La Réunion : les surfeurs en guerre contre les requins et la réserve marine

C’est une polémique qui a commencé il y a quelques jours et qui n’a cessé d’enfler jusqu’à présent : celle lancée par le sufeur Kelly Slater appelant à un « «serious cull», un abattage sérieux des requins à la Réunion.

“Honnêtement, je ne serai pas populaire en disant cela, mais il y a besoin d’un vrai abattage à la Réunion et cela devrait arriver chaque jour.

Il y a un réel déséquilibre dans l’océan à cet endroit. Si ce type d’attaques était aussi fréquent dans le monde entier, personne ne pourrait profiter de l’océan et des millions personnes mouraient littéralement de cette façon.

Le gouvernement français doit trouver une solution aussi vite que possible. Vingt attaques depuis 2011 ?!”

La Fédération Française de Surf a tenté de couvrir la « star » du surf, en disant que la traduction exacte serait une « régulation sérieuse ». Ce qui est un mensonge, le site du Larousse donnant par exemple :

cull

[kʌl]
noun

1.
[slaughter] massacre m
2.
[animal] animal m à éliminer

Mais cela ne change rien à la question de fond : dans tous les cas, ces gens veulent assassiner des requins, tout cela pour avoir le droit individuel de faire du surf.

Et Kelly Slater a une parole très marquée : il est la « star » du surf, avec onze titres de champion du monde et plus de cinquante victoires sur le circuit d’élite.

Et ce qu’il exprime ici, c’est ni plus ni moins l’opinion de personnes qui considèrent l’océan comme leur objet, comme leur chose, devant se plier à leurs désirs.

Bien sûr, il a tenté de se donner une image pro-Nature ici ou là, mais là on voit la vérité.

C’est tellement vrai que Kelly Slater tient ses propos à la suite de la mort d’un jeune blessé par un requin dans une zone où la baignade est interdite…

Les surfeurs se considèrent tout simplement comme au-dessus de la réalité.

Et ils le font savoir : cinq cocktails molotov ont été jetés dans la nuit de jeudi à vendredi  dans l’enceinte de la réserve marine à la Saline à la Réunion !

Les types attaquent les bâtiments d’une réserve marine !!! Peut-on faire pire comme sale mentalité ?

Jusqu’à l’absurde, d’ailleurs : les murs ont été tagués de deux inscriptions : « crapaud », c’est-à-dire le surnom du surfeur mort, ainsi que « assassins ».

Voilà donc notre époque : les surfeurs, adeptes de l’individualisme le plus anthropocentriste, déclarent la guerre à la Nature…

Jean-Paul Virapoullé, maire de Saint-André, la commune de la côte où le jeune surfeur est mort, tient un discours du même esprit :

« Il faut déclarer la guerre aux requins. Un point c’est tout. Ça plaît aux scientifiques, tant mieux, ça leur plaît pas, qu’ils aillent vivre ailleurs.

Ce maire accepte donc que quelqu’un soit allé surfer alors qu’il y avait des panneaux d’interdiction de baignade et d’activités nautiques, qui par ailleurs avaient même été sciés quelques jours auparavant…

On devine pourquoi : pour le commerce, pour le tourisme. Et tant pis pour la Nature !

Ce maire critique-t-il pareillement la pratique traditionnelle à la Réunion de pécher les requins avec des chiens comme appâts ?

Ce qui se passe est ici très grave et témoigne d’une opposition toujours plus forte entre les anthropocentristes et les personnes reconnaissant la Nature et voulant la défendre.

Il faudra porter son attention sur la Réunion !

Un blog du Monde consacré au surf a également publié un article à ce sujet, voici quelques commentaires plutôt intéressants, témoignant d’une opinion juste ou bien au contraire, insensée, anti-Nature.

“Ce surfeur a oublié une chose !
Les requins sont chez eux , la mer est leurs domaines.
Nous , nous faisons qu’emprunter,la mer pour nous nourrir.
Alors les surfeurs a deux balles, qui s’amuse dans les zones à requins…………”

“Ex-« vigie requin », donc a priori bien sensibilisé au risque, allant surfer à l’heure du petit déjeuner des requins, en zone interdite, dans les eaux troubles et saumâtres qu’affectionnent les bouledogues, à l’embouchure d’une rivière gonflée par le récent passage de la tempête tropicale Carlos et ignorant volontairement les recommandations des pêcheurs du coin : il mérite de remporter – à titre posthume – les Darwin Awards 2017. Avec en 1er prix ex-aequo la « légende » qui, face à autant de bêtise, propose d’accélérer l’évolution du requin vers le statut d’espèce en danger.”

