Bure : compte-rendu du rassemblement du 18 février 2017

Près de 700 personnes se sont rassemblées à Bure samedi : voici une vidéo, quelques photos, ainsi que l’appel lu avant le départ.

BLOQUONS CIGÉO, DÉFENDONS LE BOIS LEJUC
Ami-e-s de Bure et des forêts,
Nous sommes très heureux-euses de vous accueillir ici dans le bois libéré de Mandres-en-Barrois !

Depuis juin 2016, il est le cœur battant de la lutte à Bure. Peuplé de cabanes à la cime des arbres et de barricades au sol, le bois a retrouvé toute sa splendeur face à la menace des bulldozers et des gendarmes mobiles !

DE L’ÉTÉ D’URGENCE À L’HIVER DÉTER’
En été, nous l’avons occupé une première fois, puis nous avons été expulsées manu militari sous des nuages de lacrymo. Qu’importe, nous l’avons réoccupé ! Nous avons scié et cisaillé leurs clôtures.

Puisque les barbelés ne suffisaient pas, ils ont construit un mur en béton : en août, nous l’avons abattu en masse, dans un geste de sabotage collectif et joyeux. Notre colère ne sera jamais réversible. Aucune frontière, grillage, barbelé ou vigile n’arrêteront notre détermination !

L’automne a lentement chassé l’été d’urgence… et nous avons depuis septembre ré-ré-occupé cette forêt. Avec son odeur de risotto aux pleurotes, de châtaignes grillées et d’humus, ses couleurs flamboyantes, ses initiations à la grimpe, ses ballade du dimanche aprèm, sa douceur.

Mais depuis décembre nous sommes entrés de plein pied dans l’hiver déter’ ! Les vigiles reviennent rôder et agresser des camarades, les pelleteuses promettent de « nettoyer la forêt » des murs qu’elles ont installé cinq mois plus tôt, un ingénieur verse de l’essence sur des personnes qui tiennent des barricades.

Et l’Andra invente l’éco-enfouissement en reboisant des hectares qu’elle a défriché illégalement… pour mieux tout détruire plus tard. Malgré la vague de froid, la neige et la brume, nous avons tenu bon.

Cela fait 6 mois maintenant que les travaux de l’Andra sont bloqués au bois Lejuc. Les nucléocrates pestent et doivent, pour la première fois en vingt ans d’implantation diffuse, abandonner leur plan bien huilé. C’est une lutte victorieuse que nous comptons bien poursuivre !

À bien des égards, nous vivons un moment crucial, où nous pouvons consolider notre puissance ou subir des revers. Les échéances juridiques se rapprochent : le 22 février, un rendu d’expulsion des habitant-e-s du bois sera peut-être publié. Tout pourrait ensuite s’enchaîner très vite et les gendarmes débarquer dans la forêt.

Le 28 février, une autre décision de justice sera rendue qui pourrait remettre en cause la propriété de l’Andra sur le bois Lejuc. Lors du procès à Nancy, la rapporteure publique a montré qu’il y a avait eu des vices de procédure dans la délibération du conseil municipal de Mandres autorisant l’échange de la forêt.

Nous saurons le 28 février si la justice suivra l’avis de la rapporteure publique comme à 90% des cas ou si elle rendra comme à Notre Dame des Landes une décision politique en allant à son encontre.

VIVRE ET LUTTER, OUI… MAIS DANS LE SUD-MEUSE

Nous l’avons dit et nous le répétons, ce qui se vit ici c’est la continuité de 25 ans d’une lutte qui renaît comme un phénix, alliant barricades physiques et barricades de papiers, manifs populaires et sabotages, campements autogérés et réunions publiques.

C’est la suite de ce qui se trame dans le bocage de Notre-Dame-des-Landes, dans la forêt de Roybon, de ce qui s’est passé dans les rues des métropoles pendant le mouvement contre la loi Travail, du vent de révolte qui souffle maintenant contre le viol de Théo par la police, de tant d’autres tentatives de reprendre le cours sur nos vies contre ceux qui les broient.

À Bure, que ce soit dans une cabane en haut d’un chêne centenaire, à la Maison de résistance, dans une caravane retapée, dans des maisons peu à peu habités depuis des années et tous les autres espaces dans lesquels nous mettons notre amour, nous voulons devenir un point de ralliement contre la poubelle nucléaire, un espace de convergence contre toutes celles et ceux qui veulent mettre au pas nos existences au nom du fric, du contrôle social, ou des frontières.

Nous voulons faire de Bure un lieu désirable où il fait bon vivre et s’organiser, là où l’Andra mise sur 150 ans de nettoyage par le vide.

Un terrain de jeu, où nous cultivons du blé panifiable sur des terres promises à l’enfer atomique ; construisons des fours à pains, retapons des maisons et des cabanes ; inventons des chansons ; ébauchons une vie collective où chacun-e peut trouver une place…

Depuis des mois, des années, nous sommes toujours plus nombreux-euses à nous installer ici à emmêler nos vies dans ce petit bout de Meuse. Combien sommes-nous à être venu-e-s pour quelques jours et à se projeter maintenant dans ces villages que l’Etat dit « déserts » pour mieux les détruire, dans cette forêt qu’on promet à la ventilation de puits putrides ?

Il y a 5 ans, il n’y avait à la maison de résistance personne en hiver, il y a 2 ans nous étions une petite dizaine, nous sommes maintenant une quarantaine, sans compter toutes celles et ceux qui ne cessent de s’installer dans la région depuis des années… Combien serons-nous demain ?

Nous voulons dire, à toutes celles et ceux qui continuent de venir à Bure, qui découvrent, qui se questionnent, qui aiment : venez, passez, créez des comités de soutien, installez-vous, engagez-vous dans ce pari qui nous tient ensemble ! Chaque présence compte, chaque geste de soutien, chaque témoignage d’amitié nous rend plus fort-e-s, plus vibrant-e-s, plus vivant-e-s.

Chacune de ces lucioles fait grandir une belle flamme contre le cancer diffus de tristesse, de résignation et de peur qui veut s’insinuer ici.

Nous avions dit aujourd’hui, « qu’ils expulsent ou pas, nous serons dans le bois ! ». Et nous sommes plusieurs centaines à être venu déclarer notre flamme à l’Andra. Nous affirmons maintenant, comme nous le disions en octobre dernier à la ZAD de NDDL menacée : « nous sommes là, nous serons là ! ».

Dès le 21 février et pour les semaines à venir, nous appelons un maximum de gens à rester et soutenir l’occupation du bois Lejuc, soyons nombreux-euses comme il se doit pour accueillir la décision du juge le 22 février, celle du 28, et toutes les autres ! =
Gardez vos déchets, nous gardons la forêt !
ANDRA dégage, résistance et sabotage !

EN CAS D’EXPULSION, NOUS SERONS LÀ
Blocage des travaux dès le lendemain suivant l’expulsion
Le samedi suivant, grosse manif’ ! Convergence à Bure ou Mandres-en-Barrois à 11h.

Articles pouvant vous intéresser