« Les Américains en auront bien besoin »

Voici la carte des Etats-Unis, avec la situation juridique du cannabis dans les différents Etats.

En vert foncé sont indiqués les Etats où le cannabis était déjà légalisé, en vert clair où le cannabis vient d’être légalisé.

En vert sont indiqués les Etats où le cannabis médical est accepté, en gris là où le cannabis est intérieurement interdit. En rouge est indiqué l’Etat où le cannabis n’a pas été légalisé lors du référendum ayant eu lieu en même temps que les élections présidentielles.

Voici également la réaction surréaliste (et illégale) d’Esther Benbassa, grande partisane de tout ce qui est libéral-libertaire.

L’idée d’Esther Benbassa est très simple : le cannabis serait de gauche et cool, le refus du cannabis forcément un conservatisme.

D’où l’exemple de la Californie, bastion du libéralisme libertaire (avec l’industrie de la pornographie notamment).

Regardons les résultats électoraux pour voir si elle dit vrai.

Les quatre Etats ayant légalisé le cannabis sont la Californie, le Massachusetts, le Maine et le Nevada ; celui qui a refusé est l’Arizona.

Quels ont été les résultats dans ces Etats ?

Dans deux Etats, Clinton était largement devant : 61,5 % en Californie, 60,8 % dans le Massachusetts.

Quand on voit cela, la thèse d’Esther Benbassa pourrait apparaître comme correcte.

Mais dans le Maine, Clinton a eu 47,9 % et Trump 45,1.  Dans le Nevada, leurs résultats ont été respectivement de 47,9 % et 45,5 %.

Cela signifie qu’une partie des gens ayant voté Trump ont voté pour la légalisation du cannabis. En Alaska, le cannabis était déjà légalisé, Trump a pourtant gagné.

Dans la tradition de décentralisation libérale, Trump a d’ailleurs expliqué que chaque Etat devait avoir sa position sur le cannabis, que cela ne regardait pas l’Etat central.

Mais est-ce qu’Esther Benbassa n’a pas raison, au fond, d’une certaine manière ? Justement oui, mais pas dans le sens qu’elle pense.

L’Arizona a refusé le cannabis le même jour que les élections présidentielles, et justement là-bas Trump a fait 49,6 %, Clinton 45,3 %.

Ce qui fait qu’on peut renverser la proposition : les gens opposés au cannabis tombent dans les bras de la droite, alors qu’ils ne sont eux-mêmes pas forcément de droite.

La même chose va arriver en France, car seuls Juppé, Le Maire, Sarkozy, etc. c’est-à-dire la droite conservatrice s’oppose au Cannabis, alors que Mélenchon, Macron, Hollande etc. y sont favorables.

Cela ne veut pas dire que la droite conservatrice soit sincère, mais elle joue sur le thème afin de se présenter comme porteur d’une certaine morale, de certaines valeurs.

Il n’est pas bien difficile de voir que tout le succès de Marine Le Pen provient également de là…

La gauche n’a pas de contenus, seulement une tolérance finalement libérale-libertaire, la droite a des valeurs pourries mais, au moins, des valeurs, tout au moins c’est ainsi que les gens raisonnent.

Esther Benbassa a donc tort : le cannabis est tout à fait soluble dans le capitalisme, et la conception comme quoi le cannabis serait un progrès ne fait que servir à renforcer les conservateurs, qui ont beau jeu de dénoncer une décadence à laquelle eux-même participent…

Concluons sur un exemple de cela : on sait que la présidente du Conseil régional d’Ile-de-France Valérie Pécresse est farouchement anti-cannabis. Elle a même voulu que les lycéens fassent des tests de dépistage.

Or, son fils a été arrêté avec du cannabis en septembre…

La droite conservatrice joue à avoir des valeurs, mais n’en a pas. La lutte contre le cannabis ne peut avoir comme base que la lutte pour une vie naturelle, collective, tournée vers un esprit positif !

Articles pouvant vous intéresser