas Sarkozy, selon des propos rapportés à l’AFP par son directeur de campagne, Gérald Darmanin.

L’ancien président a poursuivi: «Je préférerais qu’on parle d’un sujet plus important: le choc démographique. La France doit porter une conférence sur la démographie. Jamais la terre n’a connu un choc démographique tel qu’elle va le connaître, puisque nous serons onze milliards dans quelques années. Là, l’homme en est directement responsable. Et personne n’en parle», a-t-il encore regretté, sans pour autant formuler de mesure concrète sur le sujet.

C’est une approche classique. Il est tout à fait juste de dire que l’explosion démographique est un problème. La planète ne peut pas soutenir l’existence d’une humanité aussi nombreuse et aussi destructrice.

Cela ne veut pas dire que la vie ne doit pas se développer : au contraire, les fusées spatiales pourront élargir le terrain de la vie…
Mais ce n’est pas l’approche universaliste de Sarkozy, qui raisonne en termes au contraire totalement étroits, d’esprit nationaliste.
D’ailleurs, cela n’a rien de nouveau chez Sarkozy. Ce qui est grave, c’est l’impact de ces propos en pleine rentrée politique, alors qu’il est l’un des favoris pour la présidentielle.

Voici une très bonne compilation des propos délirants de Sarkozy et de ses amis, datant d’avril 2016. Cela vaut le coup et on en rirait si ce n’était pas, au-delà du pathétique, totalement terrifiant.


L’écologie selon Sarkozy – Le Petit Journal du… par CANALPLUS

Cette dynamique « climato-sceptique » lancée par Nicolas Sarkozy est extrêmement grave. L’impact est dévastateur, dans la mesure où cela va être la ligne de toute une droite « décomplexée ».

Elle a bien été aidée en cela par une « gauche » qui a fait de l’écologie un simple vecteur de modernisation et de boboisation.

Il ne faut pas laisser la « gauche » torpiller la nécessaire défense de la planète, il ne faut pas vouloir un retour en arrière à la zadiste, il faut combattre les projets fondés sur le profit qui défigurent la vie sur Terre.

L’enjeu essentiel, en ce début de 21e siècle, est la bataille pour que l’humanité reconnaisse qu’elle est une partie seulement de la Nature, une composante seulement et qui doit donc reconnaître le principe « la Terre d’abord ! », défendant toute forme de vie de manière toujours meilleure !

Articles pouvant vous intéresser