L’exploitation animale contrôle la production de produits pour animaux

Il est tout à fait naturel que l’exploitation animale se dirige vers les produits pour animaux « de compagnie ». C’est une question de profit, de logique d’investissement.

Prenons ainsi PetSmart et Petco, deux grandes chaînes américaines de magasins vendant des produits pour animaux.

Elles ont été achetées il y a respectivement trois et deux ans, chacune par un fonds d’investissement : BC Partners pour la première, CVC pour la seconde, pour respectivement 8,7 et 4,6 milliards de dollars.

Les magasins vendent des produits et des animaux, mais aussi des services, comme la formation des chiens. Il s’agit d’élargir les besoins, jusqu’à l’absurde.

En voici un exemple avec l’alcool comme prétexte, noté par Les échos :

« Plusieurs start-ups américaines proposent désormais du faux vin pour chat, en bouteilles miniatures de 250 millilitres.

Sans alcool, coloré à la betterave bio, le breuvage s’appelle « Catbernet », « Pinot Meow » ou encore « Purrgandy », et se vend près de 12 dollars le flacon ( le « Meow et Chandon » étant naturellement un peu plus cher).

Brandon Zavala, fondateur d’Apollo Peak, le premier fabricant à avoir proposé ces boissons, raconte avoir vu décoller les ventes lorsqu’il a eu l’idée de les présenter comme du vin, avec le mot clé #whydrinkalone. (pourquoi boire seul ?).

Depuis, l’offre s’est enrichie de cocktails baptisés « Meowgarita » ou « Doggy Mary ». Et des concurrents sont apparus. »

La tendance est encore plus forte dans le secteur de l’alimentation pour animaux.

Mars est ainsi un groupe économique très connu des gens connaissant l’histoire de la lutte pour les droits des animaux, car il a été une cible importante de la lutte contre la vivisection.

Eh bien il s’agit désormais d’un poids lourd important des produits pour animaux.

Voici une présentation de sa puissance économique par Capital :

« Le groupe alimentaire américain Mars, numéro un mondial des aliments pour chiens et chats avec ses marques Pedigree et Whiskas, se renforce sur le marché des soins vétérinaires avec l’acquisition annoncée lundi de VCA, un opérateur de cliniques spécialisées, pour 7,7 milliards de dollars (7,3 milliards d’euros).

L’opération permettra à Mars, surtout connu pour ses confiseries comme les M&Ms et Snickers, d’ajouter environ 800 établissements à son réseau existant de plus de 900 cliniques pour animaux de compagnie (…).

VCA, fondé en 1986, a réalisé en 2015 un chiffre d’affaires de 2,13 milliards de dollars [et est surtout connu pour sa nourriture pour animaux Camp Bow Wow].

Mars détient déjà les chaînes de cliniques vétérinaires Banfield [Banfield Pet Hospital], fondée en 1955, et BluePearl [BluePearl Veterinary]. Son chiffre d’affaires dans les aliments pour chiens et chats a atteint 17,80 milliards de dollars en 2015, selon Euromonitor. »

A Mars, il faut ajouter Nestlé, qui avait acheté, en 2001, Ralston Purina pour 10,3 milliards de dollars. Mars et Nestlé, c’est ainsi 80 % de la nourriture pour animaux dans le monde…

Nourritures pour animaux, cliniques vétérinaires, produits pour animaux… Tout est relié, avec des énormes entreprises, toujours plus grandes.

La famille Versele, qui possède Versele-Laga, est par exemple une des familles multi-millionnaires en Belgique (avec pratiquement 200 millions d’euros).

C’est un panorama édifiant, qui en dit long sur les leviers qu’il faudra prendre en compte et même contrôler si l’on veut réellement changer la condition des animaux et notre rapport avec eux.

Et il y a ici une liaison évidente et flagrante entre l’exploitation animale et l’idéologie des “animaux de compagnie”, de la réduction des animaux à des objets “utiles” étant, finalement, des marchandises comme des autres.

Il n’est pas possible de vouloir changer les choses et de ne pas prendre en compte de tels facteurs.

Articles pouvant vous intéresser