Poésie en prose au camp militaire du Larzac

Quand on pense au Larzac, on pense à la lutte contre l’agrandissement du camp militaire du Larzac, qui devait passer de 3 000 à 17 000 hectares…

Pratiquement cent mille personnes se rendirent sur place, au fur et à mesure d’une lutte qui s’étala de 1971 à 1981…

Les temps ont changé et il y a un net recul de la conscience de l’engagement comme ayant une dimension universelle. On réduit son combat à soi-même…

Par exemple, en Suisse, un jeune végan a fait un procès… car il voulait faire l’armée tout en restant végan. S’il y a une guerre ou une révolution à réprimer, ses meurtres en tant que soldat seront-ils végan pour autant ?

Cette déconnexion d’une vision du monde un tant soit peu général est terrible. Il faut dire également que tout est fait pour liquider le patrimoine de lutte.

C’est le cas au Larzac, où le camp militaire transforme son existence… en mode « écologiste ». Le Figaro titre l’information de la manière suivante :

Légion : la «13» installe sur le Larzac le premier camp militaire «vert»

« Vert » ? La 13e demi-brigade de Légion étrangère n’est naturellement pas devenue une unité végan organisant un maquis.

Initialement basée à Abu Dhabi, elle déménage au Larzac.

On peut penser qu’elle ne changera pas pour autant son chant intitulé « sous le soleil brûlant d’Afrique », ni ses paroles (Sous le soleil brûlant d’Afrique Cochinchine, Madagascar Une phalange magnifique A fait flotter nos étendards etc.).

Elle se contentera de profiter de l’agriculture biologique en circuit court de la région, s’approvisionnant chez les producteurs locaux, des fermes traditionnelles seront préservées, etc.

Tout le patrimoine historique de lutte anti-militariste est vendu par les petits producteurs locaux, afin de satisfaire leur commerce…

L’armée est très satisfaite, allant jusqu’au lyrisme :

De la poussière d’Abu Dhabi aux plaines verdoyantes du Larzac

Les propos suivants de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, sont impressionnants également dans leur genre :

« Les relations entre le Larzac et l’institution militaire ont été particulières.

Au vu de cette histoire, l’installation pérenne d’un régiment ne semblait pas aller de soi, mais cette rencontre entre un territoire unique par son patrimoine et ses engagements, et une unité qui l’est tout autant, est riche de sens et devrait offrir une alchimie magique. »

C’est beau. Il faut croire d’ailleurs que les propos délirants tiennent au lieu, car voici ce qu’a expliqué Alain Fauconnier, président du Parc naturel régional des Grands Causses.

«Cette installation qui paraissait impossible est devenue possible grâce à la volonté manifestée localement et au plus haut niveau de l’État de réconcilier ce territoire, ses habitants et l’armée.

Des hommes et des femmes se sont battus, il y a quarante ans, pour défendre un modèle de développement rural et agricole qui a démontré sa pertinence.

Aujourd’hui, ce modèle n’est en rien remis en cause, bien au contraire.»

Finalement, ce n’est pas si étonnant : le culte du terroir est réactionnaire et peut très bien s’allier à des choses réactionnaires comme l’armée française.

Le masque « alternatif » ne va jamais bien loin et on le voit bien chez les zadistes dont le contenu écologiste, ou même engagé, se résume à « Il faut cultiver son jardin » du Candide de Voltaire…

Articles pouvant vous intéresser