Pollution : la neige qui n’en était pas

Pour terminer l’année 2016, voici une information digne d’un cauchemar. Voici en effet deux photos.

La première a été prise à Nantes, la seconde en Lorraine.

Si l’on se fie aux apparences, on a de la neige et d’une certaine manière c’en est.

Cela a la texture de la neige, cela recouvre tout comme la neige, c’est la même couleur, etc.

Sauf que scientifiquement, ce n’en est pas et Météo France a donc sobrement expliqué qu’il n’y avait pas d’épisode neigeux…

Comment se fait-il alors qu’il y ait de la neige, s’il n’y en a pas?

On sait qu’on vit une drôle d’époque, mais tout de même ! A moins qu’on sous-estime encore le caractère dramatique de la situation actuelle…

Presse-Océane, conscient de la contradiction de la situation, a cherché à se renseigner.

L’explication de la technicienne de Météo France a été que “Le brouillard est si épais que cela peut faire illusion”.

Ce qui est une sacrée manière de prendre les gens pour des idiots…

On sait que le peuple est méprisé, mais au point de considérer qu’il confonde la neige et le brouillard, quand même…

Alors de quoi s’agit-il ?

De pollution : la neige est le produit des particules fines et de l’humidité qui se condense autour d’elles. Au lieu d’avoir une particule de glace, on a une particule fine comme noyau du flocon.

Ce sont donc des flocons de neige, mais de neige de pollution, ou encore de “neige industrielle”, “neige urbaine”.

C’est une catastrophe environnementale, un véritable cauchemar.

Mais nous savons que les accompagnateurs de la destruction de la planète savent voir les choses positivement à leur manière !

Loractu nous apprend ainsi que Yves Grégoris, directeur interrégional de Météo-France à Strasbourg, considère que ce n’est pas dangereux : “Ce serait même plutôt le contraire : il vaut mieux fouler aux pieds la pollution que la respirer”.

Évidemment, vu comme cela…

Le Figaro ne dit pas autre chose dans un article du début du mois : “mieux vaut avoir les microparticules sous les pieds, plutôt que dans les bronches”.

C’est que l’idéologie dominante n’a pas le choix, elle est obligée de dédramatiser, de relativiser, d’accompagner les phénomènes de destruction dont, de toutes façons, elle ne comprend pas le sens véritable.

C’est la fin d’une époque et chaque jour on comprend que la demi-mesure est absurde. Il suffit d’ailleurs d’imaginer qu’on dise aux gens il y a 30 ou 40 ans que la neige qui va tomber sera de la pollution : ils auraient dit que c’est inacceptable, que c’est intolérable, que cette évolution doit être combattue.

Aujourd’hui, c’est l’indifférence, ou bien des pseudos étonnements, des manières passives d’être surpris ou choqués.

Alors qu’il est très facile de comprendre en quoi tient cette tendance à la pollution, à l’exploitation animale qui se généralise à l’échelle mondiale, à l’écocide…

Articles pouvant vous intéresser