Les 400 millions de Monique Piffaut n’iront pas aux animaux

C’était une bonne nouvelle que la revue économique « Challenges » a diffusé hier : une femme richissime avait légué sa fortune à une fondation pour animaux…

Avec une condition particulière : s’occuper de Gaétan, « troisième du nom », son chien, un caniche nain.

Il s’agit de Monique Piffaut, présidente et unique actionnaire de la holding Financière Turenne Lafayette, dont le chiffre d’affaires chaque année est de 1 milliard d’euros.

Monique Piffaut étant la 166e fortune de France, possédant d’ailleurs de nombreux immeubles à Paris, cela voulait dire qu’environ 400 millions d’euros iraient à une fondation pour animaux !

Le paradoxe qu’on aurait pu avoir alors, c’est que ce groupe,  qui a 21 sites industriels, c’est notamment William Saurin, Madrange, Garbit… Bref tout sauf du végétalien.

« Challenges » remarque d’ailleurs :

Symbole de sa stratégie d’acquisition d’une taille critique pour répondre aux besoins de la grande distribution, en 2010, elle avait injecté plus de 20 millions d’euros dans une usine de fabrication de jambons de 20.000 mètres carrés à Goussainville (Val-d’Oise).

La plus grande d’Europe!

Une fabrique dernier cri permettant de « sortir » des millions de tranches de jambons sous blister à la chaîne, s’apparentant plus à l’usine de Tricatel dans l’Aile ou la Cuisse, qu’à un haut lieu de la charcuterie traditionnelle.

La propriétaire de la plus grande usine à « jambons » d’Europe aurait laissé sa fortune aux animaux…

Seulement voilà, ce genre de choses n’existe que dans les films américains.

FranceTVinfos et d’autres médias ont répercuté la correction :

Sauf que Monique Piffaut n’a jamais évoqué cette idée. Ni auprès de ses proches, ni devant ses 3 200 collaborateurs.

Son souhait était en fait de léguer son patrimoine à une fondation de protection de l’enfance, qui est en cours de constitution.

« Celle-ci sera dirigée par des personnalités du monde économique reconnues pour leur expertise et par des personnes de confiance, proches de Madame Piffaut, qui ont contribué à ses côtés au développement du Groupe, indique le communiqué de la holding. Leur mission est de poursuivre son œuvre par le biais de cette fondation. »

La holding est d’ailleurs furieuse de cette publicité « négative », comme si il était inconcevable que ce soit une fondation pour animaux qui reçoive les millions…

Mais on l’a compris, chez les richissimes on reste dans l’entre-soi, puisque ce sont des « personnalités du monde économique » qui pourront pratiquer leur charity-business en restant dans les clous de l’idéologie dominante !

Il y avait pourtant un fond réel derrière cette erreur. LCI a découvert pourquoi le rédacteur de l’article de Challenges s’est trompé :

Pour le savoir, nous avons contacté le journaliste de Challenges à l’origine de l’article, partagé et repris en masse. Très humblement, il reconnaît d’emblée : « Je plaide coupable, l’erreur vient de moi. »

Et détaille pour LCI : « Spécialisé dans l’agro-alimentaire, il se trouve que je connaissais cette dame. A une époque, on échangeait par téléphone et on déjeunait quelques fois ensemble. Un jour, je lui ai posé la question de son héritage.

Quand elle ne serait plus là, à qui donnerait-elle sa fortune ? Elle m’a alors répondu qu’elle pensait léguer son héritage à une fondation qui s’occupe des animaux.

Elle parlait beaucoup de son chien Gaëtan, qu’elle avait toujours avec elle. Vendredi, quand j’ai reçu le communiqué de presse de la marque et que j’ai lu que son héritage serait transmis à ‘une fondation’, sans autre précision, j’ai fait le raccourci à tort. »

C’est un bon exemple. Les bons sentiments ne suffisent pas dans un monde encadré selon des valeurs bien déterminées. On ne contourne pas l’exploitation animale : on peut la refuser, mais on ne peut la contourner.

Articles pouvant vous intéresser