Jean-Luc Mélenchon pour la légalisation du cannabis

Le programme présidentiel de Jean-Luc Mélenchon est censé être encore en débat, mais on sait déjà qu’il y aura la légalisation du cannabis.

C’est une information qu’on ne trouve pour l’instant qu’à un seul endroit, dans un article du quotidien Le Monde intitulé Nouvelle Constitution, sortie du nucléaire, UE : ce que contient le programme de Mélenchon.

Parmi la liste des points du programme, on a ça :

La légalisation du cannabis et le droit à la procréation médicalement assistée pour toutes les femmes (mais refus de la gestation pour autrui) complètent l’ensemble.

Il n’est pas étonnant que les deux mesures soient mises en avant sur le même plan, puisqu’il s’agit de la même démarche sociétale. De la même manière qu’une femme a le droit de « faire un enfant toute seule », un individu aurait le droit de fumer « s’il le veut ».

C’est tout à fait conforme à l’idéologie libérale-libertaire qui gangrène toute la société.

Le fait que cela soit dans le programme de Jean-Luc Mélenchon peut étonner, puisque celui-ci se veut anti-libéral. Mais en France, la gauche est sociale en économie et libérale en termes sociaux, et la droite est libérale en économie et conservatrice en termes sociaux.

Dans les deux cas, rien à voir avec l’utopie nécessaire.

En ce qui concerne Jean-Luc Mélenchon, sa position n’est pas tout à fait une nouveauté. En avril 2016, il avait écrit sur son blog un article intitulé « La loi du pétard contre celle des flingues » où il définissait sa position.

On y retrouvait déjà la ligne actuelle : pour être contre le cannabis, il faudrait le légaliser ! Voici les principaux passages de son article.

« Coïncidence : le jour de mon arrivée au Québec, le gouvernement canadien annonçait son intention de légaliser la consommation du cannabis à partir de 2017.

Une bonne occasion pour moi de m’intéresser de nouveau à ce sujet. Il revient régulièrement dans le débat en France. Et L’ONU vient de conclure à la défaite de la lutte par la prohibition.

La légalisation du cannabis est une promesse de campagne de Justin Trudeau, le chef du gouvernement de droite canadien. La légalisation, cela signifie l’autorisation. Ce n’est pas la seule dépénalisation qui tolère ou limite les sanctions à de petites amendes.

C’est donc bien un changement radical dans la manière d’aborder la question. Qu’on en juge. L’annonce n’a pas été faite par le ministre de l’Intérieur ou de la Justice. Mais par la ministre de la Santé.

C’est déjà tout un symbole dans l’ambition affichée. Et elle n’a pas fait cette annonce n’importe où. Elle l’a faite à la tribune de l’ONU. (…)

Le premier point que je retiens, c’est la volonté d’aborder la question du cannabis en partant des enjeux de santé publique. En 2012, j’avais déjà donné mon point de vue.

Je soutenais que le cannabis devait être appréhendé dans le cadre plus global de la lutte contre les addictions et en intégrant le taux très élevé de recours aux anxiolytiques et antidépresseurs dans notre pays. Les choses doivent être dites clairement.

Fumer du cannabis n’est pas souhaitable du point de vue de la santé. En annonçant la légalisation de la consommation de cannabis, la ministre n’a pas appelé à en fumer. Bien au contraire.

Elle a déclaré « nous allons introduire une législation pour empêcher la marijuana de tomber entre les mains des enfants, et les profits de tomber entre les mains des criminels. (…) Nous sommes convaincus qu’il s’agit de la meilleure façon pour protéger nos jeunes tout en renforçant la sécurité publique. » Donc la légalisation annoncée est loin d’être totale. (…)

Le deuxième argument de la ministre canadienne est que la légalisation va « renforcer la sécurité publique ». Comment ? C’est le point essentiel à mes yeux. En tarissant les trafics. (…)

Au Canada, environ 100 000 infractions en lien avec le cannabis sont recensées chaque année. Mais dans les deux tiers des cas, il s’agit seulement d’interpellations de personnes en possession d’une petite dose de cannabis.

On peut en dire autant chez nous en France ! Les forces de police sont-elles plus utiles à courir après un fumeur de joint où à démanteler des réseaux mafieux ?

Légaliser non seulement la consommation mais aussi la vente permettrait de « couper l’herbe sous le pied des trafiquants », comme le disent de nombreux spécialistes de sécurité publique.

Et l’argent public est-il mieux dépensé en patrouilles pour saisir quelques grammes de shit ou dans des campagnes de prévention et d’accompagnement de ceux qui veulent sortir de la consommation ?

Et au retournement rééducatif des trafiquants repentis qu’il faut organiser pour que l’assèchement du trafic puisse assécher toute la chaîne des agissements que la prohibition rend rentable ! »

Lorsqu’en décembre, la légalisation du cannabis sera officielle dans le programme de Jean-Luc Mélenchon, on comprendra alors qu’il ne s’agit pas d’une revendication issue de débats au sein de la gauche, mais des exigences du libéralisme libertaire…

Le passage en force du cannabis dans la société française révèle bien des choses sur le plan des valeurs !

Articles pouvant vous intéresser