Hubert-Félix Thiéfaine : « La fille du coupeur de joints »

« La fille du coupeur de joints » est la chanson qui en France a joué un rôle immense dans la valorisation du cannabis. Hubert-Félix Thiéfaine chantait alors une folk poétique délirante plutôt sombre, alternée de chansons décalées.

« La fille du coupeur de joints » appartient à ce dernier type, sur l’album « Tout corps vivant branché sur le secteur étant appelé à s’émouvoir » de 1978.

Or, Hubert Felix Thiefaine n’était pas alors une figure commerciale comme aujourd’hui ; il restait entièrement à l’écart des circuits officiels, tout en ayant un succès très puissant dans la jeunesse « alternative ».

La conséquence en a été une influence massive et mauvaise sur celle-ci. Loin des grandes poses inacessibles  du dandy tourmenté fricotant avec le suicide et les drogues dures, « La fille du coupeur de joints » synthétise par son texte et son approche musicale la figure du gentil je m’en foutiste pseudo-alternatif.

Wikipedia présente la chanson ainsi :

L’une de ses chansons les plus connues, La Fille du coupeur de joints, figurant sur son premier album, traite, sous un aspect enjoué, de l’amour et de la consommation de cannabis. L’imagerie des « consommateurs de substances psychotropes » est un des thèmes récurrents de son œuvre, notamment dans Solexine et Ganja, Exil sur la planète fantôme, Narcisse 81, Cabaret Sainte-Lilith…

Public Ados la présente ainsi :

En 1978, Hubert Félix Thiéfaine en finit avec les maquettes : il sort « Tout corps vivant branché sur le secteur étant appelé à s’émouvoir… ». Ce n’est pas le titre d’une chanson, mais celui de son premier album. Le disque, comme le titre, est difficilement abordable. Mais « La fille du coupeur de joints » qui aborde, de manière légère et festive, la consommation de cannabis, se fait une place sur les ondes.

En voici les paroles.

Elle descendait de la montagne
Sur un chariot chargé de paille
Sur un chariot chargé de foin

La fille du coupeur de joints
La fille du coupeur de joints

Elle descendait de la montagne
En chantant une chanson paillarde
Une chanson de collégien

Et nous, on était cinq chômeurs
A s’lamenter sur notre malheur
En se disant qu’on se taperait bien

Elle descendait de la montagne
V’là qu’elle nous voit vers les murailles
Et qu’elle nous fait « Coucou les gens »

Ben, v’là qu’elle nous prend par la taille
Et qu’elle nous emmène sur sa paille
Elle nous fait le coup du zeppelin

Ben nous on était cinq chômeurs
À s’payer une tranche de bonheur
Un’ tranche de tagada tsoin-tsoin

Quand on eut passé la ferraille
Elle nous fit fumer de sa paille
Sacré bon Dieu que c’était bien

Plus question d’chercher du travail
On pédalait dans les nuages
Au milieu des petits lapins

Elle descendait de la montagne
En chantant une chanson paillarde
Une chanson de collégien

La fille du coupeur de joints

Voici également une version live avec Tryo et Didier Wampas, Hubert-Félix Thiéfaine ayant décadé à ce niveau. Il a d’ailleurs même essayé d’écrire des chansons pour Johnny Hallyday !

Articles pouvant vous intéresser