Le tabac se maintient en France et touche davantage les plus pauvres

C’est aujourd’hui la journée mondiale sans tabac et à cette occasion, Santé publique France, qui relève des institutions, a publié hier une étude intitulée « Cigarette électronique, tentatives d’arrêt et arrêt du tabac : un suivi à 6 mois ».

L’article, à vocation scientifique, est payant, ce qui est un manque flagrant d’accès démocratique. Mais comme Le Monde en parle, on a un petit aperçu très instructif :

Fumer est de plus en plus un signe d’appartenance sociale.

Entre 2010 et 2016, le pourcentage de fumeurs quotidiens a continué d’augmenter chez les Français à faibles revenus, passant de 35,2 % à 37,5 % de cette catégorie sociale.

A l’inverse, chez les Français à haut niveau de revenus, cette proportion est passée de 23,5 % à 20,9 % en six ans. (…)

Pour expliquer cette augmentation de la consommation de tabac parmi les catégories sociales les plus défavorisées, l’agence sanitaire avance, pêle-mêle, « l’utilisation de la cigarette pour gérer le stress, la difficulté à se projeter dans l’avenir, la méfiance à l’égard des messages de prévention, le déni du risque, une dépendance nicotinique plus importante, une norme sociale en faveur du tabagisme ou des événements difficiles pendant l’enfance ». (…)

Après une baisse entre 2000 et 2005, puis une hausse entre 2005 et 2010, le Baromètre montre par ailleurs une stabilité globale des chiffres de consommation de tabac.

En 2016, 28,7 % des Français fumaient quotidiennement, contre 29,1 % en 2010.

En ajoutant les 5,8 % de fumeurs occasionnels, la France compte un peu plus d’un tiers de fumeurs (34,5 %).

Un pourcentage élevé qui la place parmi les pires pays occidentaux.

L’Allemagne, l’Espagne, la Belgique et les Pays-Bas affichent un quart de fumeurs, l’Italie et la Grande-Bretagne un cinquième, et les Etats-Unis et l’Australie, seulement 15 %.

Quand on fait partie des 10 % des Français qui « profitent de la vie », c’est-à-dire du capitalisme, on a les moyens de se préoccuper de sa santé, on a un certain niveau d’accès aux informations, aux choses de qualité.

Quand on en fait pas partie, les choses sont bien plus difficiles… Au 19e siècle l’ouvrier était maigre et le bourgeois gros, au 21e siècle c’est le contraire.

Les gens des catégories populaires sont piégés culturellement ; ils sombrent dans le pessimisme, et cela veut dire Marine Le Pen et la cigarette, l’impossibilité d’entrevoir une utopie et le refus de croire en la valeur de la culture, qui selon eux est un truc de riches, ou quelque chose qui ne marchera pas.

Comme en plus en France, on rejette la Nature, il y a le déni et le culte de l’individualisme, du « cela me regarde », du relativisme avec le « après tout qu’est-ce qu’on en sait », etc.

Ce qui est alors d’autant plus grave, c’est qu’en France, il y a des gens qui se disent de gauche mais ne voient même pas que la question de la santé publique est essentielle. C’est là aussi la conséquence d’une lecture des choses par un prisme entièrement individuel…

Comme si les addictions étaient un problème « personnel » et non pas un problème de société. Les gens qui tombent dans les addictions ne le choisissent pas : ils sont victimes d’une situation que la société permet, au lieu de faire en sorte qu’elle ne se produise pas.

Il faut, pour éviter les addictions, avoir un certain niveau d’éducation et de culture, avoir également les moyens de faire différemment. Cela signifie être soi-même, être naturel, mais la société permet-elle d’être naturel ? Absolument pas, puisque ce qui compte c’est l’apparence, l’ego, la superficialité, le luxe.

Articles pouvant vous intéresser