« Leur objectif d’une société sans drogues est irréalisable »

Le Huffington post a publié une tribune intitulée « Comment la régulation du cannabis permettrait des politiques en matière de drogues plus efficaces ».

Elle est signée par plusieurs personnes. Tout d’abord, Paul Volcker, membre de la Commission globale de politique en matière de drogues et ancien président de la Réserve fédérale américain.

Quelle est donc cette commission ? Il s’agit d’un think tank international en faveur de la fin de la répression contre les drogues, fondé en 2011.

Y participent l’ancien secrétaire général de l’ONU Kofi Annan, le milliardaire anglais Richard Branson, d’anciens présidents de Pologne, du Nigeria, du Mexique,  etc.

C’est un mélange de hautes figures de la politique et de l’économie, comme d’ailleurs les deux autres signataires. Il s’agit en effet tout d’abord de Maria Cattaui, membre de la Commission globale de politique en matière de drogues et ancienne Secrétaire générale de la Chambre de commerce internationale.

Ensuite, du fameux Pierre Bergé, Président de la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent et Président de la Fondation Jardin Majorelle.

On l’a compris : on est ici dans le libéralisme libertaire, l’appel à capituler devant les drogues. La tribune est explicitement sur cette position :

« Pourquoi les pouvoirs publics échouent-ils aussi lourdement à faire baisser la consommation et la production de stupéfiants et ce malgré des investissements colossaux dans la répression?

Ils échouent car leur mission est erronée, leur objectif d’une société sans drogues est irréalisable, et ils refusent de le reconnaitre. »

Cette phrase symbolise parfaitement l’hypocrisie du businessman qui nie l’utopie afin de justifier son sinistre commerce.

Il serait dans la nature humaine de prendre des drogues, pas de ne pas en prendre, et par conséquent y avoir accès serait un « droit ».

La tribune est là aussi explicite sur cet acte qui nuit à quelqu’un qui l’aurait « choisi », la société n’ayant donc pas à s’en mêler…

« Or en plus d’être un échec mondial, la guerre aux drogues, dont la France est l’une des championnes en Europe, nécessite un investissement financier important, dont les retours sont des catastrophes sanitaires, financières et sociales.

Pire encore, les politiques publiques transforment sciemment de jeunes individus pleins de promesses en délinquants. Soumis au système judiciaire, ces individus voient leur perspective d’une vie équilibrée et productive soudainement menacée pour un acte non-violent, qui ne nuit potentiellement qu’à eux-mêmes.

La guerre aux drogues a également comme résultats une imposante surpopulation carcérale, la propagation de maladies infectieuses, et la marginalisation économique et sociale de pans entiers de la population. »

Il y a trop de gens en prison ? Ce n’est pas la faute au capitalisme qui donne naissance au crime, mais à une définition trop élargie du crime…

Citons ici la fin de la tribune, qui résume parfaitement tout ce honteux cynisme.

« Il est temps maintenant de mettre en œuvre des politiques publiques basées sur la place réelle qu’occupent les drogues dans notre société, et qui cherchent à en réduire les méfaits plutôt qu’à les éradiquer, ce qui est une chimère.

Si l’économie, la société et les individus tirent de surcroît des avantages et des bienfaits notables de la réglementation, il serait absurde de ne pas en étudier la mise en œuvre.

Les acteurs économiques de la France, un des moteurs de l’économie européenne et mondiale, doivent réclamer une réforme des politiques en matière de drogues pour mettre fin à un demi-siècle de mesures inefficaces et coûteuses, et refaire de la France un champion de l’innovation en matière de politiques publiques.

La Commission globale de politique en matière de drogues, constituée de 24 membres dont 10 anciens chefs d’état ou de gouvernement et un ancien secrétaire-général des Nations-Unies, vise à ouvrir, au niveau international, un débat éclairé et scientifique sur des moyens humains et efficaces de réduire les préjudices causés par les drogues aux personnes et aux sociétés. »

La légalisation du cannabis est bien un choix : celui de l’individualisme, du cynisme, du commerce.

Articles pouvant vous intéresser