L’Etat vient à la rescousse de la Financière Turenne Lafayette

Nous avions parlé récemment de Monique Piffaut, une multi-millionnaire décédée : un article sérieux de la presse avait donné l’information erronée comme quoi elle allait laisser 400 millions d’euros à une association de protection des animaux, à condition qu’on s’occupe de son chien (voir Les 400 millions de Monique Piffaut n’iront pas aux animaux).

On reparle beaucoup d’elle, car en effet on s’est aperçu qu’étaient truqués les comptes de son entreprise, la Financière Turenne Lafayette (William Saurin, Garbit, PetitJean, Soulié, La Lampaulaise de salaisons, Montagne noire, les jambons Madrange et Le Foué, le traiteur Ecochard, etc.).

Naturellement, c’est ridicule : on ne s’aperçoit pas du jour au lendemain qu’il manque… 350 millions dans les caisses !

Mais comme on le sait, le capitalisme sait se préserver et là nulle faillite, nulles arrestations ! Bien au contraire, l’État intervient, à la rescousse de l’exploitation animale…

Voici le communiqué officiel, qui on le notera, ne mentionne pas les 70 millions d’euros fournis illico presto à la Financière Turenne Lafayette…

STEPHANE LE FOLL
MINISTRE DE L’AGRICULTURE, DE L’AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORET
PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT

MICHEL SAPIN
Ministre de l’Economie et des Finances

CHRISTOPHE SIRUGUE
SECRETAIRE D’ETAT CHARGE DE L’INDUSTRIE

Le groupe Financière Turenne Lafayette, acteur majeur du marché français de la salaisonnerie, des plats traiteurs et de la conserverie (Madrange, William Saurin, Garbit…) a informé les services de l’Etat de la découverte de pratiques de présentation trompeuse de ses comptes.

Des audits sont en cours pour clarifier au plus vite la situation exacte du groupe et déterminer l’ampleur et le détail des difficultés économiques et des pratiques constatées. La justice a été saisie du dossier pour mener les investigations nécessaires, et déterminer les responsabilités et les causes de ces pratiques.

Face à cette situation, qui représente un risque pour la pérennité du groupe et afin de s’assurer de pouvoir préserver les 3 000 emplois directs et les 1 500 emplois intérimaires et prestataires, l’Etat prendra ses responsabilités pour accompagner la nouvelle direction et les salariés, et se mobilisera, aux côtés des clients, des fournisseurs, des banques et des partenaires historiques du groupe pour soutenir l’entreprise dans cette période.

Les services du ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, du ministre de l’Economie et des Finances et du secrétaire d’Etat à l’Industrie seront pleinement mobilisés dans les prochaines semaines pour accompagner la nouvelle direction du groupe.

Des réunions avec les clients, les fournisseurs et les banques seront organisées à brève échéance. Une rencontre avec les organisations syndicales sera également organisée dans les prochains jours.

Tout cela est un exemple tout à fait caractéristique. L’impunité est ici totale : une enquête sur le long terme qui attend l’audit de l’entreprise, alors qu’on se doute bien que ce n’est pas simplement la propriétaire de la holding qui a faussé les comptes…

Comptes faussés, « depuis plusieurs années », sans qu’on sache donc par qui, comment, etc. : c’est ridicule.

Quant aux 70 millions, officiellement ils sont prêtés, mais l’État n’en verra plus la couleur, évidemment…

Articles pouvant vous intéresser