S’il y a cinquante ans…

Nous sommes en 1984 et Ronnie Lee, le fondateur de l’ALF, répond à une interview donnée par les ALF Supporters Group (une présentation et des pdf sont disponibles ici).

Voici sa réponse à la question suivante : « Comment voyez-vous les organisations en faveur des droits des animaux qui sont plus traditionnelles ? ».

Ce qui est très intéressant, ce n’est pas simplement sa critique plus ou moins acerbe de l’inaction ou du caractère vain d’organisations qu’il critique. Ce n’est pas spécialement original.

Par contre, il fait une réflexion approfondie sur le fait qu’il aurait fallu faire cela bien plutôt, que l’exploitation animale prend une telle proportion que les interventions sont peut-être trop en retard historiquement.

C’est extrêmement intéressant, car il faut bien avoir en tête ici que l’ALF, à ce moment là, mène en Angleterre plusieurs actions par semaines, dont de très régulières libérations d’animaux de laboratoires, jusqu’à 60 000 par an.

L’ALF est, qui plus est, un front, c’est-à-dire l’union la plus générale pour l’action de libération concrète d’animaux ; tous ses membres sont issus de la protection animale décidant d’intervenir, afin de peser sur le cours des choses.

C’est, si l’on veut, un réformisme ultra-actif et d’interposition sur un mode révolutionnaire et c’est cela que la réponse met d’une certaine manière en exergue : la question animale, finalement, de par son ampleur historique, n’est-elle pas en fait liée à la nécessité de révolution ?

Voici donc la réponse de Ronnie Lee au sujet de ce qu’il pense des organisations « traditionnelles ».

« Cela dépend. Les organisations les plus radicales sont sympathisantes et même si elles ne font rien d’illégal, elle publient les rapports de nos activités dans leurs périodiques et s’expriment en soutien à ce que nous faisons.

D’autres organisations sont équitablement neutres et quelques autres sont contre nous, bien qu’il y a eu un déplacement de soutien en notre faveur.

Les associations qui condamnaient l’ALF il y a quatre-cinq ans ne nous condamnent plus. Elles ne vont sans doute pas publiquement célébrer l’ALF, mais elles ont cessé de nous condamner.

Je pense qu’elles ont vu que l’action directe a eu un effet très positif, donc elles n’ont plus vraiment de raisons de nous condamner.

Il y a certainement de la place pour les organisations traditionnelles des droits des animaux et les choses qu’elles font. Je pense qu’il est très important de distribuer des tracts et d’éduquer le public et je suis certain que presque tous ou tous les activistes de l’ALF défendraient également cela.

De par le passé, les associations traditionnelles ont joué le jeu des institutions et de ceux qui maltraitent les animaux en canalisant l’énergie des gens dans des méthodes de campagnes qui n’étaient pas efficaces.

Quelqu’un serait très en colère au sujet de la cruauté de la vivisection et écrirait à l’association anti-vivisection. L’association répondrait en disant que la vivisection pourrait connaître une fin en écrivant aux politiciens et en faisant faire des pétitions.

Cela n’avait tout simplement pas de succès et donc l’énergie et le temps des gens étaient gâchés.

Je pense que si l’action directe avait commencé il y a cinquante ans, la situation pour les animaux serait bien mieux, parce que la vraiment mauvaise exploitation technologique des animaux a grandi la dernière moitié de ce siècle – c’est-à-dire la vivisection et les élevages intensifs.

Parce que les méthodes de l’opposition n’ont pas été suffisamment efficaces, la maltraitance animale a grandi et c’est désormais quelque chose de bien plus difficile à détruire.

Je crois que les ressources du mouvement sont mal équilibrées. Les associations traditionnelles ont des centaines de milliers, peut-être des millions de livres [la monnaie anglaise] et si cet argent pouvait être dévié dans l’action directe, ce serait incroyable ce qui pourrait arriver, bien que bien entendu il ne s’agit pas simplement d’argent.

Les gens donnent désormais davantage d’argent à l’ALF après qu’ils aient vu ce qui a été fait et obtenu, cependant c’est un long et très lent processus. »

Si en 1984, Ronnie Lee voyait déjà un changement massif les cinquante dernières années, que devrait-on dire en 2017 ! Surtout que l’exploitation animale explose à l’échelle mondiale…

Mais la réponse est peut-être dans la question : avant, on ne pouvait pas encore arracher sa conscience à la réalité de l’exploitation animale. Aujourd’hui on le peut !

A condition de ne pas choisir un retour en arrière, comme avec Marine Le Pen, les zadistes, etc., mais de choisir le camp de l’utopie et de l’universalisme par la révolution !

Articles pouvant vous intéresser