“Sinon, ce genre de surfeurs à deux balles peuvent aussi respecter les interdictions, qui ne sont pas mises en place à ces endroits sans raison, et le problème disparaîtra de lui-même.

Mais évidemment, s’adapter aux contraintes du monde réel, plutôt que de réclamer que le monde soit adapté à leurs désirs et leurs loisirs, ça passe au-dessus de la tête de ce genre d’individu.

Le monde -y compris la Réunion- regorge de lieux où l’on peut pratiquer le surf dans une relative sécurité. Mais non, c’est cet endroit, celui-là en particulier, qu’ils veulent. Donc on est censé aménager leur bac à sable.
C’est du niveau d’un enfant qui fait un caprice.

Le pseudo-argument de la « régulation » écolo de la population de requins est tout aussi pathétiquement faux-cul.”

Voici enfin deux autres commentaires : le premier affirmant qu’il y aurait davantage d’attaques, le second expliquant qu’il y a simplement davantage de surfeurs…

Hallucinant tous ces posts qui parlent « d’abattoirs qui rejettent des carcasses » le surf le soir….. des commentaires postés par des gens qui n ont jamais mis un pied à La Réunion. 1 seule petite attaque sans gravité dans l ouest jusqu’à en 2011 et ensuite une 8 morts et une demi douzaines d’amputés massacres par e énormes requins bouledogues ( certains font près de 4 mètres), des ados déchiquetés à 5 mètres du bord dans 1 mètre d eau en pleine journée (Sarah 14 ans à saint Paul…..). Lieu de pontes et de reproduction pour boules devant saint Gilles les bains, attaques concentrées sur quelques km de plages. Interdiction préfectorale de consommer le bouledogue en vigueur depuis 12 ans, les pêcheurs ne les pêchent plus car non vendables. Et interdiction de se baigner depuis 5 ans, hormis dans un petit lagon surpeuplé où l’on patauge dans 1 mètre de profondeur. Tout cela à cause de gens qui font du bouledogue le vengeur de la Nature, son bras armé punissant les Humains. Des gens qui préfèrent des poissons aux humains. Aucune compassion pour les victimes, leurs proches. Depuis 2011 : tues Eddy Mathieu Sarah (14 ans) Alexandre (20 ans) Alexandre (26 ans) Stéphane Élio (12 ans) Talon Bishop (20 ans, jeune femme dans 1 m d e profondeur). 6 amputés.

La mémoire collective des attaques de requins à la Réunion est bien pauvre..Faire croire que les requins ont soudain attaqué les surfeur en 2011 relève du mensonge et de l’ignorance.
Fin 90, déjà les requins attaquaient.
V.griraud tué quasiment au même endroit dans exactement les mêmes circonstances, sortie d’une ravine après pluie cyclonique,(bonnes vagues houle du nord, irrésistible…), coupé en deux par un bouledogue, puis ce jeune moreyeur, même époque tué au bord de l’eau dans la baie de St Paul face à la Marianne, Kurko, bras coupé à Etang Salé, attaque à St Pierre au Pic du Diable, un surfeur mordu et relaché, un jeune brésilien champion de yoyo attaqué à Boucan, planche croquée, . Tous surfant dans des zones connues pour la présence agressive des requins. Lors de mes plongées, régulièrement je croisais ces bêtes, présentes en nombre conséquent, notamment en saison de reproduction dans ces zones récifales. Non, les attaques de requin n’ont pas commencé par magie en 2011. Oui elles se sont multipliées comme le nombre de surfeurs présents à l’eau a explosé en 20 ans, passant de quelques dizaines que nous étions à plusieurs centaines. Plus de surfeurs, plus de pollution, moins de poissons, (une bouffonnerie la responsabilité de la réserve, ridicule par sa taille et sa misérable faune),occupation de zones dangereuses connues pour la présence des requins, tant de facteurs déclencheurs de drames déjà annoncés et vécus 20 ans plus tôt.

Articles pouvant vous intéresser